Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le suicide des enfants est en augmentation

Le psychiatre Boris Cyrulnik est l’auteur du premier rapport officiel sur le suicide des 5-12 ans. Il constate :

"L’origine du suicide chez l’enfant jeune est multifactoriel : biologique, psychologique et social. Un seul facteur ne suffit pas à expliquer le passage à l’acte. D’un point de vue biologique, certains enfants sont de petits transporteurs de sérotonine. Un bébé isolé sensoriellement dans le ventre de sa mère — parce que celle-ci vit des choses difficiles — ou au début de sa vie stimulera moins ses neurones préfrontaux, ceux qui fabriquent de la sérotonine. Cela donne des enfants très émotifs qui peuvent faire de grands artistes, mais qui seront aussi plus sensibles aux aléas de la vie.

Cela n’explique pas la hausse…
C’est là qu’intervient le facteur social. Ces aspects, biologiques et relationnels, sont tout à fait rattrapables. C’est ce qu’on appelle la résilience. D’un point de vue biologique, si on s’occupe du bébé et de la mère, les fonctions reprennent. Mais pour cela, il faut qu’ils soient suffisamment entourés. Or nous vivons dans une société où ce que j’appelle le « village social » a disparu. On vit de plus en plus seul et cette nouvelle solitude est un élément essentiel pour expliquer le suicide. […] Il faut que l’enfant puisse avoir des figures sécurisantes auxquelles s’attacher en cas de problème et qu’il puisse opérer la résilience. […]

Que propose votre rapport ?
La prévention passe par des changements profonds au niveau de la naissance, de l’école, de la famille et de la culture. Pour éviter les éventuelles carences sensorielles du bébé, il faut allonger le congé maternité et paternité. Je préconise de développer les métiers de la petite enfance et les crèches. Il faut aussi améliorer le sort des enfants abandonnés, faire en sorte qu’ils ne changent pas constamment de bras."

Peut-être faut-il aussi s'interroger sur l'impact du divorce, du non-mariage et des séparations ?

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

14 commentaires

  1. Oui j’ai lu une interview du même “expert” dans 20 minutes ce matin. Pathétique.
    “Quelles sont les causes de ce drame ?
    L’enfant souffre car sa famille est détruite après la mort d’un de ses parents, …”
    Mais la famille est sans doute plus détruite par un divorce que par un décès et le cas infiniment plus fréquent. Donc on se cache les yeux pour ne pas voir l’évidence.
    Ensuite il dit :
    “Il faut aussi cesser le sprint scolaire.”
    Je n’ai tout de même pas l’impression que les enfants aient une pression scolaire intense avec les vacances, la semaine de 4 jours et les exigence au plus bas.

  2. Même si je trouve très pertinente l’analyse de mon confrère je suis 100% d’accord avec vous cher Michel Janva, on ferait bien de s’interroger sur le rôle que joue la fragilisation du lien familial comme le montrent d’ailleurs de nombreuses études.

  3. Et s’il y avait une relation entre l’augmentation du taux d’activité féminine et l’augmentation des suicides de jeunes.

  4. La solitude est un facteur de risque. Cyrulnik le souligne, mais c’est du bon sens.
    Un autre sondage, paru hier, nous apprend que 42 % des enfants ne voient aucun de leurs parents le mercredi.
    Personnellement, les 35h00, les RTT tant décriées m’ont permise de passer du temps avec mon fils ce jour là. Chose que mon père n’avait jamais pu faire avec moi (à l’époque il n’y avait que 4 semaines de congés et la semaine était à 40h00).
    Alors il est toujours de bon ton de stigmatiser les 35h00 et les RTT, mais je vous assure que bien employées elles sont un vrai plus pour la vie de famille et la présence auprès des enfants. Et j’ai comment l’intuition que les enfants dont les parents sont présents se sentent moins seuls et courent moins de risques du point de vue du suicide que ceux qui ne les voient que quelques minutes par jour le matin et le soir !

