Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Le Vatican

L’Eglise veut défendre la vie

Le Vatican a publié mardi un document de 57 pages qui condamne la contraception, l’avortement, la conception in-vitro, l’insémination artificielle, l’utilisation d’embryons humains et les unions entre homosexuels, qualifiant d"‘éclipse de Dieu" les attaques dont fait aujourd’hui l’objet la famille. Le document intitulé "Famille et procréation" a été rendu public par le Conseil pontifical pour la famille dirigé par le cardinal Alfonso Lopez Trujillo.

La problématique (à savoir le lien intrinsèque entre famille et procréation) est traitée en 4 chapitres qui rappellent que "la famille est le seul lieu approprié à la procréation", et expliquent ce que l’on "entend par procréation intégrale au sein de la famille, ses aspects sociaux, juridiques, politiques, économiques et culturels". Un cinquième chapitre expose "les perspectives complémentaires, théologique d’abord, dans la mesure où la famille humaine est image de la Trinité, pastorale ensuite, car la famille est base de l’Eglise et espace d’évangélisation". Le texte reprend l’encyclique Humanae Vitae de 1968 qui soulignait le caractère immoral de toute forme de contraception, le Concile Vatican II, le magistère de Jean-Paul II, mais aussi au Catéchisme de l’Eglise catholique et son récent Compendium sur la doctrine sociale.

"Jamais dans l’histoire la procréation humaine et par voie de conséquence la famille, qui est son lieu naturel, n’ont été aussi menacés que dans la culture contemporaine. L’être humain doit être généré et non pas produit, il doit venir à la vie et non pas en vertu d’un processus artificiel mais comme conséquence d’un acte humain au sens plein du mot : l’union d’un homme et d’une femme".

Le Conseil pour la famille dénonce les attaques visant "l’institution naturelle du mariage et de la famille" :

"Les couples constitués d’homosexuels revendiquent les mêmes droits que ceux réservés au mari et à la femme ; ils réclament même le droit à l’adoption".

Quant au crime de l’avortement, il est "une violation du droit fondamental à la vie".

Michel Janva

Partager cet article

4 commentaires

  1. Et bien cette réaffirmation – car il n’y a rien de nouveau si ce n’est la récapitulation en un volume organique – va encore faire du bruit dans le Landerneau médiatique cathophobe.
    Attendons-nous à de belles envolées lyriques de Tincq, Terras et Cie…
    Quant à nous, nous nous réjouissons de cette occasion de structurer l’enseignement de l’Eglise en ces matières et de les recevoir comme un tout cohérent.

  2. Le drame est que ce docuement ne se trouvera pas sur les présentoirs à l’entrée des églises, je pense au diocése de Poitiers ou sévit un concilliariste des plus durs.C’est pourquoi je n’attache pas trop d’importance à ce genre d’initiative.

  3. J’attends également pour ma part de voir l’accueil que feront les évêques français à ce document – on se souvient de leur réaction dans les années 70 à la publication d’Humanae Vitae de Paul VI… Lamentable.

  4. N’attendons pas les autorisations officielles et hiérarchiques : c’est une doc qui vient de ROME et pas du moindre des conseils pontificaux.
    Offrons le à notre curé avec encouragement à le lire, faites le parvenir à votre évêque avec un mot gentil. Montez un cercle de lecture avec quelques amis, faites en un résumé pour les ados, servez vous en KT lycée ou aumonerie, laissez le trainer sur votre bureau. Nous chrétiens sommes de par notre baptême pretre prophete et roi. Cette triple mission emplissons-la de notre pérsence et de toutes nos forces sans attendre des hochemenst de tête. Que le PEUPLE de DIEU se saisisse des élémenstde sa Foi et évangélise. Contournons, contournons!!! Les obstacles ne sont pas là où nous croyons bien souvent.

Publier une réponse