Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le travail dominical ne passera pas par nous

Philippe Maxence s'oppose au travail du dimanche :

"on affirme que seules certains professions seront concernées. Seuls certains secteurs devront mettre en place le dispositif du travail du dimanche. Et que, au final, c'est la liberté individuelle qui doit trancher. C'est oublier trop vite qu'un mécanisme une fois enclenché tend à produire toujours davantage ses effets. De quelques professions, on passera ainsi à toutes, dans un pays qui vénère l'égalité, comme facteur social. C'est oublier également que le travail n'est jamais un acte simplement, uniquement, individuel. Il implique une relation avec d'autres. Il implique des clients, des collaborateurs, des fournisseurs, etc. Tout un ensemble de relations sociales. La liberté individuelle de la vendeuse qui veut gagner plus pour vivre mieux – exemple souvent utilisé par nos hommes politiques – n'est pas un argument efficace. Car si cette liberté individuelle est effectivement nécessaire pour aller travailler, elle résonne sur la société entière. C'est pourquoi il est nécessaire de refuser cette possibilité de travailler le dimanche, qui déstabilisera une société toute entière, pour nous rendre la proie toujours plus consentante de l'économisme et du mondialisme. Non à cette révolution anthropologique réduisant l'homme à un producteur-consommateur, dans un monde constitué uniquement d'échanges économiques.

Pour un chrétien, n'y aurait-il qu'un argument à avancer, il est évident. Le dimanche est le Jour du Seigneur – Jean-Paul II l'a magnifiquement rappelé dans sa lettre apostolique Dies Domini – et il implique de lui consacrer toute son attention en cette journée de repos et de vie en famille. La chrétienté l'avait naturellement traduite dans ses aspects sociaux. Pour le catholique, l'enjeu est de taille. À notre tour, comme les premiers chrétiens, il s'agit de « ne pas sacrifier aux idoles » que sont l'argent, la suprématie économique, le tout-commerce, etc. Mais veut-on évoquer des raisons plus « citoyennes », plus larges, plus pluralistes ? Le repos dominical est aussi une loi de la République. Elle date du 13 juillet 1906. On valorise à cette époque la santé des travailleurs et la vie de famille. La France rythme sa vie sociale autour du dimanche et ne réduit plus l'homme à être un simple rouage de l'appareil économique. On mesure la régression qui se prépare. Elle ne passera pas par nous ! "

MJ

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. Les infirmières, de par leur fonction, sont obligées de travailler le dimanche et les jours de fête. Penchez-vous sur le “plus” qu’elles sont censées gagner ! C’est de la véritable arnaque ! Argument : on ne peut pas laisser les malades sans soin, donc cela fait partie des obligations à remplir en tant qu’infirmière.
    Alors, croire que, dans les secteurs où le travail n’est pas vital le dimanche, on va gagner plus !!! c’est être naïf et se donner la corde pour être pendu !

  2. La gauche – mais il est vrai qu’elle a des préoccupations plus importantes en ce moment : Obama, Reims… – est bizarrement silencieuse sur ce sujet qui remet en cause un important “acquis social”…

  3. Pas grand-chose n’est passé par nous.
    Mais tout est passé !

  4. Notons l’argument fallacieux du gouvernement relevé par M. Maxence :
    “la vendeuse qui veut gagner plus”
    C’est aussi ce que j’ai entendu dans la bouche du porte-parole du gouvernement.
    Donc, il s’agit des femmes. Mais si ces femmes étaient reconnues dans leur maternité (qualité qui leur est propre), alors il suffirait de reconnaître un statut de la maternité, autrement dit de la Mère de Famille qui fait faire des économies incroyables par le simple fait de s’occuper de ses enfants !
    Ainsi, avec la mise en œuvre d’une aide ad hoc, la pseudo-demande du travail le Dimanche serait résolu. En plus le système ferait des économies en matière sociale et médicale selon les différentes études sur les bénéfices des Mères de Familles.
    Mais bon, ce serait reconnaître la nécessité d’une politique familiale …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services