Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Le marxisme a tué mais n’est pas tué

Philippe Edel, directeur des Cahiers Lituaniens présente les déportations soviétiques en Lituanie :

Lituaniemap Le 23 août 1939, l’Allemagne national-socialiste et la Russie soviétique signent un « pacte de non-agression », (…) véritable déclencheur de la Seconde Guerre mondiale. Il contient en effet plusieurs clauses secrètes, par lesquels les signataires se partagent des zones d’influence sur les pays qui se trouvent entre eux, dont la Pologne et les Etats baltes. Après l’attaque et le partage de la Pologne entre les deux Etats totalitaires à l’automne 1939, l’Armée rouge envahit la Lituanie en juin 1940. (…) Commence alors la politique de soviétisation du pays, de terreur et d’extermination de sa population.

En 13 ans, de 1940 – début de l’épuration soviétique en Lituanie – à 1953 – fin de la guerre de résistance contre le pouvoir soviétique –, la Lituanie perd près de 30 % de sa population."

Rappel inutile ? Pas si sûr quand on lit dans L’Express que pour certains analystes (dont Jacques Attali), la pensée de Karl Marx "reste percutante, et même résolument moderne". Il lui attribue la paternité de la mondialisation présente :

"illustration de la modernité de sa vision : le capitalisme ne disparaîtrait, estimait-il, que lorsqu’il se serait transformé en force planétaire, globale, que l’ensemble de la classe ouvrière en serait partie prenante, que les nations s’effaceraient, que la technologie serait en mesure de faire disparaître l’effort et de créer la gratuité. Il a cité la Chine et l’Inde comme acteurs potentiels du capitalisme. Il a dit, aussi, que le protectionnisme était une erreur, la liberté des échanges une condition du progrès. Pour Marx, le capitalisme devait être mondial avant que le socialisme ne soit envisageable."

Effectivement, la mondialisation est issue d’une idéologie révolutionnaire qui a produit en son temps l’Union soviétique.

Michel Janva

Partager cet article

1 commentaire

  1. Au sujet de la Lituanie, l’aide à l’église en détresse(AED) avait publié le livre “Un sourire au goulag” de Nijolé Sadùnaité.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services