Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Le prétendu “évangile de Judas”

La National Geographic Society a réussi un formidable coup de pub, à la limite de l’escroquerie, autour de la restauration d’un texte copte en grec datant du 3e ou 4e siècle. Rédigé sans doute deux siècles avant, il est intitulé l’ "Evangile de Judas".

Les médias s’en sont emparés, répétant que le texte "donne une version des rapports entre le Christ et son apôtre bien différente de celle des quatre évangélistes". Rappelons sa thèse :

Il montre Judas non pas comme un traître, mais comme l’apôtre le plus proche de Jésus, le seul qui ait vraiment compris son message.

Le récit commence par montrer Jésus qui rejoint ses disciples en train de prépare la Pâque. Jésus leur explique que la Pâque est inutile, mais ils ne comprennent pas sauf Judas. Jésus demande alors à Judas de le livrer.

Couric041905Malheureusement pour les médias, ce document hérétique était connu de Saint Irénée, qui l’a dénoncé dans "Contre les hérésies", en l’attribuant à la secte gnostique des "Caïnites". Dans le Wall Street Journal, le Père Thomas Williams (photo… à droite) donne des précisions :

"Les soi-disant ‘Evangiles Gnostiques’ ne sont même pas des documents chrétiens à proprement parler puisqu’ils émanent d’une secte syncrétiste née avant le christianisme."

Pourquoi cette secte s’est-elle attachée ainsi à la figure de Judas ?

"Contrairement aux chrétiens qui croient qu’un Dieu bon a créé un monde bon, les gnostiques prétendaient qu’un Dieu imparfait avait créé un monde vicié. Les gnostiques ont donc prôné la réhabilitation de figures de l’Ancien testament comme Caïn […] ou Esaü […]. Judas prenait tout naturellement sa place dans l’idéologie gnostique qui rendait Dieu responsable du mal dans le monde."

Rien d’innocent, donc, à ce que ce faux ressurgisse aujourd’hui.

Henri Védas

Partager cet article

2 commentaires

  1. De mémoire,il me semble qu’au Moyen-Age, une branche laïque s’était interrogée sur l’histoire de Judas, à savoir s’il était le traître que tout le monde connaît ou bien s’il était investi d’une mission par Dieu et que par conséquent il avait un rôle à jouer dans cette scène / Cène…
    La thèse du “Judas incompris” emporte pourtant nombres de conséquences…
    Qu’en dit le Vatican ?

  2. Toutes les hérésies contre lesquelles l’Eglise a combattu dans les 1ers siècles (merci les Pères de l’Eglise)sont aujourd’hui en train de resurgir dans un concentré assez frappant. Les 1ers grands conciles de la Foi ont l’air abandonnés.Et on voit même resurgir ce bon vieux jansénisme.
    Courage! Il nous faut travailler (en plus du reste!) notre Histoire de l’Eglise d’occident ET d’Orient…
    Mais bon, l’histoire tordue de Judas prince des disciples est en fait banale pour les théologiens. C’est l’ignardise de nos contemporains qui en fait une nouveauté, les médias eux savent très bien ce qu’ils font…surtout à l’approche de Paques. Tiens?? Pas d’affiche provocatrice cette année!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services