Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Laïcité à la française

Les catholiques pourraient-ils signer une charte comme celle « des principes pour l’Islam de France »

Les catholiques pourraient-ils signer une charte comme celle « des principes pour l’Islam de France »

Dans le cadre de nos réflexions sur la laïcité et la pression croissante exercée contre la religion catholique, il est intéressant d’analyser l’affirmation péremptoire et alambiquée qui ouvre la charte des principes pour l’Islam de France. Rappelons que cette charte est « destinée à structurer le fonctionnement du conseil national (sic) des imams ».

« Nous réaffirmons (sic) d’emblée que ni nos convictions religieuses ni tout autre raison ne sauraient supplanter les principes qui fondent le droit et la Constitution de la République. »

Ce « principe fondateur » pourrait-il être signé par un catholique ?

1.Il ne s’agit certes pas ici de soumettre la Foi (et la raison !) à la loi, de prétendre que la Loi de la République prévaudrait sur la Foi catholique (et la raison !).

2. Il s’agit de tenir que la Foi catholique, et la raison, ne sauraient être contraires aux principes (sous-entendu : réels et véritables) du droit, en particulier constitutionnel.

En sens contraire :

  1. La tournure grammaticale donne malgré tout un certain primat aux principes qui fondent le droit et la Constitution de la République : rien ne saurait les supplanter. Or ils s’inscrivent eux-mêmes dans un ordre plus large, celui de la Loi divine.
  2. Les principes qui fondent notre droit et la Constitution de notre République sont révisables : ni notre Constitution ni notre bloc de constitutionnalité ne sont gravés dans le marbre. Il n’est d’ailleurs que de se souvenir de Monsieur Vincent Lambert pour se rappeler que dans son délire mortifère la France n’hésite pas à violer jusqu’à ses engagements internationaux.

En conclusion : il ne s’agit pas de déplacer le débat de l’articulation de la Foi et de la Loi à l’articulation de la Foi et des principes du Droit pour obtenir un texte qu’un catholique pourrait signer.

Que pourrait signer un catholique ?

Isidore : « La loi sera tout ce que la raison établira, pourvu que cela soit en harmonie avec la religion, s’accorde avec la discipline des mœurs, favorise le bien public. »

Cicéron : « Ce sont les réalités nées de la nature et éprouvées par la coutume qu’ont sanctionnées la crainte et le respect des lois. »

Isidore encore : « Les lois ont été faites afin que, par crainte de leurs sanctions, l’audace humaine fût réprimée, que l’innocence fût en sûreté au milieu des malfaiteurs, et que chez les méchants eux-mêmes la faculté de nuire fût refrénée par la crainte du châtiment. »

Voir la question 95 de la Prima Secundae de Saint Thomas d’Aquin o.p.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Les catholiques ne pourraient pas signer cette charte. Les musulmans le peuvent car ils appliquent le principe du mensonge à l’ennemi.

  2. C’est quoi la République ?

    Les lumières ? Les loges ? L’avortement ? La médiocrité ?

  3. Je ne pense pas qu’un chrétien pourrait signer ce texte : pour un chrétien, la loi de Dieu comprise par sa conscience éclairée par la Bible et la tradition d’une « nuée de témoins » qui dès les origines refusaient de rendre un culte à l’empereur, est supérieure à la loi des hommes. C’est ce qui a amené le pasteur Dietrich Boenhoffer à s’opposer à Hitler et finir condamné à mort ou Soljenitsyne à s’opposer au communisme, Martin Luther King à s’opposer aux lois sur la ségrégation aux Etats Unis et d’innombrables chrétiens à s’opposer au pouvoir en Chine, en Corée du Nord, dans divers pays musulmans et ailleurs. Jusqu’à la venue du Royaume, il y aura une tension et des conflits entre la loi de Dieu et la loi des hommes. Le problème de l’Islam est ailleurs, c’est qu’il ne s’oppose pas toujours pour les bonnes raisons à la loi de la république. En effet, la République comme l’a déclaré Jean-Paul 2 au Bourget a incorporé dans sa devise (Liberté, égalité, fraternité) et certains de ses principes une partie de l’héritage chrétien, c’est cet aspect qu’il faut défendre mais certainement pas le tout. Ainsi quand l’Islam s’oppose à l’égalité homme-femme, à la monogamie, à la notion du prochain qui inclue ceux qui ne sont pas de notre communauté ou religion etc. il s’oppose à cet héritage chrétien. Il y a un tri à faire.

  4. L’intemporel prime sur le temporel

  5. Les « catholiques » ?
    S’il s’agit de la curie et de la haute curie mais c’est déjà fait …… depuis le 21 février 1795. Il a s’agit alors de la « constitution civile du clergé ».
    D’ailleurs ceux qui n’ont pas souhaité signer, ont tout simplement été fusillés, décapites ou passé par le fil de l’épée.

    Je ne vois aucun islamo-musulmans être ainsi traité ….. certes la taquiya leurs permettra de laisser entendre à « vos » ignorants une acceptation massive.

  6. Cette charte a été signée par les musulmans en application de la Taqiya. Les Catholiques ont déjà avalé suffisamment de couleuvres depuis des décennies (loi sur l’avortement, mariage pour tous, loi de « bioéthique » incluant la PMA pour toutes, l’IMG jusqu’à la naissance pour « détresse psychosociale ») en attendant la GPA pour tous et l’euthanasie à la mode belge (sans limite d’âge).
    Alors, demander, en plus, de signer une charte fantôme et caduque avant d’être signée relève de la provocation laïcarde.

  7. La langue utilisée dans ce texte est très dégradée. C’est la langue aujourd’hui utilisée par nos « technos », y compris dans les ministères où l’écrit compte (Intérieur, Education, etc), y compris au sommet de l’Etat. On dirait qu’ils ont rédigé cela à la va-vite, en réunion nocturne de cabinet, entre conseillers en manque chronique de sommeil.

    Sur le fond : Quant aux rapports entre pouvoir politique et « églises », le paragraphe le plus problématique, d’un point de vue catholique, me semble être celui-ci :

    « Cette [charte] vise à tracer les valeurs à transmettre aux fidèles et à partager avec eux, dans le respect des lois de la République et de l’éthique islamique. »

    Il paraît inconcevable, pour l’Eglise catholique, de négocier avec les autorités politiques les « valeurs à transmettre aux fidèles ». On voit mal, d’ailleurs, sur quelles bases juridiques serait fondée une telle négociation (ou la présente charte).

    Par cette charte, Macron poursuit une tentative engagée il y a au moins 20 ans. Il obtiendra vraisemblablement les mêmes résultats que ces prédécesseurs.

  8. Pour faire court: petit rappel de Notre Seigneur Jesus-Christ aux pharisiens :  » le Sabbat est fait pour l’Homme non l’Homme pour le Sabbat. »
    Ce qui peut parfaitement etre traduit dans le contexte actuel :
     » La loi est faite pour l’Homme pour la Loi »
    En effet quand la loi devient gotalement injuste et demande a l’homme des actions irrealisables et hors du Bon Sens et surtout contre sa totale conscience intime ordonnee au Bien, c’est une mauvaise LOI qu’il est necessaire d’abroger.

  9. le bal des hypocrites!
    quelques imams vont signer un chiffon de papier, le gouvernement (comme daladier à munich ) va l’exhiber !
    tout va bien dans le meilleur des mondes possible

Publier une réponse