Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

L’école est en crise, mais tant qu’elle est “républicaine”

Tandis que la Cour des Comptes fustige la gestion de l'Education nationale, le Sénat a instauré mercredi l'apposition
obligatoire de la devise de la République
"liberté, égalité, fraternité" et du
drapeau tricolore, sur le fronton de toutes les écoles, collèges et
lycées
. Qu'ils soient publics ou privés sous contrat. Il stipule
également que la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26
août 1789 sera affichée
"de manière visible" dans les locaux scolaires.

Cela fera une belle jambe aux enfants à qui l'Education nationale n'apprend pas à lire.

Partager cet article

20 commentaires

  1. DEMANDEZ LE PROGRAMME !
    DEMANDEZ LE PROGRAMME !
    (voir L’Ecole Républicaine du Futur en pdf)
    http://www.godf.org/index.php/pages/details/slug/revues-et-publications

  2. du grand n’importe quoi
    pas plus inégalitaire que l’EN incapable d’apprendre à parler français et à raisonner aux plus défavorisés
    ainsi elle les prive de leur liberté
    quant à la fraternité… non, je vais rigoler

  3. libres de consommer
    égaux ds la bêtise
    fraternels ds la violence

  4. Et on fera un lever des couleurs tous les matins ? Les enfants, la main sur le choeur chanterons la Marseillaise…Ah ? Le sanguimpur n’est pas au programme ? Il faut en laisser au prochain ministre ?

  5. Et ça s’est voté comment? à main levée et au doigt mouillé?*
    C’est encore à avaliser par l’Assemblée?
    C’est exécutoire?
    Où trouve-t-on le budget pour l’installation de l’écriteau et du dispositif porte hampe?
    *Les élus de ces deux assemblées devraient systématiquement demander un vote
    -soit nominatif
    -soit à bulletins secrets

  6. cela pourra s’écrire comme cela afin d’être lisible par les élèves:
    Libair t; =té ;fra,terre, niT

  7. “l’apposition obligatoire de la devise de la République “liberté, égalité, fraternité”.
    Il s’agit encore d’un moyen déguisé pour dissimuler sur les frontons des écoles catholiques (ou qui furent tenues par des religieux / religieuses) les crucifix gravés. Seules les statues de la vierge ou de saints placées dans une niche resteront (à moins qu’on les fasse retirer).
    En ce qui concerne la pose du drapeau tricolore, je doute que dans certains “territoires perdus de la République”, celui-ci résiste longtemps sur sa hampe.

  8. a la manif pour le mariage gay, on pouvait lire
    Liberté, Egalité, Sexualité.
    Vaste programme.

  9. la déclaration des droits de l’homme, c’est entre le distributeur gratuit de préservatifs et celui de pilules abortives ou entre la porte de la salle de shoot et de la PMI ?

  10. D’où l’intérêt des écoles vraiment catholiques, c’est-à-dire hors-contrat… CQFD.

  11. au moins tout le monde verra qu’on doit respecter les religions et la liberte de conscience.
    Et la declaration des droits de l’enfant, Il faudrait aussi l’afficher.

  12. il y a des tags qui se perdent…

  13. Rien n’interdit, jusque là, les écoles Catholiques sous contrat de visser à côté de cette plaque imposée une autre avec le texte du Credo.

  14. Franchement, que ce soit le PS qui impose la présence de nos trois couleurs sur le frontons de toutes les écoles, je trouve cela cocasse et l’idée est bonne en soi.
    Quant à notre devise, aussi sanglante qu’a été notre histoire depuis deux cents trente ans, elle est belle, connue et reconnue. Non franchement, je ne trouve rien à redire.
    Et quand je me dis qu’en plus, dans nos écoles chrétiennes, l’ensemble sera couronné tantôt par une croix, tantôt par la Sainte Vierge Marie, je souris intérieurement.
    La déclaration des droits de l’homme : elle transpire tellement nos racines judéo-chrétiennes que s’en est presque choquant pour les laïcards (et c’est un pare-feu contre l’islam qui ne s’y retrouve pas).
    Non, vraiment, j’ai connu nos députés socialistes moins inspirés bien souvent.

