Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre / France : Politique en France

Le terme “genre” mis à l’index ?

Cet article favorable au gender, prouve, s'il le fallait, que l'"égalité hommes-femmes" ou la "lutte contre les stéréotypes" sont les nouveaux prête-noms de la théorie du genre, terme désormais banni par l'administration. Exemples dans l'Académie de Rouen :

"Le 4 septembre 2013 a été publié aux éditions SCEREN-CNDP un livre intitulé « Déjouer le genre. Pratiques éducatives au collège et au lycée ». L’auteur, Hugues Demoulin, est chargé de mission égalité filles filles/garçon dans l’académie de Rouen.

Dix jours plus tard, sur instruction du Directeur général de cette maison d’édition, l’ouvrage a été suspendu de diffusion et de distribution avec effet immédiat. Le terme « genre » figurant dans le titre, ainsi que la teneur de la quatrième de couverture, seraient susceptibles selon le DG, d’alimenter la polémique conduite par certaines associations à l’encontre du programme ABCD de l’égalité en cours dans le premier degré. (…) L’ouvrage devait être présenté lors du Salon de l’éducation qui s’ouvre le jeudi 21 novembre 2013 à Paris.
 
La suspension de cet ouvrage s’inscrit dans un contexte de mise à l’index du terme « genre » dans l’Education nationale. De nombreux exemples en témoignent : demande de modification d’un intitulé de conférence, changement de l’intitulé de la mission « égalité et genre » de l’académie de Rouen en « égalité filles/garçons ». L’objectif serait d’éviter la polémique récurrente alimentée notamment par les associations françaises catholiques, qui dénoncent une supposée volonté des pouvoirs publics d’abolir les différences entre les sexes."
Comme par hasard, le Salon de l'Education, qui s'est ouvert aujourd'hui Porte de Versailles, a pour thème : "l’égalité femmes-hommes : ensemble contre les stéréotypes".

Partager cet article

20 commentaires

  1. Et là une propagande qui apparemment a du faire un flop :
    Tomboy (“garçon manqué”) sponsorisé par… Libé :
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=188840.html

  2. Une ruse pour avancer masqués…

  3. Excellentes observations : j’ai de mon côté remarqué comme les sites institutionnels de notre actuel gouvernement effaçaient une à une les mentions de “genre”. Ainsi travaillait Winston au Ministère de la Propagande, dans le but de créer une novlangue adaptée à chaque besoin du moment et de faire croire à tous que “la liberté c’est l’esclavage.”

  4. … ou peut-être parce que l’Education Nationale n’a jamais voulu mettre dans la tête de nos enfants la théorie du genre, ou la notion que les sexes se valent au point qu’on puisse en changer à volonté, mais l’égalité des chances garçons-filles devant leur futur emploi ?
    [Et vouloir faire lire aux enfants : “ma mère est une femme à barbe”, c’est pour permettre aux filles d’avoir un meilleur emploi peut-être ?
    L.T.]

  5. Comment arrêter l’ideologie en marche forcée : le 18 novembre,l’emmision “les experts” d’europe 1 était consacrée aux couples a 3, appele le polyamour!

  6. Le diable veut tout avant la fin du monde, la perte des âmes en premier, tous les moyens sont utilisés par ce maudit, sa rage est extrême, détruire l’oeuvre de Dieu, il écume de colère , de méchanceté, car sa fin approche aussi.
    Le petit Exorcisme de Léon XIII ( le vrai, complet) nous rappelle qu’il tremble au nom de JESUS.
    Alors prononçons souvent ce Nom Béni et celui de Marie Terreur des démons, sans oublier Saint Joseph, lui aussi terreur des démons.
    Ce sont des armes portables invisibles mais puissantes, nos Anges gardiens sont de la partie, invoquons les souvent

  7. Cette histoire du “genre” est pure folie. Pour s’en rendre compte, il n’est que d’observer ce qu’il se passe dans une école primaire pendant les récréations, quand les élèves sont en pleine liberté.
    Les petites filles se groupent et jouent entre elles, d’instinct, et les petits garçons, entre eux, avec des jeux infiniment plus vifs et plus bruyants. Un point, c’est tout ! La nature se révéle là, et “les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle”.

