Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’Eglise en Algérie, entre déclin et renouveau

Au Ve siècle, avant même que l'islam existe, plus de 700 évêques étaient dispersés en Afrique du Nord. Aujourd'hui, les chrétiens n'atteignent pas 1% de la population totale. Camille Eid, professeur à l'Université de Milan, journaliste, auteur et expert des Eglises du Moyen-Orient, répond à Zénit :

"La conquête arabe a provoqué un déclin progressif, encore que jusqu'aux 10e et 11e siècles, nous avons des témoignages de lettres envoyées à Rome, au pape, qui attestent l'existence de communautés chrétiennes jusqu'à cette période. […] Ensuite, la dynastie aghlabide a imposé la conversion à l'islam après la conquête normande, ou reconquête de la Sicile. […] Nous parlons des 11e et 12e siècles, au moment de la disparition de toute présence chrétienne dans toute l'Afrique du Nord, pas seulement en Algérie, mais aussi en Tunisie et au Maroc. […] ll nous a fallu ensuite attendre le retour du christianisme, malheureusement sous forme de colonialisme. […] il est à noter que cette présence chrétienne était avant tout sous l'influence de la République française, elle-même fortement influencée par la franc-maçonnerie. […] et après 1962 tous les Français – les "Pieds-Noirs" – sont rentrés en France et, depuis, il n'est resté que quelques milliers d'étrangers travaillant dans le pétrole et le gaz, jusqu'à aujourd'hui. […] En l'espace d'un à deux ans, tous les chrétiens sont rentrés en France, et la présence chrétienne est tombée à moins de 1% de l'ensemble de la population. […]

A la loi ou l'ordonnance de 2006 est vraiment très restrictive. […] La loi stipule que les cultes ne doivent pas se dérouler en dehors des lieux prévus à cet effet. Elle limite ces pratiques à l'intérieur des lieux de culte. Si un prêtre se rend à la campagne où il n'y a pas une église et qu'il existe une communauté de 20 à 50 personnes, il ne peut pas célébrer parce qu'il n'y a pas de lieu de culte officiellement désigné. […] et en second lieu, toute activité perçue par le gouvernement comme étant du prosélytisme – prosélytisme est un bien grand mot – et, par conséquent, toute tentative pour convertir un musulman par la parole, ou par action, est punie de prison ou d'une amende. […]  

Le gouvernement, avez-vous dit, a reconnu qu'il y a des conversions chaque année ? 

Six par jour ! Nous avons compté de 10 000 à 15 000 convertis parmi les Algériens d'origine berbère. […] Il n'existe pas de données officielles, mais nous savons que, parmi les communautés algériennes en France, particulièrement les Berbères, nous avons des conversions. Nous savons aussi que les Berbères avaient été convertis de force à l'islam. [… l'Eglise algérienne locale connaît un renouveau qui ne s'était jamais produit depuis le 7e ou 10e siècle. Ainsi, après 1000 ans, nous avons les chrétiens locaux qui redonnent vie à l'Eglise d'Algérie. Ni Français, ni Espagnols ni Italiens. […] En outre, de nombreux étudiants africains des pays sub-sahariens viennent en Algérie pour étudier et contribuent à la vie de l'Eglise. Il y a donc une relève : les Européens s'en vont et sont remplacés par les Africains et par les chrétiens locaux, arabes et berbères. […]"

Partager cet article

7 commentaires

  1. Dans les pays sub-sahariens, le christianisme était aussi entré “sous forme de colonialisme”, et il est resté solidement implanté. Ce n’est donc pas le colonialisme qui explique la très faible christianisation de l’Afrique du Nord. C’est l’Islam. Et la République. Les autorités coloniales françaises se sont opposées à ce que les indigènes mahométans soient évangélisés. Et l’Eglise s’est soumise à cette exigence de la République.

  2. En effet, il y avait encore au moins un évêque en Afrique du Nord au XIIe siècle. En revanche, la présence chrétienne n’a jamais disparu, ne serait-ce qu’avec les captifs, les architectes, les savants, les ambassades françaises etc. !
    En 1962, tous les Français ne sont pas rentrés en France. D’une part, la majorité des FSNA (Français de souche nord-africaine) sont restés (y compris les “arabes” catholiques, et il y en avait un grand nombre). En outre, de nombreux FSE (Français de souche européenne) sont restés sur la terre où ils naquirent (on parle de plus de 100 000).
    Dire que « Tous les chrétiens sont rentrés en France » est pour le moins schématique.

  3. Retour du christianisme “malheureusement par le colonialisme”!!!! Encore et toujours! Quand la France débarrassait l’Europe et les Etats-Unis de la piraterie en Méditerranée c’était donc un malheur? Quand elle réintroduisait le christianisme après une éclipse de 1000 ans, c’était un malheur? Quand elle faisait cesser l’esclavage (Y compris à travers le Sahara) c’était donc un malheur? Quand des Européens de toutes les nations d’Europe mettaient en valeur des terres en friche depuis la fin de Rome, c’était un malheur?
    Franchement, tant que ce genre de pensée obligée et de lieux communs seront de mise chez des “spécialistes” de la chrétienté “d’orient” il n’y aura pas de salut pour l’occident CHRETIEN!!!
    Il faudrait rappeler à ce “spécialiste”:
    1. Que l’Afrique du Nord n’est pas en Orient mais en Occident.
    2. Que pour les anciens (Pline l’ancien et le jeune) elle est l’Europe.
    3. Que l’islamisation de l’Afrique du Nord est une trace visible de la conquête et du COLONIALISME arabe.

  4. Bravo Clément , voilà qui est parlé , marre de la culpabilité due à la colonisation et à ses fautes imaginaires !
    [Plutôt que de réagir “à chaud”, il serait souhaitable de tenter de comprendre ce qu’a voulu dire la personne interrogée. En l’occurrence, il me semble qu’on peut effectivement déplorer que le retour du christianisme en Afrique du Nord n’ait été du qu’à la colonisation. Laquelle a été, en grande partie, menée par une IIIe Républqiue anticléricale et maçonnique, séparant par la loi les arabes, considérés comme des musulmans, des pieds-noirs, considérés comme chrétiens. C’est le sens d’ailleurs de la lettre de Charles de Foucauld s’indignant de cet état de fait : soit on les convertis, soit ils nous chasseront.
    Alors certes, la colonisation n’a, en soi, pas été un mal et il convient de ne pas en faire repentance, autant on peut déplorer certains aspects de la IIIe République.
    MJ]

  5. O.K pour le rectificatif sur la 3eme République , de toute façon , vive le ROI!
    Et peu importe d’ou viennent les chrétiens du moment qu’il y en a !!!

  6. Cela fait du bien au cœur de prendre connaissance de ces bonnes nouvelles en terre musulmane.
    L’avenir chrétien du Maghreb est effectivement désormais pour une bonne part entre les mains des africains migrants qui apportent leur fraîcheur et leur soif de Dieu.
    Si l’Islam profite de la disparition des frontières pour vanter et étendre sa “fraternité” cosmique – L’Oumma – le christianisme “s’agrippe” au cœur de chaque chrétien pour diffuser sa vérité telle une pierre jetée dans l’eau diffuse l’effet de sa rencontre avec l’eau jusqu’à la prochaine rive.

  7. Pour autant que je le sache, les aghlabides avaient depuis longtemps cédé la place à d’autres dynasties au moment de la reconquête de la Sicile. D’autre part, je ne trouve pas trace de telles conversions forcées d’une telle ampleur, même si elles semblent vraisemblables vu le contexte. Y aurait-il un historien pour clarifier les propos de Camille Eid ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services