Les chefs d’établissement doivent pouvoir recruter leurs professeurs

Interrogé par La Croix, Hervé Mariton déclare vouloir réformer le statut d'enseignant :

M"Il
s’agit de mieux prendre en compte l’ensemble des missions des
enseignants (travail dans la classe, aide à l’orientation, participation
à la vie de la communauté éducative), de les amener à être davantage
présents dans les établissements, tout en leur accordant une meilleure
rémunération. Cette évolution du statut doit aller de pair avec une plus
grande autonomie des établissements
. Les chefs d’établissement doivent
participer à l’évaluation des professeurs. Ils doivent aussi pouvoir
recruter directement leurs professeurs
. Le concours donnerait alors
simplement aux lauréats la possibilité de se porter candidat à un
recrutement dans telle école, tel collège, tel lycée."

18 réflexions au sujet de « Les chefs d’établissement doivent pouvoir recruter leurs professeurs »

  1. Philippe Edmond

    Et les professeurs doivent pouvoir recruter leur chef d’établissement. Donner de la liberté au chef d’établissement en laissant les professeurs pieds et poings liés et incapables de changer d’air si le chef d’établissement ne leur convient pas, c’est le refus assuré pour cette réforme
    [Je pense que c’est plutôt aux parents que revient le rôle de pouvoir changer le chef d’établissement.
    MJ]

  2. perlin pinpin

    je suis enseignante dans le privé depuis 30 ans, en ayant fait une pause de 15 ans. Lorsque j’ai repris il y a 4 ans j’ai choisi l’etablissement que je voulais parmi les 3 postes proposés. aujourd’hui si je veux changer, je dois me décider dès le mois de janvier et il semblerait que je sois obligée d’accepter le poste que l’on me proposera. DONC je reste car je refuse de rentrer dans le jeu du poste imposé.
    Prevenir aussi longtemps à l’avance sa direction, cela laisse le temps d’être mis sur la touche. Alors qu’en entreprise, le préavis est de 3 mois!
    Au final le recrutement est vraiment à revoir.
    Quand une inspectrice sur Créteil réunie en juin une vingtaine de personnes en leur disant ” ceux qui ont du travail démisionner maintenant pour être libre en septembre… de toute façon vous aurez un poste”. en sortant de la réunion j’ai alerté les postulants en indiquant “attention vous aurez un poste, oui mais où? à l’autre bout de l’académie par rapport à votre domicile etc…”
    Je n’ai donc jamais donné suite sur l’académie de Créteil car ce n’est pas du recrutement, c’est mettre les gens dos au mur en septembre sans aucun moyen de refuser.

  3. hubert du plessis

    Philippe de Villiers avait en son temps proposé de refonder le financement des écoles en donnant directement l’argent aux familles qui auraient ensuite choisi leur établissement. On pourrait aussi laisser les familles choisir et financer directement l’école de leur choix ce qui donnerait plus de garantie quant à l’usage des sommes. Un agrément préalable serait évidemment nécessaire pour éviter certaines dérives tout en restant suffisamment large pour laisser la liberté de choisir vraiment. les règles qui jusqu’à présent sont retenues pour pouvoir enseigner chez soi ou en école hors contrat semblent à ce propos satisfaisantes. cette réforme aurait outre le fait de laisser une vrai liberté de choix aux familles, l’avantage de les responsabiliser.
    mais que ne dirait pas les gardiens du “Service Public” plus important à défendre que le “service au public”? Et puis comment faire confiance aux familles? On sait bien qu’elles sont irresponsables, alors le devoir de l’état est de choisir à leur place et surtout pas de les aider à assumer leurs responsabilités. et que dire des conséquences quant au formatage voulu de nos bambins?
    Alors en attendant, il nous reste le choix entre la publique ou la privée sous contrat, et c’est souvent le seul pouvoir des familles devant les écoles, ou avec plus de moyen financier, ou la volonté absolue de prioriser, quitte à manger des patates, les écoles hors contrat et à soutenir des initiatives comme le Cours Alexandre Dumas à Montfermeil, et en acceptant de payer deux fois: pour la sauvegarde du service public avec nos impôts, et directement pour l’éducation de nos enfants.