  8. Je suis une fidèle du Salon Beige et je tiens à vous faire part de mon témoignage.
    Invitée par l’UDAF de Versailles en tant qu’intervenante à Lire et faire lire dans une école publique de ma commune, je suis allée hier 20 novembre à la conférence sur “présentation des ouvrages sélectionnés en 2013 par le ministère de l’éducation nationale pour l’école maternelle” qui a eu lieu avec et à l’Ecole des Loisirs rue de Sèvres à Paris. Environ 80 personnes présentes avec une majorité d’enseignants.
    J’avoue avoir été quelque peu perplexe et même inquiète quant aux propositions de choix de livres suite aux discours de M. Peillon “le but de la morale laique est d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel” ou encore “il appartient à l’école de produire un individu libre, émancipé de toutes les tutelles politique, religieuses,familiales, sociales…”, de plus Mme Najat Vallaud Belkacem a affirmé cet été que l’ABCD de l’égalité” sera expérimenté dans 10 académies dont Créteil. Je m’étais préparée à réagir…..
    Je tiens à vous faire part de mon étonnement quant à l’excellence des choix des livres présentés (textes et graphismes)et à la qualité des intervenantes Catherine Fournié et Dominique Masdieu.
    En première partie présentation des livres : comptines – jeux de doigts – berceuses… puis des livres pour découvrir, nommer, imaginer, pour apprendre à partager, à observer, à découvrir l’amitié…
    En deuxième partie, plutôt destinée aux enseignants, pratiques orales de transmission, entrer dans les pratiques de lecture et d’écriture, à partir des livres présentés en 1ère partie.
    Ce fut très interessant, enrichissant,même sympathique….
    Sachons reconnaître les réalisations positives tout en restant vigilants dans nos écoles, pour les petits comme les grands.DCh.

  9. J’ai quelques doutes sur l’index sur lequel est mis le “gender”. Je sais c’est facile. Pardon. Mais ce n’est pas le “gender” ou le “genre” qui sont en cause mais bien la famille. Le “gender” ou le “genre” ne sont que des éléments de langage qui servent à la subversion de cette valeur et élément fondamental de la société, qu’est la famille.
    “Gender”, “genre”, “lutte contre les stéréotypes” ou “égalité filles/garçons” ne visent qu’un seul but. La disparition des repères de la famille dans un sens strict et la disparition des repères naturels et anthropologiques de la société humaine dans un sens large.
    L’objectif cette vile manœuvre étant “d’éviter la polémique récurrente alimentée notamment par les associations françaises catholiques, qui dénoncent une supposée volonté des pouvoirs publics d’abolir les différences entre les sexes”. En fait ce n’est que dans un souci de dialectique marxiste qu’ils changent l’intitulé de la formule. Le fond de celle-ci demeure invariable. A savoir : “la destructions des “stéréotypes traditionnels” donc de la famille.
    [On est d’accord, seul le terme tend à disparaître. Pas le contenu ni le but.
    L.T.]

  10. Les stéréotypes contre lesquels il faut lutter de toute urgence (pour les bannir à tout jamais), ce ne sont pas ceux qui font qu’une maman peut porter le bébé en elle et pas un papa, ni ceux qui disent que c’est la maman qui allaite (ce qui serait discriminant par rapport au papa).
    Les véritables stéréotypes contre lesquels il faut lutter sont ceux qui veulent nous faire croire que les socialistes sont des personnes totalement désintéressées, que les socialistes sont pour la justice sociale, que les socialistes sont intègres, qu’ils aiment et défendent toujours les plus pauvres, qu’ils chérissent la liberté d’expression de tous, qu’ils sont de grands bienfaiteurs de l’humanité, et que, à contrario, ceux qui n’aiment pas les socialistes sont tous d’affreux obscurantistes, de vils criminels, des rapaces, des racistes et des exploiteurs.
    Voilà les véritables stéréotypes qu’enseigne l’Éructation Nationale pour bien formater les jeunes consciences et contre lesquels il faudra bien s’insurger une bonne fois pour toutes.

  11. Une fois de plus il faut être d’une indigence crasse pour croire que parce qu’on change, modifie ou efface un terme, cela efface en même temps la dure réalité des faits.
    A force de vivre dans des palais dorés et entre soi, l’évidence s’impose : ces gens sont hors des réalités.
    Cette dure réalité qui va les chasser à coups de pieds au derrière.

