Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’Église devrait revendiquer Sa souveraineté

L’Église devrait revendiquer Sa souveraineté

Le 4 mars, Roberto de Mattei a accordé un entretien au quotidien italien “La Verità“. Rorate Caeli l’a traduit en anglais et Benoît-et-moi en français.

Professeur, le sommet du Vatican a-t-il été un succès ou un échec?

« Je crois que c’était un échec. Les principaux médias l’ont présenté comme tel, en signalant que le message était faible et en soulignant l’insatisfaction des victimes. Je crois cependant que l’échec est dû à autre chose».

Quoi?

«Il s’est concentré sur les symptômes, pas sur les causes du mal».

Pouvez-vous nous expliquer?

« Le point central, déjà révélé dans le témoignage de Viganò, a été négligé: la diffusion de l’homosexualité dans l’Église comme phénomène organisé».

Y a-t-il un “lobby gay” dans l’Église?

« Oui, il y en a un. cela me semble tout à fait évident».

Evident ?

« La plupart des abus commis par le clergé concernaient des adolescents de sexe masculin, et non des enfants. Donc, si l’homosexualité n’a pas été mentionnée lors du sommet, la seule explication est qu’il y a une pression extrêmement forte pour s’assurer que le sujet soit évité».

Pression à l’extérieur ou à l’intérieur de l’Église ?

« À l’extérieur comme à l’intérieur. Les médias veulent empêcher l’Église de réaffirmer sa doctrine traditionnelle sur l’homosexualité».

Pourquoi ?

« Parce que la pédophilie est un crime reconnu par tous les États laïcs modernes. Mais ces mêmes États qui condamnent la pédophilie, encouragent l’homosexualité».

Ils en font la promotion?

« Oui, en effet. À tel point qu’ils veulent faire de l’homophobie un crime, interdisant ainsi toute critique à l’égard de l’homosexualité».

L’Église a-t-elle ainsi succombé à la propagande LGBT?

« L’Église devrait assumer une position prophétique en défiant le monde, et condamner non seulement ce que le monde condamne, c’est-à-dire les abus sexuels, mais aussi ce que le monde ne condamne pas, c’est-à-dire l’homosexualité».

Qu’en est-il des pressions internes ?

« Dans le clergé, aujourd’hui, il y a une atmosphère d’omertà et de complicité par le fait d’être ‘gay friendly‘ comme on dit. Il semble que le mot homosexualité ne puisse même pas être mentionné».

Réellement?

« Monseigneur Charles Scicluna a dit qu’il n’est pas légitime de condamner l’homosexualité, car ce mot indique une catégorie générique et une “catégorie” de personnes ne peut être généralisée».

Peut-elle l’être alors?

« Mais la pédophilie n’est-elle pas aussi une catégorie. Ou la pédophilie est-elle un péché en tant que tel, alors que l’homosexualité ne l’est plus?»

Le Père Federico Lombardi a parlé de “mesures concrètes” prises à l’issue du sommet. Se trompe-t-il?

« Les mesures concrètes présumées sont des appels aux indications de l’Organisation mondiale de la santé, qui promeut la contraception, l’avortement et l’éducation sexuelle. J’ai été déconcerté par la façon dont le sommet s’est aligné sur l’agenda d’une organisation internationale qui s’est longtemps opposée aux enseignements du Magistère». […]

En ce qui concerne l’affaire du Cardinal George Pell – qu’en pensez-vous?

« Je pense que lorsqu’il y a des accusations impliquant des hommes d’Église, puisque l’Église a son propre droit canonique, ses propres tribunaux, et qu’elle est capable de mener des enquêtes, elle ne peut pas se contenter de dire: “Attendons les résultats de l’enquête” menée par les tribunaux laïques».

Devrions-nous ne pas nous en remettre aux tribunaux “laïques” ?

« Je trouve troublante une telle manifestation de confiance dans les tribunaux laïques».

Pourquoi ?

