Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Les avocats des parents de Vincent Lambert déposeront un recours auprès du Tribunal Administratif

Près de 90 000 personnes ont signé l’appel pour sauver Vincent Lambert.

Les avocats des parents de Vincent Lambert déposeront demain un « référé-liberté » auprès du Tribunal Administratif de Chalons en Champagne. Ce recours est suspensif et fait valoir des éléments médicaux laissés sciemment de côté par le docteur Sanchez du CHU de Reims. De nombreuses incohérences sont dénoncées par les avocats qui ne cessent de rappeler que Vincent ne fait pas l’objet d’une obstination déraisonnable.

«Je n'ai aucune déclaration à faire.» C'est ce qu'a écrit, vendredi soir, le Dr Vincent Sanchez, au bas de la «sommation interpellative» qu'un huissier lui présentait, à la requête des parents, d'un frère et d'une soeur de Vincent Lambert. Les avocats accusent :

«Ce silence méprisant est en outre d'une scandaleuse inhumanité!».

C'est la quatrième décision en ce sens en cinq ans. Me Paillot, l'un des avocats des parents, explique :

«C'est sur le terrain médical que nous allons nous placer, explique. Ce n'est pas un recours de principe. On fait valoir des éléments médicaux qui ont été sciemment laissés de côté par le médecin.»

Dans sa décision de 17 pages, le Dr Sanchez décrit Vincent Lambert comme un patient «en état végétatif chronique », aux «lésions cérébrales incurables et irréversibles» et sans «code de communication, même minimal». Pourtant, «en soi, cet état ne peut selon nous, qualifier une obstination déraisonnable», souligne-t-il.

Sur quoi fonde-t-il sa décision?, interroge Me Jérôme Triomphe, l'autre avocat des parents. Le fait que les soins quotidiens soient qualifiés de «difficiles», «ses réactions interprétées comme de l'opposition au regard de ce que l'on sait de lui, de sa pudeur», comme le note le médecin, scandalise les avocats. Depuis quand «des signes d'inconforts», des «sentiments de contrainte», tels qu'invoqués comme «arguments médicaux particuliers de la décision d'arrêt des soins», peuvent-ils justifier une obstination déraisonnable?, s'offusque Me Triomphe. Avant de souligner également «l'incohérence» du Dr Sanchez, «qui pense que Vincent Lambert n'a pas de conscience tout en continuant à vouloir interpréter des oppositions de soins comme signes de conscience…».

Autre motif d'indignation des parents: lors d'une audience, vendredi, Rachel Lambert, épouse et tutrice de Vincent, s'est dite d'accord pour que leurs horaires de visite soient assouplis, «mais uniquement à compter de la sédation terminale». «Nous craignons l'alimentation forcée», justifie le conseil du CHU. Me Triomphe s'insurge :

«Leur seule crainte, c'est qu'en élargissant les horaires au moment où il est le plus éveillé, les requérants puissent donner à manger à Vincent Lambert par la bouche et justifier ainsi la nécessité d'une rééducation ! Cela montre que le Dr Sanchez et Rachel Lambert savent très bien qu'il serait capable de remanger par la bouche. Il s'agit là de la démonstration définitive d'une non-assistance à personne en péril.»

Partager cet article

7 commentaires

  1. il y avait un post semaine passée de qualité : ne peut on pas faire en sorte de déménager manu militari M LAMBERT pour le mener là où il est attendu à Strasbourg si mes souvenirs sont bons.
    J’avoue en plus rien comprendre à cette affaire où tout les monde à son avis.
    laissez ce Monsieur LAMBERT VIVRE. Le reste n’est que délire médical et médiatique.

  2. L’arrêt de l’alimentation soumet celui qui en est la victime à de grandes souffrances (des médecins ont étudié ce qu’endurent les grévistes de la faim). Cela serait donc contraire à l’article 3 de la convention européenne des droits de l’homme qui interdit les traitement inhumains et dégradants. Et sans doute aussi contraire à l’article 2 (droit à la vie) du fait que la procédure suivie telle que décrite ci-dessus a conduit à écarter des arguments importants. Je ne suis pas suffisamment versé dans le droit pour en dire plus, mais invoquer des articles de la convention européenne des droits de l’homme permettrait, sinon de l’emporter, au moins de gagner du temps (appel,…jusqu’à la cour européenne des droits de l’homme?)
    Il faudrait qu’un juriste donne son avis…

  3. Je me souviens, c’était il y a plusieurs années, une dame, interrogée à la télévision, qui avait été victime d’un accident et était restée dans le coma plusieurs semaines, sans pouvoir communiquer entendait et comprenait, malgré tout, ce qui se disait autour d’elle, y compris les discussions des médecins. S’il en est de même pour Vincent Lambert, quelle souffrance pour lui!…

  4. Aujourd’hui MAC ” Camembert ” doit être saisi !!
    L’affaire vient de prendre une dimension politique internationale avec l’intervention du Pape, 1° diplomate du Vatican !!!!

  5. Ah parce qu’en plus de tout le reste, le droit de visite des parents de Vincent Lambert est restreint ?
    C’est quoi ce CHU ? Une prison ?
    C’est totalement inhumain, scandaleux, monstrueux !
    Lorsque mon père a été hospitalisé au CHU de la ville où j’habite après deux arrêts cardiaques (et alors qu’il se trouvait, lui, réellement en fin de vie), l’équipe soignante a mis un lit à disposition de ma mère qui a ainsi pu passer les trois dernières semaines de la vie de son époux à ses côtés jours et nuits. Ma soeur venait épauler ma mère le matin et moi l’après-midi (mon entreprise ayant facilité le travail à mi-temps pour moi à cette période). Cela nous a permis d’être près de Papa dans ces heures tristes et dures et qui me laissent cependant un sentiment positif : nous avons pu prier près de lui et le voir également prier, lui qui n’avait presque plus de conscience pourtant.
    Cela c’était une manière d’agir humaine de la part de l’hôpital. Nous leur sommes très reconnaissantes de ne pas même avoir proposé de précipiter les choses (ce que nous aurions refusé).
    Et là, Vincent Lambert n’est pas en fin de vie, il a des parents qui s’investissent beaucoup auprès de lui, qui est par ailleurs bien délaissé par le personnel médical, et on limite les heures de visite de ceux qui veulent l’entourer et éclairer la grisaille de sa chambre-prison !
    Honte au “Dr” Sanchez et à son équipe !

  6. Arretez le dr Sanchez de poursuivre la destruction de la santé de Vincent.
    Mettez-le hors d’état de nuire.
    DJ

  7. Empêchez ce technicien de la mort de faire des ravages chez les vivants.
    et faites lui expérimenter la deshydratation et le régime de diete qu’il impose à Vincent
    Jod

Publier une réponse