Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Le Cal Tauran et l’élection présidentielle

Le cardinal Tauran, archiviste et bibliothécaire de la Sainte Eglise romaine, est interrogé par le journal italien Avvenire, à propos de la campagne électorale :

"J’ai été très frappé que l’on ait très peu parlé d’Europe, de même que les thèmes éthiques ont été très peu présents. Dans le face à face final ces thèmes ont été complètement absents. Et dans la campagne électorale, toute référence à des faits ou des questions religieuses a été absente.

Avvenire – Mais presque tous les candidats ont été interviewés par « La Croix », le quotidien catholique français…

Card. Tauran – Oui, mais même dans ces belles interviews, les questions religieuses ont été seulement mentionnées. Evidemment, la religion est encore un tabou pour la politique française […] il y a une sorte de super-dogme laïc de la République."

Michel Janva

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

5 commentaires

  1. Son Eminence paraît bien peu informée des réalités françaises…Sait-elle, par exemple, que très peu d’évêques et de prêtres français ont exposé (et encore moins expliqué ! ) les 3 points non négociables du Saint-Père ?
    L’immense, l’écrasante majorité des fidèles “de base” n’en ont JAMAIS entendu parler par leurs prêtres.
    Le vrai scandale, il est là.

  2. En fait Son Eminence est très très bien informée, ô combien … mais elle poursuit sur sa lancée entamée depuis plusieurs années. Le vrai scandale, hélas, il est là aussi. Prions.

  3. @ Sixtine : si l’immense majorité des français “de base” n’ont pas entendu parler des points non négociables par une voix épiscopale, c’est qu’ils ne sont pas très attentifs : Le Cardinal Ricard, président de la conférence des évêques de france, le 29 mars, a été très clair. on sentait même une nette avancée, dans ce texte, sur les points non négociables, par rapport au texte “qu’as-tu fait de ton frère?” publié à l’automne par cette même conférence des évêques de France. l’influence de Benoît XVI? On peut l’espérer.

  4. @CC
    Certes beaucoup ne sont pas attentifs mais il reste vrai que la grande majorité du clergé n’a pas relayé comme il faut l’information. Par exemple dans mon diocèse, qui est ‘moyen’, la quasi totalité des confrères n’en a même pas parlé du tout.

  5. Le reste de l’interview de ce cardinal est tout de même bien dans la veine de nos évêques: louanges de la démocratie, admiration pour Sarkozy… C’est là qu’on voit finalement que cette théorie des points non négociables et de l’objection de conscience doit être affinée et surtout plus claire. On ne peut pas voter pour quelqu’un qui fait de l’avortement une valeur nationale. Tous les textes des évêques étaient ambigus et ont pu être interprétés par chacun comme il le désirait.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services