Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Les ambitions européennes de Nicolas Sarkozy

E Bruges-Europe avait entrevu cette ambition (ici et ici). Elle est aujourd’hui confirmée par plusieurs conseillers de l’Elysée. Nicolas Sarkozy veut profiter de la crise financière pour imposer sa vision économique de l’Europe et continuer à présider l’Union européenne au niveau de la zone euro, au moins pour une année supplémentaire. Le président français a amorcé hier cette offensive au Parlement européen.

Le traité de Lisbonne n’étant pas entré en vigueur, l’Europe ne disposera pas d’un président du conseil, élu pour 2 ans et demi. L’Union va continuer d’être dirigée par des présidences semestrielles. Le 1er janvier 2009, elle se retrouvera dans les mains des eurosceptiques tchèques Vaclav Klaus et Mirek Topolanek, puis des Suédois, hors de l’euro. Pour couronner le tout, la Commission sera en fin de mandat, avant les élections européennes de juin 2009.

Nicolas Sarkozy a annoncé une feuille de route en décembre pour résoudre le problème de la présidence tournante. L’Eurogroupe n’a aucune existence juridique et peut donc se doter d’une présidence sans traité institutionnel. La solution la plus audacieuse pour diriger ce forum consisterait à procéder à une élection. La seconde, plus simple, serait de décider que la France continue d’exercer la présidence au niveau de la zone euro, jusqu’à ce que la présidence de l’Union revienne à un pays ayant la monnaie unique, ce qui sera le cas le 1er janvier 2010, avec l’Espagne. Cette deuxième thèse semble naturelle au secrétaire d’Etat aux affaires européennes Jean-Pierre Jouyet, qui rappelle que les Belges ont dirigé un an l’Eurogroupe, en 2001, suppléant la présidence suédoise qui n’est pas dans l’euro. De même, les Grecs avaient remplacé en 2002 les Danois. Nicolas Sarkozy inviterait le premier ministre britannique, pour que la City, première place financière d’Europe, soit à bord.

Outre l’Eurogroupe, M. Sarkozy voudrait utiliser un argument analogue pour présider l’Union pour la Méditerranée jusqu’à ce que vienne le tour de l’Espagne : Suède et République tchèque ne sont pas riverains de la Méditerranée.

Michel Janva

Partager cet article

5 commentaires

  1. Aussi ambitieux que Napoléon, mais sans les mêmes capacités intellectuelles ni les même moyens!
    Cela s’appelle de la prétention!

  2. N’ayant rien réussi de concret et de véritablement réformateur qui réalise la ”rupture” promise, N. SARKOZY se projette sur l’Europe.
    La France et ses 65 millions d’habitants, son insécurité, son chômage, son immigration, son fiscalisme dévastateur, son désert en PME, la lourdeur de ses réglementations et de ses administrations nationales, régionales, locales, etc…., l’échec de son système éducatif, la ruine de sa patrimoine, sa dette comparable en pourcentage à celle des USA, est trop petite pour qu’un tel talent donne toute sa mesure : les grands esprits se doivent à leurs grandes ambitions.
    La République s’est toujours voulue universelle. La preuve : N. SARKOZY fait don de sa personne à l’Europe.

  3. Il est manifeste que nous assistons à une projection pour échapper à un échec.
    C’est par ailleurs, le coup d’état permanent et le mépris total du droit.

  4. Ce type est aussi mauvais que Napoleon ou Hitler. Sa soif de pouvoir absolu est abominable.

  5. “La France tombera très bas. Plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil […]. Il n’y aura plus rien. Mais dans sa détresse, elle se souviendra de Dieu et criera vers Lui, et c’est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. La France retrouvera alors sa vocation de Fille aînée de l’Eglise, elle sera le lieu de la plus grande effusion de l’Esprit Saint, et elle enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier.”
    Marthe Robin en 1936, cité in “France réveille-toi”, p.178 (éd. L’Icône de Marie).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.