Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Le Sénat “contre” la Commission européenne

Le Sénat dénonce un texte transposant des directives européennes. Le rapporteur du texte, Muguette Dini (Union centriste-UDF, Rhône) a appelé ses collègues à «ne pas fermer les yeux sur le contenu du texte» qui risque de «nous entraîner sur le chemin du communautarisme». La définition des discriminations défendue par Bruxelles et entérinée par le projet de loi est la suivante : constitue une discrimination tout cas où une personne "est traitée de ma­nière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne le serait dans une situation comparable». Pour le sénateur, cette définition

"incite à la mise en exergue des identités particu­lières"

Elle abolit un principe essentiel du droit français :

"Toute différence de traitement ne constitue pas nécessairement une discrimination et certaines d’entre elles sont légales

Le président de la commission des affaires sociales du Sénat, Nicolas About (Union centriste-UDF, Yvelines), a jugé lui aussi «très regrettable» que les gou­vernements français successifs n’aient pas défendu «la conception républicaine de l’égalité» lors de la négociation des directives. Le Sénat a retranché de la définition des discriminations les phrases rédigées au conditionnel, qui

"ouvrent la porte à des procès d’intention [et] aboutiraient à des condamnations fondées sur de simples suppositions et des hypothèses invérifiables".

Peine perdue d’avance : le gouvernement espère ob­tenir la suppression de ces amendements lors de la commission mixte paritaire qui se réunira le 13 mai. Nadine Morano explique :

"La Commission européenne nous a demandé très explicitement de reprendre sa définition des discriminations. Si le Parlement retient une autre définition, la Commission n’hésitera pas à sai­sir la Cour de justice européenne, qui lui donne raison dans 95 % des cas."

Deux remarques :

  • Ces sénateurs auraient du y réfléchir avant de voter le Traité de Lisbonne ainsi que les traités antérieurs : les directives de l’UE s’imposent désormais à eux. Ils ne leur reste comme pouvoir que celui des les enregistrer. C’est un peu grossier d’accuser les gouvernements successifs d’avoir mal négocié…
  • Si l’on en croit Mme Morano, le gouvernement, qui ne semble pas en désaccord avec les sénateurs, est à genoux devant la Commission de Bruxelles

Qu’est-ce donc que ce cinéma ? Un bal d’hypocrites.

Michel Janva


Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. hé bien si cette loi passe, il faudra s’accrocher pour montrer que toutes les situations sont différentes. Ce qui ne doit pas être si difficile, je pense.
    Mais j’espère bien entendu que cette loi ne passera pas. Encore une fois, nous ne serons plus maitre chez nous. Nous sommes très loin de l’Europe qu’avaient pensé Schumman et ses deux amis.

  2. Pourquoi le chantage est-il toujours à sens unique?
    L’Europe de Bruxelles a besoin de la France. Si la France menaçait de sortir de l’U.E., il ya de fortes chances que la commission de calmenerait très vite!

  3. Et Satan méne le bal ! L’usage de la saine raison qui distingue, qui discerne afin d’unir ce qui peut l’être est désormais strictement interdite.L’Adversaire a horreur de l’union….donc de la distinction qui la prépare. La division,la confusion,la “bouillie mentale” et sociale, c’est son affaire,même en Enfer…cet endroit de torture où “l’on veut ce qui n’est pas et où l’on ne veut pas ce qui est”….éternellement…!Vade retro !

  4. Extrait d’un courrier reçu de Mme Dini en réponse à une demande de référendum sur le Traité de Lisbonne :
    “Le caractère fort technique du traité de Lisbonne plaide aussi en faveur de l’examen et de la ratification parlementaire […] Le traité européen simplifié de Lisbonne se justifie donc parfaitement et ne constitue en rien un confiscation de la démocratie […] Pour conclure, il m’apparait important que tous les responsables politiques puissent s’engager dans un travail d’explication du Traité au Français, en faisant preuve de pédagogie sur la procédure, sur le contenu du texte et sur l’Europe elle-même”. !!
    Je salue le courage de Mme Dini sur les directives UE anti-discrimination. Toutefois, l’inconsistance des parlementaires me semble stupéfiante même, si la tentative de résistance du Sénat me semble intéressante.
    @acos, si vous lisez la jurisprudence de la CJCE vous constaterez qu’il est impossible de prévoir le sens des décisions. Même les commentateurs échouent à donner des lignes directrices. Ce ouvre bien aux “procès d’intention” (d’ailleurs dénoncés depuis longtemps dans le silence).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services