  12. On a bien noté l’évolution sémantique, qui a accompagné un reportage hier à la TV. Reportage sur la destruction des stéréotypes où l’on voyait des enfants de 7/8 ans invités à s’exprimer devant une peinture représentant une mère et ses filles. PUis ils étaient invités à déconstruire la peinture en découpant des habits dans un catalogue pour remplacer les robes et les coiffures par collage afin d’en faire un tableau neutre. Vraie tristesse de voir ces filles et ces garçons, se prêter à cette mascarade, et découper les habits avec des ciseaux, alors qu’ils auraient pu approfondir dans le même temps l’étude du système solaire, Tom Sayer, la chimie élémentaire, l’électricité.. C’est la connaissance qui déconstruit les stéréotypes. Mais cela, ils ne savent plus la transmettre. On va faire des têtes asexuées, mais ni bien faites ni bien pleines. Hitler a fait un grand autodafé, Pol Pot aussi.. Là, même plus besoin, ils ne sauront plus lire.

  13. En réponse à @nif, oui l’éducation nationale est la première à inciter les enfants à s’orienter en fonction de leur sexe: ma fille était incitée par ses professeurs à devenir coiffeuse, et surtout pas à affronter les prépas.. elle est aujourd’hui Docteur de Polytechnique, parce que ses parents n’avaient pas de stéréotypes dans la tête; C’est l’éducation Nationale qu’il faut changer.. Mais quand la plupart des profs ne connaissent que la carrière de prof comme issue positive de la vie scolaire…il y a là tout une culture des enseignants à modifier. A quand l’apprentissage de la vraie vie pour les prof?

  14. Madame Tudy,
    Vous citez à la fin de mon commentaire un titre de livre qui n’est pas au programme de la littérature à l’école primaire http://eduscol.education.fr/cid58816/litterature.html#lien0
    Quelle mauvaise foi et mauvaise information!
    Pourquoi n’avez-vous pas fait la même remarque déplacée sur le commentaire éclairé de Denise Cherrier ci-dessus?
    [J’ai lu ici qu’il faisait partie de la bibliographie de l’abcd de l’égalité, promu par le ministère de l’EN : http://www.theoriedugenre.fr/?Programme-ABCD-de-l-egalite-la
    Je vous laisse recouper, je n’ai le temps de le faire que pour la rédaction de mes posts, seul endroit où je prétends informer. Je suis bénévole, n’ai pas un temps extensible, et réponds aux commentaires quand je peux, comme je peux. Si cette source se trompait, je vous invite à lire tous les articles publiés sur le SB au sujet de la théorie du genre qui commence bel et bien à être diffusée, même si bien sûr la plupart des enfants n’en ont pas encore entendu parler.
    L.T.]

  15. @ Nif : l’égalité des chances devant l’emploi ne passe pas par un dévoiement de l’esprit des tout-petits destiné à leur faire croire qu’il n’existe aucune différence entre filles et garçons!
    L’égalité devrait avant tout passer par l’égalité salariale et la prise en compte des différences homme/femme : oui, une femme porte des enfants dans son ventre, et oui cela peut avoir des conséquences sur sa carrière.
    Au lieu de pénaliser et culpabiliser les femmes parce qu’elles ont des enfants, ou qu’elles choisissent de prendre le temps de les élever, il conviendrait de les aider, de reconnaître ce “travail” un peu particulier, et là effectivement il y a de quoi faire au niveau changement de mentalités.
    La politique actuelle va exactement dans le sens inverse (diminution des aides, nivellement des retraites, etc.).
    Ce que fait le gouvernement dans les écoles, pour moi cela revient à dire à ma fille qu’elle n’a qu’à vivre comme un homme si elle en veut carrières, salaires, et retraites : c’est un non-sens total!!!

  16. @creoff
    Merci pour ce commentaire, et félicitations à votre fille qui a été victime des stéréotypes il y a quelques années: vous justifiez donc Peillon et sa volonté actuelle de réformer l’école!

