Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France / France : Société

Le totalitarisme commence toujours par la déformation de l’Histoire

Intervention d'Aymeric Chauprade au parlement européen :

"Ces derniers mois nous avons assisté à la destruction, par l’État islamique, d’œuvres inestimables du patrimoine historique des nations irakienne et syrienne. En regardant ces images consternantes de démolition de statues ou monuments préislamiques, on ne peut s’empêcher de penser aux Bouddhas géants de Bamiyan en Afghanistan, ou aux mausolées de Tombouctou. Face à une telle folie destructrice, les systèmes de prédations organisés, dans les années 2000, par les autorités d’occupation américaine en Irak à partir du pillage du musée de Bagdad, apparaissent presque comme un moindre mal !

Ce qui est commun à tous les totalitarismes, à la Terreur, pendant la Révolution française, et ses dommages immenses pour le patrimoine chrétien français, au bolchévisme en Russie qui ne laissa presqu’aucune église debout, à la Révolution culturelle maoïste en Chine, aux talibans en Afghanistan, à l’Etat islamique en Irak et en Syrie, c’est cette même foi aveugle dans l’Homme nouveau, l’homme déraciné, produit d’une loi religieuse ou d’un système idéologique, l’homme arraché au temps historique.

Le totalitarisme commence toujours par la déformation de l’Histoire avant de passer à l’élimination pure et simple de l’Histoire. Ceux qui aujourd’hui, au nom de leurs impératifs politiques, comme l’organisation de la substitution de population en Europe, s’emploient à tordre l’histoire de nos peuples et à dissimuler leurs éléments de civilisation, je pense en particulier au gouvernement socialiste en France en ce moment, ceux-là devraient réfléchir au fait qu’il n’y a pas si loin qu’on ne le pense entre l’effacement de l’Histoire et l’effacement de ses monuments historiques…"

Partager cet article

7 commentaires

  1. ça ne va pas passer : il n’a pas condamné les nazis…

  2. Enfin une évocation claire des grandes destructions idéologiques, qui en limitent pas à la nuit de cristal mais rappellent les dégâts massifs de la révolution française, du communisme en URSS et en Chine, …
    Le “globalement positif” est enfin évalué de manière plus réaliste.
    Merci M. Chauprade.

  3. Puisqu’il s’agit d’évocations,
    Rappelons que pour l’instant, en France, nous avons beaucoup à faire en commémorant le centenaire du génocide arménien (1,3 millions de morts), du génocide syriaque (500.000 à 750.000 morts) et du génocide grec pontique (360.000 morts) tous chrétiens, victimes en 1915 des ottomans et de ce qui est considéré comme étant les premiers génocides du XXème siècle.
    Pendant ce temps, d’autres, politicards ou journaleux incultes, préfèrent parler des minables et insignifiantes femens, d’anecdotes stupides plutôt que de la grande Histoire qu’ils ne connaissent pas.

  4. Si, Tonio, M. Chauprade a dénoncé les nazis, étant donné que les républicains ont été les premiers nazis de l’Histoire. le franc-maçon Hitler les a pris pour modèle, comme Lénine qui s’est même rendu en Vendée pour savoir comment on génocidait tout un peuple et le reproduire dans la Sainte Russie.

  5. Mélenchon s’en prend au jeu vidéo Assassin’s Creed : Unity… Pour en dénoncer la violence ? Pas exactement : le jeu présente les révolutionnaires français comme des brutes, et ça, c’est inacceptable pour Mélenchon.
    http://www.gameblog.fr/news/46954-jean-luc-melenchon-ecoeure-par-assassin-s-creed-unity?

  6. Il a raison de rappeler cet enchaînement. Il avait raison dans une au communication précédente d’identifier et de nommer notre ennemi: l’extrémisme islamique à l’oeuvre dans l’EI. Ce Monsieur réfléchit et nous éclaire en toute objectivté, j’espère qu’il sera entendu d’abord au sein de son parti le FN.

  7. M Chauprade a parfaitement raison.
    Le régime qui nous gouverne à présent a beaucoup de similitudes avec l’état islamique : même aversion pour la culture, même haine de l’histoire, même haine de la chrétienté, même aveuglement, même fanatisme.
    Le sang coulé n’est pas loin.

Publier une réponse