Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Les associations antiracistes muettes devant les barbares

De Ivan Rioufol :

"Les organisations antiracistes n'ont rien à dire. Non, elles ne voient pas où est le problème, quand un paisible géographe de 23 ans se fait lyncher et poignarder sans motif, vendredi soir en plein centre de Grenoble, par des voyous qui venaient de se faire expulser d'un tramway par des contrôleurs. […] Si le Mrap, Sos Racisme, la Licra, le Cran, la Halde, avaient un minimum d'honnêteté intellectuelle, leurs représentants se seraient précipités pour dénoncer cet acte de haine pure, de discrimination avérée, de racisme gratuit. Or ces donneurs de leçons, s'ils ont l'indignation immédiate dès qu'il s'agit de culpabiliser la société d'accueil, n'ont jamais un mot pour dénoncer les actes de rejet contre cette même société. Les antiracistes avalisent une contre-société à qui ils pardonnent les dérives les plus odieuses […]
Il y a un an, un même silence avait accompagné la révélation, par une vidéo détournée, de l'agression d'un jeune étudiant par quatre adolescents dans un bus parisien de nuit (le Noctilien) au cri de "Sale Français !". La victime, étudiant à Sciences Po Paris, s'était même empressée de défendre ses agresseurs en portant plainte contre celui qui avait diffusé cette scène. Ce que j'ai appelé, par la suite, le "syndrome du Noctilien", c'est-à-dire ce comportement politiquement correct qui justifie le fautif et accable le témoin, reste le ressort de ces mouvements antiracistes qui se déshonorent à vouloir nier le nouveau racisme anti-blanc et anti-Français que la contre-société produit, victimisée par un unilatéral discours de l'excuse. […] Ne serait-il pas temps de demander des comptes à ces mouvements antiracistes, généreusement subventionnés par l'argent public ?"

Partager cet article

8 commentaires

  1. Ce sont elles qui promeuvent le racisme et la haine anti française et anti nationale parce que les politiques les y ont autorisé depuis Pleven jusqu’à ce jour, par reniement de soit et des siens, par bêtise et sadomasochisme. Leur enfants comme les nôtres vont savoir.
    Pitié pour ces innocents!

  2. nos fils,nos filles,nos soeurs, nos femmes, nos mères, nos frères sont en danger
    Aux armes citoyens!

  3. Il faut savoir dès maintenant qui fait quoi,et qui dit quoi.
    Car si les temps changent, il est fort à parier que ces muets , membres des associations donneuses de leçons, en réalité les déstabilisateurs de la France retourneront leur veste.
    C’est ce qui s’est passé à la libération où nous avons vu une pléthore de faux résistants.
    Attention, l’histoire est un éternel recommencement.

  4. Les associations antiracistes sont muettes… comme nos évêques.
    Qui se ressemble…

  5. Oui, ils auraient (évidement dû) mais aussi, pu le faire ne serait-ce que par politique, pour montrer combien ils sont objectifs et irréprochables, autrement dit pour soigner leur image.
    Mais ils sont au delà de ce type de stratégie, ils se foutent complètement de séduire l’opinion, ils ont la force pour eux, le temps des simagrées est pour eux dépassé, ils adoptent donc une conduite dictorialo-maffieuse.
    Rien de surprenant, ils ont des précédents, voire des modèles; ainsi Dzerjinski, l’insomniaque de la Loubianka, affirmait cyniquement : « Nous ne voulons pas la justice, nous voulons régler des comptes. »

  6. Que viennent faire les eveques dans ce débat ? les premières photos d’un présumé coupable sont parues dans » le parisien » et effectivement tout le monde peut reconnaitre le profil typique du militant de droite extreme ou pas .nul doute qu’un grand défilé antiraciste va secouer notre pays ; le gign va devoir intervenir dans les repaires de ces dangereux individus(comme du coté de CHATEAUROUX il y a quelques années )En attendant ,10 heures d’intervention chirurgicale pour la victime de ces fauves .

  7. les politiques les y ont autorisées…
    moi aussi et vous demande humblement pardon

  8. Vous pouvez supporter l’AGRIF …
    http://www.agrif.fr/

Publier une réponse