Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classifié(e)

Le Conseil central des ex-musulmans

En Allemagne, près de 40 anciens musulmans ont créé le Conseil central des ex-musulmans. Ils ont rendu public aujourd’hui leur renoncement à l’islam en l’accompagnant de photos. “Ca va faire du bruit”, déclare Mina Ahadi, d’origine iranienne. Cette militante des droits de l’homme, membre fondateur (avec dix autres personnes) de l’association, a déjà à plusieurs reprises critiqué sévèrement l’islam. Il y a 7 ans, elle a créé le comité contre les lapidations. En 2006, elle a organisé une campagne contre les crimes d’honneur. “La dénomination de l’association est provocatrice”, concède-t-elle. Il existe en effet, parmi les grandes institutions islamiques en Allemagne, un Conseil central des musulmans.

L’organisation revendique haut et fort le droit de quitter ouvertement le giron de l’islam. La communauté musulmane d’Allemagne n’échappe pas, en effet, à la pression laïque qui règne en Europe et nombreux sont ses membres qui quittent la religion. Mais ils le font discrètement car le choix n’est pas sans danger : l’islam prévoit tout simplement la mort pour les apostats.

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. C’est pas facile de sortir de l’islam. Je sais de quoi je parle, je m’étais converti. Et quand on est là dedans, c’est vraiment très bien ficelé. Ce sont mes connaissances en psychologie qui m’ont permises de comprendre que beaucoup de hadiths de Mahomet étaient simplement du ressort de la psychiatrie.
    Tout n’est pas à jeter dans l’islam, mais quand on a jeté ce qui est à jeter, on se retrouve avec le christianisme.
    On m’aurait baptisé j’aurais gagné du temps, mais bon, c’est bien de laisser les gamins choisir, à condition de leur donner les outils pour réfléchir.
    Les musulmans ne connaissent rien du tout à l’islam la plupart du temps et l’église par “compromis” ne met jamais en avant les très nombreuses conversions au christianisme.
    En fait l’islam aurait disparu de longue date sans les menaces de mort pour “aposthasie”.

  2. Yann dit : “Ce n’est pas facile de sortir de l’islam. Je sais de quoi je parle, je m’étais converti. Et quand on est là dedans, c’est vraiment très bien ficelé”. [Ndlr La Gazette : sans doute convient-il ici de rappeler sens littéral d’islam (tiré du verbe aslama “être soumis”) signifiant donc “soumission” ; le terme musulman ayant la même racine … alors que la salutation
    “salam alékoum ” venant de “es salam” signifie “la paix soit avec toi” … la racine s-l-m en arabe tout comme sh-l-m en hébreu indiquant la paix, la santé, le salut] … Ce sont mes connaissances en psychologie qui m’ont permises de comprendre que beaucoup de hadiths de Mahomet étaient simplement du ressort de la psychiatrie … Tout n’est pas à jeter dans l’islam, mais quand on a jeté ce qui est à jeter,on se retrouve avec le christianisme. [Ndlr de La Gazette : ou plutôt le judéo-christianisme, puisque l’islam est essentiellement issu d’un schisme des
    “ébionites”] … On m’aurait baptisé j’aurais gagné du temps, mais bon, c’est bien de laisser les gamins choisir, à condition de leur donner les outils pour réfléchir … Les musulmans ne connaissent rien du tout à l’islam la plupart du temps et l’église par “compromis” ne met jamais en avant les très nombreuses conversions au christianisme
    … En fait l’islam aurait disparu de longue date sans les menaces de mort pour “apostasie”.

  3. Attendons la vérification ou la contradicton de ce qui suit :
    “Un verset coranique (2:256) dit qu’il n’est «nulle contrainte en religion» … ”
    Devant une éventuelle “fatwa”, la question sera : La foi ou les foies ?

  4. Le verset 2:256 dit “nulle contrainte en religion”. Mais cela fut écrit au début du VIe siècle lorsque l’islam ne présentait qu’une négligeable portion d’individu qui avaient du mal à s’affirmer. Une fois les conquêtes effectuées (Moyen-Orient, Egypte, Maghreb, etc…) des pays jadis non musulmans, ce verset n’a en fait plus de cohérence une fois que l’islam s’est installé. On ne peut que saluer cette initiative en Allemagne, montrant que certaines personnes n’ont pas froid aux yeux, concernant certains aspects de l’islam. En France ? Attention, le MRAP et les lobbies “anti-racistes” veillent.

  5. Certains versets “révélés” après les autres abrogent ces derniers et les “savants” musulmans savent jouer de cela avec ceux qui n’y connaissent rien.

  6. À propos de la sanction réservée aux apostats musulmans, je voudrais pointer vers ce site musulman : http://www.islamophile.org/spip/article537.html
    Il contient une collection de fatwas (les fatwa ne sont pas nécessairement des condamnations, mais des réponses à des questions doctrinales ou morales). La fatwa vers laquelle pointe le lien que je donne répond à la question « Jusqu’où va la liberté de conscience en Islam ? Comment répondre à ceux qui soulèvent la question de la sanction de l’apostasie ? »
    Après avoir rappelé qu’il n’y a « nulle contrainte en religion », voilà ce que dit le commentaire de la Commission de Fatwâ d’Al-Azhar :
    « Quant au problème de l’exécution de l’apostat, en tant que sanction pour son apostasie, il faut savoir qu’une telle sanction admet des sanctions similaires dans les diverses législations divines. Toutes les religions prennent des mesures pour se protéger. Ainsi existe-t-il dans le Christianisme la sentence dite d’excommunication. Cette célèbre sanction était appliquée par les papes contre ceux qui se rebellaient contre l’autorité de l’Eglise, fussent-ils des Empereurs. Mais pourquoi aller si loin, alors que toute organisation, tout parti considère qu’il est de son droit de sanctionner n’importe quel membre qui violerait son engagement au sein du parti. La religion serait-elle plus futile qu’un tel parti ? »
    La réponse donnée par ce site est donc qu’il est normal que l’apostasie soit sanctionnée et compare l’exécution de l’apostat à l’excommunication catholique ! Je pense que beaucoup d’apostats musulmans aimeraient n’avoir d’autre sanction que celle de l’excommunication.
    Une autre fatwa citée par le même site : http://www.islamophile.org/spip/article458.html dit :
    « A partir de cela, les juristes de l’Islam sont unanimement d’avis que l’apostat mérite une peine — même s’ils peuvent diverger sur sa nature. Leur grande majorité estime que cette peine est la peine de mort. C’est l’avis des quatre écoles de jurisprudence islamique prévalantes, voire des huit écoles. »
    Dans les deux cas, il est intéressant de lire l’intégralité de la fatwa. Mais il semble, à leur lecture, qu’on ne peut considérer que l’exécution de l’apostat ne soit prônée que par des extrémistes musulmans.
    Thomas

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services