  4. Yves

    Voilà une bonne idée! Dommage que monsieur Mariton n’ait jamais été dans la majorité parlementaire.
    Ah si, il l’a été ? Deux fois, pendant quatre et cinq ans ?
    C’est fou, toutes les bonnes idées qu’ont les élus quand ils sont dans l’opposition et qu’ils n’ont pas eu – ou n’ont plus – quand ils sont majoritaires…

  5. Daniel

    Depuis le mensonge de Mariton (entre ce qu’il a dit en finale sur le mariage homo et ce que j’ai de lui dans ma boîte mail) je suis très sceptique sur ce Monsieur … et assez d’accord avec le commentaire de Philippe Edmond.
    Ce serpent de mer de la liberté des chefs d’établissement est tout sauf une solution facile et simple (selon les objections qu’on voit dans les feuilles professionnelles depuis 3 ans). On ne peut pas faire un copier-coller de l’entreprise libérale sur l’Ed. Nationale.
    Même pour l’enseignement privé c’est dangereux; il ne faut pas oublier que la majorité des professeurs de l’enseignement privé sont athées, par la volonté des chefs d’établissement qui le sont majoritairement aussi. C’est incroyable mais vrai.
    Méfiance, l’UMP a fait preuve d’incurie durant 5 ans et leurs messages ne diffèrent pas de ceux entendus entre 2007 et 2012. Eux aussi ont manié le mensonge, l’augmentation des impôts, les lois gadgets, les annonces creuses, l’agitation médiatique, la guerre outre-mer en larbin des USA, les scandales politico-financiers, la désindustrialisation, la perte de la souveraineté nationale au profit des commissaires politiques qui dirigent 3/4 de notre législation, etc. etc.
    Et, péché mortel, ils ont donné la France aux libertins socialo écolo etc … à cause de leur incurie.
    Ont-ils eu le temps d’échafauder une nouvelle politique pendant qu’ils se déchirent sur celui qui va remplacer le “Commandeur” qui passe et repasse en ombre chaque trimestre sur nos medias ?
    Pour l’instant leur seul discours crédible est “oui, nous n’avons pas fait ce qu’il aurait fallu faire”.
    Attendons les conclusions des assises parisiennes de LMPT avant de se déterminer.

  6. PK

    recrutement libre implique aussi un budget libre ET un libre choix des parents de l’établissement…
    À partir de là, les choses avanceront naturellement et on constatera de visu qui est le plus performant : la raison ou l’idéologie.

  7. Pitch

    Les parents devraient pouvoir tout simplement avoir le choix de l’établissement. Une façon de “voter avec ses pieds” qui, en mettant en lumière les établissement plébiscités et laissant dans l’ombre les établissements délaissés, devraient faire comprendre à la hiérarchie qui sont les bons chefs d’établissement – et qui sont les mauvais.

  8. MagikBus

    Excellente idée ! Ne laissons pas à des gouvernements totalitaires le seul droit d’imposer ses lubies idéologiques par la sélection de profs à sa botte !
    Les mairies et donc les pouvoirs locaux doivent sélectionner les profs que veulent les citoyens !
    Au final ,ca rendra les gosses plus intelligents au lieu d’en faire du bétail lobotomisé par le crétinisme idéologiste de l’umps antinational/anti-blancs/anti-chrétiens !

  9. e

    Et à quoi bon changer les conditions de recrutement s’il faut appliquer la charte Peillon sur la laïcité à l’école! La loi c’est la loi comme dit M. Mariton pour le sujet des pseudo mariage unisexe. Et ne parlons pas des syndicats qui ont eux aussi noyauté l’enseignement privé sous contrat.
    La liberté de l’école c’est la libre concurrence et les chèques éducation avec les parents qui choisissent, et surtout surtout l’enseignement n’est pas dans les attributions régaliennes de l’Etat. Qu’il s’occupe d’abord de la justice et de la sécurité et de la vraie défense du pays.

  10. Fleur

    Mariton est un sous-marin de l’UMPS, chargé de ratisser les électeurs cathos qui traîneraient trop à droite.
    Le passé récent montre qu’on ne peut lui accorder aucune confiance : ses actes ne sont pas en cohérence avec ses paroles.
    C’est seulement un causeur.

  11. A.Fumey

    De très grosses réserves!
    Sur le quotidien “La Croix”: le moins qu’on puisse dire, c’est que sa position sur le mariage dit ‘pour tous’ est extrêmement ambiguë; et sur le “genre” c’est pareil. Faut-il y voir la conséquence de la présence dans l’équipe rédactionnelle du propre frère du ministre Peillon?
    Sur H.Mariton: sa position est au minimum floue, sinon fluctuante. C’est tout de même lui qui soutient Chatel, qui a lui-même introduit le “genre”! A quoi joue-t-il? Je le perçois comme un arriviste opportuniste.

Laisser un commentaire