Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le football comme remède au racisme : un mythe désavoué

Selon Libération, le mythe "Black-Blanc-Beur" a fondu :

"Des discriminations, il y en a partout. Un jour, il faudra que ça s’arrête. Mais je ne pense pas que l’équipe de France y puisse grand-chose." (…) L’équipe de France, symbole de l’intégration ? La formule fait lever les yeux aux ciels. «Quand est-ce qu’on va cesser de nous parler d’intégration ?» peste un jeune homme d’une vingtaine d’années. (…) Mercredi, pour France-Portugal, l’ambiance était «délirante», raconte Hamines-Mouloud, 18 ans : «Tout le monde était derrière la France.» Après la victoire, comme ailleurs, la fête a pris tout le quartier. «Les gens klaxonnaient, on a sorti des drapeaux français, mais surtout algériens.» Il précise que le drapeau algérien, «c’est pour Zidane, pas contre la France». Mais il reconnaît qu’il ne s’imagine «pas vraiment» brandir un drapeau français. «Ça me ferait bizarre

(…) Ils ne sont pas dupes une seconde sur le mirage de l’effet Coupe du monde. Ils ne comprennent même pas qu’on puisse y croire. (…) Pour Abdel, 24 ans, le fait même de parler de cette équipe black-blanc-beur comme d’un modèle d’intégration paraît suspecte. «Ça veut dire en fait que pour être un bon Français, quand on a des origines étrangères, il faut apporter quelque chose à la France.»
Même les politiques auraient retenu la leçon : le 21 avril 2002 a succédé à 1998… Quant au mythe selon lequel l’équipe de France pourrait faire reculer un (hypothétique) racisme, plus personne ne semble y croire, toujours selon Libé :
"L’immense popularité des Bleus fait-elle progresser la «question noire» et reculer le racisme ? Plus personne n’a la naïveté d’y croire. «Il y a un effet momentané de patriotisme et de visibilité, ce qui est très bien. Mais la réussite de l’équipe de France ne bouleverse pas la donne, ce n’est pas un argument antiraciste », constate Pap N’Diaye, chercheur à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales)."
C’est d’autant moins un argument antiraciste, que le racisme n’est pas forcément là où l’on croit. Il en existe un, dont la seule évocation est tabou.

Partager cet article

3 commentaires

  1. La vérité, c’est que le mythe black-blanc-beur emmerde tout le monde, à part quelques élites mondialisées. A force de seriner ces conneries, on rend les gens racistes !
    Rendez-vous en 2007 !

  2. « Pour Abdel, 24 ans, le fait même de parler de cette équipe black-blanc-beur comme d’un modèle d’intégration paraît suspecte.
    Quant au mythe selon lequel l’équipe de France pourrait faire reculer un (hypothétique) racisme, plus personne ne semble y croire, toujours selon Libé »
    « La vérité, c’est que le mythe black-blanc-beur emmerde tout le monde »
    > Très bon résumé Eloi ! et ça, ça doit faire mal aux élites Eloi ! de se rendre compte qu’ils ne sont aimés de personne ! Bref, ils ont échoué sur tous les tableaux, et ils signent encore !
    Va y avoir des surprises en 2007.

  3. je viens de faire une fausse manoeuvre et d’effacer un très long commentaire ! Je résume : eh oui, pour être un bon Français, quand on a des origines étrangères, il faut apporter quelque chose à la France ! Marie Curie, entre autres, vous connaissez ? Cela dit, même sans origine étrangère, mieux vaut apporter quelque chose , non ? Quant au foot et à son exploitation ethnico-financière et « nationaliste », Huxley a écrit des lignes très fortes sur ce sujet ; je pense que c’est dans « brave new world revisited » (retour au meilleur des mondes) publié en 1958 ! C’est dire que le problème n’est pas nouveau, simplement récurrent à chaque période de décadence.

Publier une réponse