Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Le monarchisme de Georges-Paul Wagner

Le climat créé par l’affaire Clearstream inspire à Georges-Paul Wagner, dans Présent d’aujourd’hui, cette réflexion.

Id_wagner [J]e suis un royaliste depuis le biberon. […] Longtemps j’ai prêché devant des auditoires, plus ou moins réduits, la nécessité et la possibilité de la monarchie selon Maurras, dont serait exclu tout rôle de la démocratie qui est le mal et la mort. […]

Mais il faut vivre et mal vivre avec son temps et son vocabulaire contraire au bon sens et réducteur de l’intelligence, et j’en suis ainsi venu à penser qu’un roi, même sans pouvoirs, comme le roi d’Espagne, ou la reine d’Angleterre peut avoir des avantages pourtant, et nous éviterait du moins périodiquement ces ridicules chamailleries d’élections présidentielles, où il y a de l’amusement pour les amateurs de feuilleton, mais ruine assurée pour le politique au sens noble du mot.

Henri Védas

Partager cet article

6 commentaires

  1. – Je préfère que cela soit la ripouxblique qui soit salie plutôt que la monarchie à l’exemple tant du roi d’Espagne qui laisse passer (sans démissionner au moins temporairement) des lois anti-catholiques et génocidaires que de la reine d’Angleterre qui fait de même (même si les protestants anglais ont une autre conception de la vie c’est vrai).
    – Enfin parlons des moeurs je préfère que la ripouxblique soit salie par exemple avec une Mazarine (qui a vécue au frais du contribuable, a été protégée et cachée par le cellule del’Elysée) plutôt que la monarchie soit salie par des histoires comme le mariage de l’infant avec une divorcée en Espagne et les moeurs de la famille régnante anglaise, elles, se passent de commentaires).

  2. Il semble que le retour proche de la monarchie traditionnelle française soit utopique. Je précise : dans l’immédiat.
    Je pense – mais je peux me tromper – que s’il doit y avoir retour d’une monarchie (et je l’espère de tout coeur !), cela sera par la volonté du peuple tout entier.
    Une certaine “compromission” à la démocratie devra être faite. Mais cette compromission au principe démocratique n’enlèvera rien à ce qui fonde la vraie monarchie ! Le principe d’une monarchie catholique restera entier. La nécessité du principe du respect de la doctrine catholique sur l’origine et l’exercice des fonctions publiques deviendra manifeste. C’est même ce qui devra motiver notre peuple. Remettre de la transcendance là où les sectaires n’auraient jamais dû la supprimer : dans l’Etat, chose publique concernant le Bien commun de tous !
    Je crois que cela est le programme de l’Alliance Royale.
    Vive Dieu, Vive le Roi, Vive la France !

  3. Les monarchies actuelles sont des caricatures.En 1871, Le Comte de Chambord avait refusé le trône parce qu’il ne voulait pas être à la solde des magouilleurs de tous poils qui lui liaient les mains;”Amoindri aujourd’hui,je serai impuissant demain”
    Quand la France aura gouté tous les charmes de l’anarchie, elle reviendra à son Roi.Patience et prière.

  4. Je partage -une fois encore- l’analyse d’Ingomer. Le grand drame des monarchistes est de se bercer d’illusions. Nous devons attendre et prier pour que le peuple de France manifeste de nouveau son attrait pour la cause royale, comme il le fit en 1871, avant que cette énergie ne soit dilapidée par les magouilles de la “République des Ducs”, et de son chef, Mac-Mahon-la-Ganache…
    A force de voir leur pays sombrer et se rouler dans la fange à l’intérieur, et être dévoré par le Moloch pseudo-européen à l’extérieur, les Français finiront bien par revenir aux vieilles recettes.
    Par contre, ils faudra encore qu’ils se frittent sur la question du prétendant !!!

  5. “De Maistre avait […] dit que la Contre Révolution ne serait point une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution, c’est-à-dire qu’elle nous ferait entrer dans des voies opposées à celles qui nous ont conduit où nous sommes : ce qui peut se faire paisiblement, ce qui eût pu et dû se faire de 1870 à 1873.” (Mgr Delassus, , Le Problème de l’heure présente, Antagonisme de deux civilisations, tome II La Rénovation et ses conditions, Editions Saint-Rémi, p. 30)
    Voici donc ce que je pense :
    La Révolution de 1789 ayant été “une minorité qui s’empare du pouvoir et se le dispute…” Que “conduite au nom du peuple, la révolution s’est effectuée sans le consentement du peuple et souvent même contre le peuple” (Jean Sévillia, Historiquement correct. Pour en finir avec le passé unique, Perrin, Saint-Amand-Montrond 2003, p. 177).
    On peut en conclure – en paraphrasant en sens inverse Jean Sévillia et en s’appuyant sur le raisonnement de De Maistre – que :
    1- le retour de la Monarchie traditionnelle sera fera par UNE MAJORITE qui s’empare légitimement (par les moyens légaux ou légitimes) du pouvoir.
    2- Que conduite au nom du peuple, la rénovation de la France s’effectura AVEC le consentement du peuple et JAMAIS contre le peuple !
    Il y aura donc :
    1- un concensus général pour le retour du Roi.
    2- le Roi sera le seul principe capable de régler l’anarchie issue de la république révolutionnaire.
    3- A la destruction engendrée par le principe révolutionnaire répondra une rénovation symétrique.
    VD VR VF.

  6. “Tout pouvoir vient d’en haut”(Jésus devant Pilate)A méditer.Jusqu’à nouvel ordre,Dieu n’est pas mort…Que diable!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services