Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : Etats-Unis

L’énorme hypocrisie de l’idéologie avorteuse

L’énorme hypocrisie de l’idéologie avorteuse
En avril avaient été découverts 21 cadavres de fœtus « entreposés de façon inappropriée » dans une maison funéraire de Detroit (Michigan). Depuis lors on en a trouvé 38 autres, et 269 boîtes de restes incinérés. Dont (ou en plus) la semaine dernière 10 cadavres de fœtus et un cadavre de nouveau-né.

Vendredi dernier, dans une autre maison funéraire de Detroit, ont été découverts 36 cadavres de fœtus dans des boîtes, et 27 autres dans un congélateur. Les recherches se poursuivent : il pourrait y en avoir 200.

Les maisons funéraires ont été fermées, et leurs responsables vont être poursuivis en justice, notamment pour ne pas avoir informé les parents :

L’avortement est légal jusqu’à la naissance. Il y a des parents après la naissance. Avant cela, comme chacun le sait, la femme est libre de disposer de son corps, et de cet amas de cellules qu’il y a dans son ventre.

Mais voici tout à coup que cet amas de cellules aurait des « parents »…

Telle est l’énorme hypocrisie de l’idéologie avorteuse. Si ces fœtus ne sont qu’un amas de cellules, une sorte de kyste, où est le scandale de Detroit ? Si des déchets non dangereux sont « entreposés de façon inappropriée », il n’y a pas de quoi défrayer la chronique.

S’il y a scandale, c’est donc que, quoi qu’on en ait, ces déchets-là ne sont pas comme les autres. C’est que l’on sait parfaitement que l’on ment sur leur nature. Et que ce sont des petits d’homme que l’on massacre.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Et le comble de l’hypocrisie réside dans le marquge des paquets de cigarettes et des bouteilles d’alcool : interdit aux femmes enceintes. Si le foetus est un amas de cellules, en quoi la consommation de tabac et d’alcool peut-il être dangereux ? Il s’agit donc bien d’une reconnaissance explicite de la personnalité de l’enfant dès sa conception…

    • Sans parler de la jurisprudence qui attribue des dommages et intérêts aux mères enceintes perdant leur enfant lors d’un accident. Cela semble cher pour la perte d’un amas de cellules voire même d’une tumeur comme on a pu le lire ci et là.

  2. il faut revenir à la distinction d’Aristote entre ce qui est “en puissance” et ce qui est “en acte” : l’embryon humain est une personne humaine “en puissance”, mais pas encore “en acte” : il faut atteindre un certain niveau de développement avant que cette personne humaine se réalise “en acte” ; de là découle une certaine ambiguité du statut de l’embryon. Une autre distinction voisine réside entre le “synchronique” et le diachronique” ; si l’on considère un embryon de de 3 semaines, il est clair, d’un point de vue synchronique ( photographique) qu’on est en face d’un “amas de cellules” ; si au contraire on raisonne de façon diachronique ( cinématique) , on voit le même embryon se développer et devenir, pour le moins à la naissance, un être ou une personne pleinement humaine. Je crois que celà explique en grande partie le dialogue de sourds entre partisans et adversaires de l’avortement volontaire.

  3. Que Dieu ait pitié de nous

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services