Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’entreprise de destruction de l’homme

Thierry Bouzard, dans Monde & Vie, évoque l’ouvrage d’Alain Toulza, Le meilleur des mondes sexuels :

"Depuis la chute du rideau de fer, les révolutionnaires ont délaissé le terrain politique et économique pour investir le terrain éthique, ils y font des ravages. Ce n’est pas une nouveauté, puisque les remises en cause ont toujours existé, mais elles ont connu une montée en puissance avec les progrès de la biologie. La commercialisation de la pilule et le “droit” à l’avortement ont permis la remise en cause du modèle social naturel fondé sur la famille (un père, une mère et des enfants puisqu’il faut le rappeler). Dans un récent ouvrage, Le meilleur des mondes sexuels, Alain Toulza décrit précisément les ressorts de cette entreprise mondiale de destruction de l’homme. Car il ne s’agit pas simplement de comportement individuel, de choix personnel ou de morale. L’auteur remonte aux sources, c’est-à-dire aux féministes françaises et anglaises, en rappelant les liens entre ces mouvements et l’eugénisme des nationaux-socialistes. […]

Après la défaite de ce régime, le courant féministe est relancé avec la parution du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir: « En soi l’homosexualité est aussi limitante que l’hétérosexualité : l’idéal devrait être de pouvoir aussi bien aimer une femme qu’un homme, n’importe, un être humain, sans éprouver ni peur ni contrainte ni obligation ». Mais ces prétentions libertaires étaient réservées à une minorité. Elles ne trouveront leur réalisation qu’avec la généralisation de la contraception, permettant à la femme de dissocier amour et fécondation. Les récents progrès de la médecine donnent les moyens de dissocier la femme de la maternité. C’est l’enjeu du débat sur les mères porteuses. On connaît déjà les problèmes d’identité des enfants “accouchés sous X” recherchant désespérément leurs géniteurs. Ils deviendront insolubles pour les enfants issus de mères porteuses, conçus par fécondation in vitro pour le compte d’un couple tiers (et qui payera la pension en cas de divorce ?).

Une société doit d’abord se préoccuper de l’intérêt des plus faibles, en l’occurrence les enfants, avant la satisfaction d’un prétendu « droit à l’enfant » (voir L’Homoparentalité en question de Béatrice Bourges, éditions du Rocher). Mais depuis la légalisation de l’avortement, le sort du plus faible (le petit dans le ventre de sa mère) n’intéresse plus grand monde. D’un côté on encourage le massacre des tout-petits (environ 200 000 avortements par an en France), de l’autre on va déployer à grands frais les dernières ressources de la médecine pour permettre à des individus stériles d’assurer leur besoin d’enfant. Il serait quand même plus simple – et aussi plus économique – d’arrêter le massacre. L’Eglise, par la voix de Jean-Paul II a toujours enseigné que « Tout être humain a le droit de naître d’un acte d’amour normal entre un homme et une femme ». On connaît les tentatives de clonage hommelapin chinoises, les 100 000 ou 200 000 embryons congelés français, la collection de foetus de l’hôpital Saint-Vincent de Paul."

Michel Janva

Partager cet article

5 commentaires

  1. Détruire la société par le sexe et la drogue, c’est plus efficace que d’envoyer une division de blindés pour prendre Strasbourg ou Paris.
    Les communistes ont tout compris.

  2. Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet tellement la société actuelle attaque systématiquement l’être humain dans ses points faibles à travers des procédés de manipulation psychologiques très éléborés (psychological warfare). On ne dira jamais assez combien le travail des sociologues et autres spécialistes de la psychologie humaine ont préparé le terrain de la débâcle par leur recherche sur le fonctionnement de l’être humain au niveau cérébral et psychologique dans les années 20 et 30 du siècle dernier. Les scientifiques russes et américains ont conjugué leurs efforts pour bâtir cette société socialiste où les masses réagissent docilement aux mots d’ordre des maîtres à penser. Le plus effrayant dans les perversions actuelles, c’est qu’elles sont le fruit d’une volonté délibérée et diaboliquement perverse de destruction méthodique de la nature humaine par tous les moyens offerts par la science. Le résultat est allé au-delà de toutes les espérances de ces docteurs Faust.

  3. J’étais au centre d’assistance sociale de ma ville ce matin, c’est incroyable : Toute la partie normalement dévolue à l’église en matière d’éducation, de bonne moeurs, de réconfort moral et autre est tombée dans les mains de l’administration : Dépression ? Appelez tel service. Famille en difficulté ? Appelez tel service. Malaise sociale ? Appelez tel service.

  4. Permettez moi, Michel, de corriger. Les communistes n’ont rien compris. Il reste seulement au bon vouloir de leur maitre suprème, Satan, dont ils continuent à ignorer l’existence abétis sous le poison du maitre. Prions pour eux que notre Seigneur puisse briser leurs coeurs pétrifiés et y faire penétrer son Amour rout puissant.
    olivier

  5. Dénoncer ce type de manoeuvres est absolument inadmissible. Lorsque je dépose des posts, pourtant toujours corrects, en ce sens, par exemple sur le forum d’Orange (issu de France-Telecom, ils sont presque systématiquement gommés par les manipulateurs, pardon les modérateurs.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services