  15. Franchement, que ce soit le PS qui impose la présence de nos trois couleurs sur le frontons de toutes les écoles, je trouve cela cocasse et l’idée est bonne en soi.
    Quant à notre devise, aussi sanglante qu’a été notre histoire depuis deux cents trente ans, elle est belle, connue et reconnue. Non franchement, je ne trouve rien à redire.
    Et quand je me dis qu’en plus, dans nos écoles chrétiennes, l’ensemble sera couronné tantôt par une croix, tantôt par la Sainte Vierge Marie, je souris intérieurement.
    La déclaration des droits de l’homme : elle transpire tellement nos racines judéo-chrétiennes que s’en est presque choquant pour les laïcards (et c’est un pare-feu contre l’islam qui ne s’y retrouve pas).
    Non, vraiment, j’ai connu nos députés socialistes moins inspirés bien souvent.

  16. Ces salauds ont fait le coup en 1789 , souillant par là, La France et tout ce qui la fit Fille Aînée de l’Eglise.
    Une fois suffit, pas deux, ils nous trouveront désormais devant eux, nous sommes tous des Vendéens et des Chouans.
    S’organiser est à la portée de toute bonne volonté compétente, le Colonel Pierre Chateau-Jobert et d’autres, nous ont laissé des ouvrages pour cela.

  17. On s’en fout, on vire tous les socialistes de notre pays, et puis c’est tout. Vous comprenez, faut bien faire croire qu’on est patriote au gouvernement, c’est simplement un acte de propagande.

  18. Il y a juste un “petit détail” dans les textes fondateurs de la république (“déclaration des droits de l’homme”, “constitution”…), c’est qu’il n’y est pas défini ce qu’est “l’homme” objet de ces fameux “droits”.
    Alors, très tôt, le pouvoir républicain s’est engouffré dans la brèche. Tous ceux qui ont eu sa défaveur ont été qualifiés de “monstres”, de “tyrans”, de “brigands” et l’extermination contre eux a été lancée : ce ne sont pas des “hommes”.
    “Ce qui constitue une république”, s’exclame Saint-Just le 5 février 1794, “c’est la destruction totale de ce qui lui est opposé.”
    …Et aujourd’hui, en 2013, ça continue : 730 000 sous-hommes ont signé une pétition ? A la poubelle ! 1 400 000 dans la rue ? Cela ne compte pas ! Ce sont des intégristes, des fondamentalistes, des nazis, des fascistes…
    Comment s’étonner que les républicains qui se donnent le droit de dire ou de considérer qui est “homme” et qui ne l’est pas, s’autorisent aussi à dire “mariage” ce qui ne l’est pas.
    Si la fantaisie leur prenait: rien, dans leurs principes, ne s’opposerait à ce qu’il soit décrété que les chimpanzés, les singes hurleurs, les orangs-outans, les gorets sont des hommes et des citoyens.
    Rien, dans les principes de la république, ne s’opposerait à l’éligibilité d’un goret à la présidence de la république, de singes hurleurs à l’Assemblée nationale, d’orangs-outans au Sénat et de chimpanzés s’épouillant mutuellement au Conseil constitutionnel.
    Les modes de décision ou de vote sur les dossiers (préparés par les collaborateurs…) pourraient tout à fait être modifiés, pour être adaptés aux nouveaux dignitaires de la république.
    Par exemple, au Conseil constitutionnel, en se basant sur le décompte du nombre de bananes jetées à la volée par les collaborateurs et englouties par les Conseillers par minute, avec une règle de seuil.
    La patte présidentielle, trempée dans le lisier, ferait une “Marianne” tout à fait acceptable pour tamponner les promulgations de lois.
    … Bref, il n’est pas simple de guérir ces gens de leur dérèglement mental… et de leur faire passer durablement l’envie de le généraliser.

  19. @ Olivier Saumur : c’est au nom de cette devise qu’a eu lieu le génocide vendéen, notamment, enfants compris. Quant à la déclaration des droits de l’homme, elle a été condamnée par Pie VI dans “Adeo Nota”. Et le seul rempart contre l’islam, c’est le Christ-Roi.

  20. Je respecte et partage votre colère face au mépris du gouvernement pour les milliers que nous sommes à nous opposer à cette loi. Je souffre cependant de la généralisation qui est faite. Il existe des écoles contractuelles où les enseignants sont honnêtes et dévoués à leurs élèves qui se décarcassent à s’en miner la santé pour que tous les élèves apprennent à lire (et bien plus encore) même ceux dont les parents, démunis ou démissionnaires, n’aident en rien. Ne les traitez pas comme le gouvernement nous traitent, par le mépris. Un peu de nuance les encouragerait.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique