Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le virage économique du FN

Dimanche 17 février, Marine Le Pen était interrogée par des journalistes de France Inter, du Monde et de l'AFP. Elle a déclaré :

"Nous n'avons jamais été pour des privatisations massives, c'est n'importe quoi. Nous sommes pour un Etat stratège."

Les journalistes analysent :

"La ligne du Front national n’a pas toujours été aussi étatiste que depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti. Dans les années 1980, Jean-Marie Le Pen ne cachait pas son admiration pour le très libéral Ronald Reagan. Pourfendeur de "l’Etat pléthorique et impuissant", il prônait la fin des monopoles de La Poste ou d’EDF, préalable à d’éventuelles privatisations. En 2007, le programme du Front national
pour la présidentielle soutenait encore les privatisations, en
suggérant de distribuer 60 % des actions des entreprises publiques aux "familles françaises et aux contribuables". Dès son arrivée à la présidence du FN, en janvier 2011, Marine Le Pen
a entrepris un virage à 180 degrés sur le sujet
. Pendant la campagne
présidentielle, elle a dénoncé la logique de "privatisation et de libéralisation" engagée "depuis une vingtaine d’années"."

Partager cet article

11 commentaires

  1. Ce virage est une des choses les plus navrantes et tristes qui soient. L’étatisme étouffe la France, la ruine. Le moteur du socialisme c’est l’envie et la jalousie. L’économie administrée, cela n’a jamais marché, c’est l’inefficacité et le gaspillage. Marine Le Pen sait très bien qu’elle rompt avec ce qu’a défendu le FN sur le plan économique depuis sa création en 1972 mais elle prétend le contraire. Pauvre France. De plus, cela ne lui fait gagner aucun électeur. L’une des deux forces de la gauche en France avec le vote immigré c’est le vote fonctionnaire. Or, les fonctionnaires quels que soient les discours étatistes ne voteront jamais massivement pour elle mais pour les partis de gauche qu’elles ne pourra jamais dépasser dans la démagogie étatiste. Les gens qui votent FN votent surtout pour lutter contre l’immigration-islamisation ; en tenant ce discours étatiste, elle ne gagne rien mais empêche un partie du peuple de droite de la rejoindre. Or, sans la fusion des électorats FN et UMP, jamais le FN, ni aucune droite crédible ne l’emportera. C’est d’une logique implacable.

  2. Le rôle de l’Etat stratège, c’est d’intervenir en temps de crise et pour relancer l’économie (en s’endettant), puis de revendre ensuite (en faisant des plus-values, comme aux US avec GM.
    Tout cela n’est pas forcément possible en France aujourd’hui.

  3. Bonjour,
    Quand on voit ce que donne la privatisation rampante des service publics qui rime avec dégradation du service, la poste est désormais incapable de tenir les délais, de transporter le courrier sans l’abimer. La SNCF est incapable d’offrir des dessertes hormis celles effectuées avec la grande fierté nationale avec des tarifs illibles, France Telecom ou Orange qui mets trois pour changer de tarification et j’en passe des meilleures. Tout ces services doivent être la proproprieté de l’Etat et non la proporieté des parasites (actionnaires) qui ne sont intéressé par les 20% de rendement afin de financer les retraites des anglo saxons.

  4. Cher Michel Janva,
    Fidèle lecteur du Salon Beige, y trouvant pleinement satisfaction sur l’ensemble des articles que je peux y lire, j’avoue être navré de vos commentaires économiques.
    A l’heure du mondialisme et de l’ultra-libéralisme sauvage, d’une économie ultra-financiarisée, qui ne cesse de détruire l’économie réelle, nos industries, les emplois et qui chaque jour creuse un peu plus notre dette, est-il toujours aussi judicieux de mettre en avant la liberté économique et le chacun-fait-ce-qu’il-veut?
    Il faut une économie de marchés, mais sans en perdre le contrôle comme c’est le cas actuellement ! Face aux mondialistes apatrides, sans foi ni lois si ce n’est celle de l’argent, oui il faut un état protecteur et même stratège sans que celui ne soit socialiste ou communiste.
    Il serait bon de sortir du vieux clivage libéraux-communistes, et que les cathos ne s’intéressent pas qu’aux sujets sociétaux mais fassent également un peu d’économie…
    [Mais l’économie ultra-financiarisée comme vous dîtes est-elle une économie libre ? Quand on sait que les banques sont renflouées par l’Etat, donc par le contribuable, en cas de perte, il y a lieu de s’interroger sur ce que l’on appelle “ultra-libéralisme sauvage”…
    Sur ce sujet, je vous renvoie à la DSE et à son principe de subsidiarité.
    Et aussi à ce post, qui a le mérite de définir les termes avec lesquels on a trop tendance à jouer comme des hochets
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2010/01/guillaume-de-thieulloy-directeur-des-4-v%C3%A9rit%C3%A9s-%C3%A9tait-linvit%C3%A9-du-forum-catholique-ce-soir-a-un-lecteur-lui-demandant-si.html
    MJ]

  5. Historiquement l’EDF et la SNCF sont la rançon que deGaulle a du conceder en 1945 en echange de l’abandon par les communistes de la prise du pouvoir, armée rouge à la clé.
    Ces deux entreprises n’ont pas été choisies au hasard: elles permettaient de paralyser le pays et de le prendre en otage afin de peser sur la politique du gouvernement.
    Apres la chute de l’URSS les maitres-chanteurs ont changé, maintenant ils se nomment Goldman-Sachs.

  6. Est ce que les traités européens laissent une marge de manoeuvre ? Est ce que l’hyper fiscalité et complexité des réglements permettent l’essor des pme ?Pour reussir un assainissement de l’etat il faudrait que le fn dispose de cadres de haut niveau , d’un projet économique compréhensible .

  7. MLP n’est ni libérale ni socialiste , elle me fait de plus en pluis penser à Albert de Mun , et défend le social , va t’on ici s’en offusquer ?

  8. je ne sais pas si on est credible quand on parle pour la France d ultra liberalisme”, alors que l essentiel de la richesse natioanle produite chaque annee par le secteur productif est mangee parr la sphere etatique, fonctions publiques plethoriques, immigration de peuplement etc, tres juste l analyse de “PR”, la force de la gauche et de l extreme gauche, c est les fonctionnaires et les immigres naturalises en masse, jamais ces deux groupes ne voteront fn a part quelques individus isoles, le discours economique socialisant est au mieux une perte de temps

  9. L’Etat stratège existe : c’est celui que nous avons actuellement.
    57 % du PIB = la dépense publique.
    Plus stratège que ça, c’est Cuba ou la Corée du Nord.
    Faites l’inventaire du nombre de “stratèges” dans l’administration: chefs, sous-chefs, hauts commissaires, inspecteurs généraux, préfets, chargés de mission, hautes autorités, commissions, agences publiques, ministères, collectivités locales…
    Des stratèges, il n’y a que ça. Des centaines de milliers de généraux, de penseurs publics, de visionnaires professionnels (mais irresponsables), “d’hommes d’Etat” (mais non soumis à une obligation de performance).
    Vous êtes contents du résultat ?
    Plus ça va, et plus on a l’impression que Marine le Pen veut devenir calife à la place du calife. C’est bien de vouloir exercer le pouvoir, mais si c’est pour faire la même chose que les gens d’avant, c’est pas la peine.

  10. Le libéralisme est une politique de mort.
    Sans frontières, sans lois ni foi, c’est la porte grande ouverte au mondialisme apatride, à l’argent roi, au néant et à la loi de la jungle.
    Marine LE PEN n’est pas “étatiste”, du mopins pas dans le sens de cet article, c’est-à-dire le sens communiste.
    Marine LE PEN est pour un Etat fort, dans la pure tradition bonapartiste de ce qui fut la Droite française (et non la Gauche!).
    Par ailleurs, Marine LE PEN est, avant toute chose, PROTECTIONNISTE.
    C’est bien le moins et c’est tant mieux.

  11. Marine lepen s’enfonce …
    après son absence à la manifestation du 13 et son credo économico-étatique elle se détache de plus en plus de son électorat naturel .
    Merci Robert Marchenoir pour cette analyse vigoureuse de “l’usine à gaz France” .

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.