  17. @ALys
    Merci pour votre commentaire, je suis d’accord avec vous; mais je crois qu’il faut quand même repréciser le mot “égalité”; je ne crois pas avoir lu, ni dit, qu’une fille doive se comporter comme un homme pour avoir un emploi.
    Il n’est pas question pour le gouvernement de nier les différences (dont celle la plus évidente, de sexe, que vous soulignez) mais de faire en sorte que ces différences n’enferment pas nos jeunes dans des façons d’être “stéréotypées”: c’est là justement qu’il veut aider les jeunes pour qu’ils aient une égalité de chances et de carrière (cf un autre projet que vous avez omis, celui du congé parental passant à 5 semestres pour la femme, 1 semestre pour l’homme, afin que la mère désireuse de continuer sa carrière professionnelle puisse être mère sans “décrocher” de son travail)
    Honnêtement, quelles sont les mères qui, après avoir élevé leurs enfants, retrouvent le niveau de leur travail antérieur? Celles qui ont fait des grandes écoles? Non, malheureusement, leur boîte a continué sans elles… Alors qui? Les instits, les infirmières,… bref, les fonctionnaires protégées par l’Etat!
    Voilà les réels enjeux de l’égalité de genre, pas cette prétendue “théorie” qui restera toujours marginale

  18. @ Louise Tudy
    J’ai beau chercher sur le site de l’ABCD, sur celui éduc.gouv, sur celui de l’observatoire de la théorie du genre (je les soupçonne d’avoir été piocher ça dans le doc du snuipp)… bref:
    il y a beaucoup de ressources, dont ceci:
    http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/comite/fem-masc-bibli.htm
    mais rien sur votre livre!
    quelqu’un peut-il aider Madame Tudy à confirmer ses sources?

  19. @nif – Ne nous trompons pas de combat. Que j’adhère au constat de non égalité des chances entre hommes et femmes ne fait pas de moi une inconditionnelle de Peillon/Belkacem et leur déclinaison de la nouvellement nommée “lutte contre les stéréotypes”. Oui pour l’égalité de salaires,de formations, égalités d’opportunités dans les entreprises, la fin du plafond de verre..voir la loi ROUDY de 1983 qui impose des statistiques sexuées aux entreprises mais sont constamment biaisées.. A noter que Madame Belkacem n’est pas issue de la culture française et qu’elle applique des solutions qui correspondent aux difficultés d’affirmation des femmes dans sa culture marocaine probablement…En France, toutes les études sont ouvertes aux filles. Rappelons qu’en 1970 environ Polytechnique a admis les premières femmes, et qu’elles sont régulièrement major alors que c’est tout de même une école militaire! Citonsla réussite de madame Lauvergeon issue du corps des mines. En France, on se plaint d’avoir un trop grand pourcentage de femme médecins, avocats, vétérinaires,professeurs et bientôt d’ingénieures, par rapport aux hommes! S’agit-il que les filles deviennent plombier ou électricien ou maçon? Vite la force physique va leur être défavorable (je sais je fais les 3). Alors c’est quoi ce cinéma d’égalité à l’école? Un faux nez! Notre débat souligne justement que le changement sémantique qui permet de passer du combat du Gender (indifférenciation des sexes)à la lutte contre les stéréotypes (combat lancé en France depuis 50 ans déjà sur lequel il y a consensus populaire)est une énorme manipulation.. Sinon, ils s’y prendraient autrement. C’est bien de la création d’un sexe neutre qu’il s’agit et non d’égalité…D’ailleurs aucune association féministe n’est entrée dans ce combat.. car elles ont tout à perdre à la disparition de la spécificité de la femme..Ce changement sémantique, une des forces incontestables de la gauche, ne doit pas nous faire – encore une fois – prendre des vessies pour des lanternes..D’ailleurs, si j’ai bien compris, la mission serait conduite avec les associations LGBT dans les écoles..les champions des stéréotypes.

  20. Je ne me trompe pas de combat, nos combats sont juste différents; le mien est de vous éclairer sur les mensonges qu’on vous assène, pas de vous convaincre de mes idées; je ne respecte les vôtres que dans la mesure où elles sont étayées et prouvées (en l’occurrence ici, l’observatoire de la théorie du genre, relayé par Madame Tudy, est en plein déni d’information).
    [Je ne cite pas l’obs dans mon post mais dans une conversation dans les commentaires. Je vous fais confiance pour vérifier auprès eux s’ils ont fait une erreur, afin qu’ils la corrigent.
    L.T.]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]