Le stérilet non plus n'est pas un bonbon magique

Dans cet article du Parisien, on découvre une femme qui, après des années de prise de pilule à contrecoeur, décide de franchir le pas, suite aux scandales sur la pilule, et d'utiliser un stérilet. La gynécologue déclare à propos de la pilule :

"Ce n’est plus de la médecine, c’est du marketting. Aujourd’hui, les
labos viennent nous vanter deux nouvelles pilules à l’œstrogène
soi-disant naturel, mais le
progestatif qui est associé est tout aussi susceptible de provoquer des
thromboses veineuses. Et nous, on a beau prendre toutes les précautions,
si l’une d’entre elle a une mutation génétique, comme la jeune femme
qui a fait un AVC, comment peut-on le savoir? C’est triste, mais avec
ces affaires qui éclatent, les femmes ont compris que la pilule, ce
n’est pas un bonbon magique
. »

Et elle conseille :

"Cela fait bien longtemps que l’on peut poser des DIU (dispositif intra-utérin : stérilet)
à des femmes qui n’ont pas eu d’enfants! Vous avez tout à fait le
profil. Pour moi, une femme ne devrait pas prendre la pilule plus de dix
ans d’affilée
. Depuis trois mois, je n’ai jamais autant posé de DIU."

Scandale en germe : le stérilet n'est pas un simple contraceptif, c'est un abortif. En empêchant la nidation d’embryons humains, il en détruit un grand nombre, ce qui à l’évidence ne choque personne aujourd’hui et ne suscite aucune polémique. Et cela avait été confirmé par un ancien ministre de la santé. Les gynécologues devraient informer avec exactitude les femmes en leur
disant la vérité sur le stérilet.

9 réflexions au sujet de « Le stérilet non plus n'est pas un bonbon magique »

  1. clarina

    Et si on commençait par dire à toutes ces jeunes filles qu’il n’y a aucune obligation de coucher avec un autre que celui qu’on aime pour la vie? Si on commençait pas tordre le cou à cette prétendue libération sexuelle?
    Femmes et mères de 1968 regardez le sort (et le tort) que vous avez fait à vos filles, et aux nôtres par la même occasion!

  2. Gisèle

    Beaucoup de femmes qui portent un stérilet ignorent totalement l’effet abortif de celui ci . Leurs médecins ne leur disent pas .
    Et certains stérilets sont à libération prolongée d’oestrogènes il me semble .
    Les stérilets au cupro cuivre ont été abandonnés à cause de leur toxicité et des hémorragies qu’ils occasionnaient .

  3. ericL

    ce que vous dites est faux. Le sterilet a un effet prioritairement spermicide. Les cas de fécondation sont très rares. D’autre part, avant la nidation, la science ne considère pas que l’oeuf est une personne humaine. C’est une position philosophique qui en fait éventuellement une personne humaine. Il y a débat et la verité oblige à le dire.
    Personnellement, je n’ai pas de point de vue tranché.
    [Il y a un débat, pour permettre de dire que lorsqu’on s’attaque à l’embryon avant nidation, il n’y a pas d’effet abortif. Alors qu’il y a déjà eu fécondation. C’est bien un faux débat.
    Et ce que j’écris n’est pas faux.
    Le stérilet peut être inséré avec succès cinq ou six jours après le rapport sexuel, c’est-à-dire dans le temps habituel de l’implantation ou tout de suite après. Il peut ainsi prévenir le développement d’une grossesse 48 à 72 heures plus tard que ne peut le faire la méthode hormonale.
    Le stérilet exerce son effet inhibiteur de la grossesse au travers d’une réaction inflammatoire locale de l’endometrium utérin, qui diminue indirectement la viabilité des gamètes, et empêche la nidation de l’embryon. Les ions cuivre relâchés par les dispositifs intra utérins traités avec ce métal (stérilets au cuivre) aggravent la réaction inflammatoire au niveau de l’endomètre utérin, et atteignent aussi des concentrations toxiques dans les fluides présents dans le tractus génital de la femme, soit pour les spermatozoïdes, soit pour les embryons.
    L’efficacité de la prévention de la grossesse par le stérilet résulte donc d’une altération globale de la fécondité, liée à l’action inflammatoire et toxique du dispositif, avec altération de la fonction et de la viabilité des gamètes, baisse du taux de fécondation, diminution des chances de survie des embryons qui réussissent à atteindre la lumière utérine, et, finalement, obstacle à l’implantation utérine de ces embryons. Quelle que soit la part de chacun de ces phénomènes dans la prévention de la grossesse par le dispositif intra-utérin — et ceci ne peut être scientifiquement précisé — on peut considérer que l’efficacité particulière du stérilet dans la contraception post-coïtale est liée à son action antinidatoire, abortive.
    Là encore, des voix contestent l’effet abortif du stérilet en arguant du fait que les derniers produits mis sur le marché libèrent un progestatif censé jouer un rôle uniquement anticonceptionnel.
    Dans le cas particulier des dispositifs intra-utérins délivrant du lévonorgestrel dans la cavité utérine ( stérilet hormonal ), c’est l’effet dépressif, local, du produit sur l’endomètre utérin qui prédomine et non son effet contraceptif ovarien (qui nécessite une réabsorption préalable du produit par l’endomètre). Le lévonorgestrel ainsi diffusé par le dispositif intra utérin accroît encore plus la non réceptivité de l’endomètre vis à vis d’un éventuel embryon, et donc l’effet antinidatoire du dispositif.
    MJ]

  4. clarina

    @ericL : ce qui permet de dire qu’un embryon est humain c’est qu’il est issu de gamètes humaines, et non pas le projet parental de ses géniteurs, ni une position philosophique x ou y. Ce n’est pas un embryon de chou fleur ou de poisson rouge.
    Principe de réalité n°1
    Si vous laissez évoluer cet embryon dans son milieu naturel (utérus maternel) il donnera au bout de 9 mois un être vivant humain.
    Principe de réalité n° 2
    Philosophiquement on dira donc que cet embryon humain est un être humain en puissance dès la fécondation. C’est à dire chargé de toutes les potentialités d’un être humain et à ce titre, respectable dans sa dignité, tout comme n’importe quel être humain sur lequel personne n’a le droit de vie ou de mort, d’achat ou de vente, de chosification ou de marchandisation.
    C’est tout simple. Pensez-y.

  5. Thibault

    On pourrait dire “trop drole !” ou bien “trop con(ne)s” !!!
    On enseigne la biologie dans les écoles, la vie, l’écologie, le civisme … tant de chose prise tellement au sérieux par ces ânes de politiques hypocrites !!!
    Mais fraichement, il faut être débile, fou ou sans jugement pour croire que avortement, stérilet, pillule respectent la nature, l’écologie ou je ne sais quoi encore !!!
    N’ayez pas peur !!! La nature se retournera violemment contre ceux qui ne la respectent pas !!!
    Cela a déjà commencé … malheureusement : cancers, dépression, détresse, …
    Un vrai drame ignoré par ceux qui en sont à l’origine !!!

Laisser un commentaire