  5. Tel est bien, comme en avait tenté de prévenir l’humanité , Mère Theresa, le résultat d’une culture de mort déversée de par le monde par les “autorités” politiques de tous bords.
    Je mets “autorités politiques” entre guillemets, non pas parceque je serais saisi subitement par une utopique tentation anarchiste, mais je le fais rationnellement en relation avec la récente citation de Saint-Augustin rappelée par le Saint-père devant le Bundestag: “enlève le droit- et alors qu’est-ce qui distingue l’état d’une grosse bande de voleurs ?”
    Or la loi naturelle,tant bafouée aujourd’hui et qui commence par le droit à la Vie n’est-elle pas la mère de toute loi ?
    Une minorité de Sénateurs lucides et courageux l’avaient parfaitement compris en février dernier.

  6. Et peut-être aussi faut-il s’interroger sur l’impact du travail des mères?…

  7. On a vu des animaux chercher volontairement la mort (par exemple un chien qui traverse la rue sans faire attention). La démarche semble passive, mécanique, inconsciente. Je pense qu’un enfant qui se tue est plus dans cette configuration que dans celle d’un adulte qui veut en finir.
    Mais cela n’exclut pas les causes profondes de cette démarche.

  8. Cyrulnik est depuis longtemps devenu un pur “bobo” de “la Dictature du Bien”.
    Considérant que “ceux qui font des enfants s’en occupent”, y compris avec l’aide de professionnels si besoin est, je ne saurais souscrire à ces redondantes propositions d’un “care” de nature collectiviste” au détriment de la responsabilité parentale.
    Je rappelle que Cyrulnik est l’un des signataires de la pétition demandant la suppression des notes à l’école!!
    Finalement, si j’étais employeur, je pense que j’embaucherais des salariés “gays”…

  9. un certain Chirac avant d’être élu voulait donner un salaire à la mère au foyer. Bien sûr lorsqu’il a été élu, il n’en a plus jamais parlé. Il serait bcp plus intelligent de payer des mères au foyer que des chômeurs mais nos politiques sont trop intelligents pour comprendre ça, quant aux féministes de tout poil n’en parlons pas. Si les femmes pouvaient élever leurs enfants tranquillement, il est certain qu’il y aurait moins de suicides, de délinquance, de violence et les enfants seraient nettement plus équilibrés, mais aucun politique ne comprend ça!

  10. Il faudrait savoir si le suicide d’enfants est spécifique à notre époque ou non, de quelle catégorie sociale appartiennent ces enfants qui se tuent, etc…

  11. les mondialistes, les universalistes, ont réussi à détuire la famille traditionnelle.
    C’est , c’était ,le dernier rempart contre la “barbarie”, la dernière vertèbre de la colonne vertébrale de la société.
    si nous en avons enfin pris conscience qui nous empêche de réagir, d’agir ?

  12. “il faut allonger le congé maternité et paternité. Je préconise de développer les métiers de la petite enfance et les crèches.”
    La juxtaposition des deux propositions est assez étonnante:
    -préconiser d’allonger le congé maternité et paternité c’est reconnaître l’intérêt que les parents s’occupent de LEURS enfants.
    -préconiser de développer crèches et autres “consignes à mômes” va dans le sens inverse, car elles sont rarement utilisées de manière ponctuelle, en solution d’appoint. De plus, beaucoup de parents s’en trouvent renforcés dans l’idée que des “professionnels” sont plus compétents que les parents pour s’occuper des enfants.

  13. Eh oui…Quand on saute de plus en plus vite du berceau à la crèche municipale, sans passer par la case papa et maman, il y a quelques dégâts collatéraux.
    Mais l’important, pour “big brother” n’est pas là…. Il doit simplement y avoir un peu de retard dans la livraison de “soma”….

  14. Je suis pour le salaire d’une mère de famille. Marine le Pen l’inscrira -t-elle dans son programme. Je le souhaite fortement. J’ai pu être une femme au foyer et malgré une séparation, grâce à mes parents je n’ai pas eu besoin de travailler à l’extérieur, et j’ai pu continuer à être présente pour mes enfants, surveiller leurs études et leurs fréquentations. Je ne regrette rien et je souffre de voir tous ces petits ballotés entre crèches, nounous,école et beaux parents dans les familes recomposées, pardon décomposées !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!