« Au Vatican, ils sont sous le choc de l’affaire Pell, car ils savent qu’il est innocent. Et ils sont gênés parce que le Pape l’avait nommé préfet au Secrétariat à l’économie. Mais si l’on a décidé de s’en remettre aux tribunaux laïcs, on doit en subir les conséquences…»

Devrait-il alors incomber à l’Église d’enquêter sur les prêtres abuseurs?

« L’Église qui a sa propre loi pénale et ses propres tribunaux doit avoir le courage de contester le jugement des tribunaux du monde, convaincue que ce n’est pas le monde qui juge l’Église, mais l’Église qui juge le monde. L’Église devrait revendiquer Sa souveraineté».

L’Église doit-elle aussi devenir souveraine?

« Oui, absolument. Je trouve extrêmement grave que l’Église ait renoncé à sa souveraineté. L’Église est une société souveraine, comme l’État, même si Son objectif, contrairement à l’État, est surnaturel».

Et alors ?

« Si l’Église est une société souveraine, elle a tous les instruments pour atteindre ses propres fins de justice. Il ne s’agit pas seulement d’un organisme purement éthique, qui se dépouille de sa dimension judiciaire, permettant à l’État de tout décider. La renonciation à la souveraineté est une évolution dangereuse».

Une évolution dangereuse ?

« Les tribunaux séculiers peuvent même s’en prendre au pape François…».

Que doit faire le Pape?

« Permettez-moi de m’expliquer. Quand l’Église renonce à sa souveraineté, elle devient une sorte d'”entreprise morale” [Note du traducteur en italien – comme dans une société commerciale]. Et rendre l’Église [semblable à] une société commerciale, c’est risquer de rendre toute l’Église, à commencer par le sommet, responsable des actes de ses subordonnés. Chose qui n’arrivera pas si elle est considérée comme une société souveraine».

Autrement dit – si elle agit comme un État?

«Précisément. Si un citoyen italien commet un crime, le Premier ministre n’est pas tenu pour responsable. Si cela continue, au contraire, il y aura une persécution de l’Église».

Une persécution?

« J’en ai bien peur. En renonçant à sa souveraineté, l’Église perd sa liberté et est contrainte de se soumettre à l’État ou d’être persécutée. Aujourd’hui, nous sommes sous un régime de soumission. Si, à une époque, l’État était le bras séculier de l’Église, aujourd’hui, l’Église devient le bras séculier des pouvoirs en place, les politiciens et les médias».

Dans quel sens ?

« Dans le sens que l’Église obéit aux indications provenant d’organisations nationales et internationales qui ont une vision antithétique de la vision chrétienne».

Quel rapport avec la persécution?

« Si l’Église décidait de se soustraire à ce mécanisme, il y aurait un conflit avec les pouvoirs politiques. Maintenant, l’Église n’ose plus le faire. Mais si y elle y est forcée, elle se trouvera en grande difficulté, car elle a renoncé à sa principale ligne de défense, i.e. l’exercice de sa liberté et de son indépendance judiciaire».

Retournons à Pell une seconde. Certains ont fait remarquer que les accusations d’abus sexuels ont été portées après que le Préfet du Secrétariat à l’économie ait découvert un million d’euros déposés sur des comptes secrets….

« Il est possible que les deux choses soient liées. De plus, la rumeur court que la source des accusations qui l’ont amené sur le banc des accusés n’était pas en Australie, mais au Vatican….» […]

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. Vous avez coupé certains passages assez forts de l’article
    Il dit une chose très juste : quand l’église n’est plus spirituelle, elle devient politique
    C’est criant aujourd’hui (cf la déclaration d’Abu Dhabi, beaucoup de choses sur l’immigration, où cette focalisation excessive sur les abus …)

  2. Voilà un point de vue qui est exactement le mien : la Souveraineté de l’Église, sa propre JUSTICE ! L’Église ne s’assume plus comme elle le doit et le faisait autrefois ! Il faut revenir à la normale comme préconisé dans l’article ! L’Homosexualité reste, que l’OMS le veuille ou ne le veuille plus, une maladie mentale ! Elle nécessite des soins avant que cette maladie ne se propage. Il faut donc en arrêter la propagation et la réduire à zéro. Quant à la pédomanie, c’est un crime et le criminel doit être châtié !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services