Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’Eglise et le Sida : une enquête contre la désinformation

Les congrégations religieuses ont été parmi les premiers dans le monde à se mobiliser dans la lutte contre le sida et la prise en charge des malades. En Jamaïque, par exemple, elles ont construit des centres de soins palliatifs dès le milieu des années 1980. Et le premier hôpital pour les malades du sida à New York a été créé en 1985 par Mère Teresa. Or, ce travail reste largement sous-estimé, selon Sœur Maria Martinelli, missionnaire combonienne :

"On se contente d’une vision caricaturale négative de l’Église catholique sur ce sujet, uniquement à travers la fenêtre du préservatif. On ne nous écoute pas, on ne nous aide pas".

On estime que 26% des services utilisés contre le sida dans le monde viennent de congrégations religieuses. Or ces dernières ne sont destinataires que de 5% du fonds global de l’ONU consacré au sida, à la tuberculose et au paludisme. Le P. Frank Monks, camillien, indique :

"Dans certains pays pauvres, les religieux représentent plus de 40 % des services sanitaires, mais ils ne sont jamais consultés et sont contraints de travailler seuls, avec des résultats difficiles."

L’Union des supérieurs généraux et l’Union internationale des supérieures générales, qui regroupent les responsables des instituts masculins et féminins, aidés par l’université jésuite Georgetown de Washington et par les Nations unies, se sont donc lancés dans une enquête sur le terrain. Elle montre que l’implication des congrégations est massive. Pour la seule Afrique, elles travaillent – avec des laïcs – dans près de 1 000 hôpitaux, 5 000 dispensaires et 800 orphelinats. Leur spécificité, c’est que leur implication va au-delà des soins médicaux proprement dits, comme le montre Sœur Maria Martinelli :

"Le sida n’est pas seulement à combattre avec des médicaments. L’aspect social, éducatif, de prévention, mais aussi l’assistance spirituelle et pastorale sont importants. […] nous pensons que justement, la lutte contre le sida ne se réduit pas au problème du préservatif. Sur le terrain, les campagnes de prévention qui sont faites uniquement sur l’usage du préservatif ne marchent pas. Cela concerne tous les aspects de la vie et de la société, éducation, entourage."

Michel Janva

Partager cet article

Publier une réponse