Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Le vrai problème pour l’entreprise, c’est la réforme de l’Etat

Le vrai problème pour l’entreprise, c’est la réforme de l’Etat

Jeudi 18 octobre se tenait la 16e opération « J’aime ma boîte ». A l’origine de cette journée festive lancée sous Jacques Chirac, Sophie de Menthon, la présidente d’Ethic, pour Entreprises de taille humaine, indépendantes et de croissance. Extrait d’un entretien qu’elle consacre à Minute :

[…] Lorsqu’un inspecteur du travail se présente dans votre entreprise et sort tout de suite son carnet à procès-verbaux parce que l’extincteur n’est pas à l’endroit où il devrait être, on est très loin du « droit à l’erreur » adopté l’été dernier par le Parlement, mais qui s’avère une vaste blague quand vous vous retrouvez face à l’administration. Il y a un abyme, ou plutôt un mur, semblable au Mur de Berlin, entre ce que le chef de l’Etat voulait et la réalité. Avec le Code du travail tel qu’il est, vous pouvez coincer n’importe quelle boîte aujourd’hui.

Il faut le simplifier ?

Ne me parlez pas de simplification : dès qu’ils se mettent à simplifier, ils vous sortent dix pages de plus ! Commençons par arrêter les effets de seuil, qui sont notre spécialité, et diminuons les strates de la fonction publique, dont le statut doit évoluer.

C’est-à-dire ?

Je l’ai dit au président de la République cet été : il faut, de façon urgente, dire quelles sont les missions régaliennes de l’Etat. Il fut un temps où une mission de l’Etat consistait à faire des sandwiches dans le TGV ! Aujourd’hui, peut-on m’expliquer pourquoi, pour tondre la pelouse de la préfecture, il faut être fonctionnaire ? Pourquoi le gars qui tond la pelouse de la préfecture doit-il avoir un statut à vie ? Voyons ce qui relève des missions régaliennes et ce qui n’en relève pas, et qui peut être délégué au privé.

Quel rapport avec la santé des entreprises ?

Le rapport est que le vrai problème pour l’entreprise, c’est la réforme de l’Etat. Dans un sondage que j’avais fait réaliser auprès des chefs d’entreprise, il leur avait été demandé ce qu’ils voulaient pour leur boîte. Massivement, ils ont répondu que ce qu’ils voulaient, c’est la réforme de l’Etat. Qui paye les fonctionnaires, le train de vie de l’Etat, qui se heurte à lui et à eux, sinon les entreprises ? Il ne s’agit pas du tout de priver les Français d’un service au public ; il s’agit de redonner au privé ce qui peut lui être donné. D’une part parce que c’est bon pour l’emploi, d’autre part parce que dès qu’il y a mise en concurrence, les choses sont mieux faites. Dans le même temps, bien sûr, il faudra en profiter pour revaloriser les fonctionnaires, et revoir les systèmes de primes et de promotions. Les fonctionnaires aussi aiment leur boîte, et même légèrement plus que dans le privé ; certains participent à notre opération, notamment dans les hôpitaux, mais doivent se cacher de leur encadrement. Il y a tout un travail à mener dans ce domaine où s’exprime un sentiment d’être reconnu comme une entreprise.

Partager cet article

3 commentaires

  1. avant d’avoir réformé l’état, il passera bien de l’eau sous les ponts. La première chose à faire est de supprimer l’ENA, c’est l’école des fainéants diplômés qui ne connaissent rien à rien et surtout pas la vie du peuple. etc etc etc

  2. Bien sûr qu’il faut supprimer l’ENA ! Ou du moins, en changer complètement l’enseignement qui y est donné…Mais il y a une telle mentalité “étatique” dans notre pays, que je me demande comment on pourrait faire pour réformer efficacement notre Etat énorme, bouffi, de moins en moins capable, et de plus en plus gourmand…

    C’est hélas une vieille tradition française ! Du temps de Versailles, on se disputait la moindre place de sous-fifre adjoint en second (enlever et remplacer les bougies d’éclairage, par exemple), qu’on exerçait 4 mois sur 12 par roulement, mais qui permettait de dire “je travaille à l’Hôtel du Roi” !, avec perruque et livrée…

    Le secteur public a encore de beaux jours devant lui en France !

  3. Aujourd’hui, les jeunes gens intelligents ne vont-ils pas plus volontiers à l’ISSEP située dans la capitale des Gaules qu’à la ringarde ENA de Strasbourg ?

    Il vaut mieux apprendre à administrer les richesses de tous ordres de notre beau et ancien pays que d’apprendre à administrer … des coups de trique !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services