Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le silence de Philippe de Villiers

Son mauvais score en Vendée à la présidentielle (11,28 % des voix, 2 fois moins qu’à la présidentielle de 1995) a poussé Philippe de Villiers a conclure un accord électoral avec Sarkozy dans son département en vue des législatives, en contradiction flagrante avec le discours tenu lors de la campagne : il n’a subordonné cet accord à aucun engagement de l’UMP sur les thèmes chers au MPF. Ses 2 députés sortants ont obtenu le label de la «majorité présidentielle» et ont été réélus sans avoir de candidats UMP contre eux. Rallié à Sarkozy, Villiers s’est montré depuis lors très modéré à son égard. Soucieux de ne rien dire qui puisse entraîner des représailles de l’UMP et compromettre sa réélection à la tête du conseil général, l’élu souverainiste s’est presque abstenu de toute déclaration publique contre le traité de Lisbonne.

Conforté dans son fief lors des cantonales, Philippe de Villiers peut-il aujourd’hui, enhardi par la chute de popularité du chef de l’État et la défaite de l’UMP aux municipales, ambitionner encore un rôle national ? L’un de ses barons vendéens confie :

"Il a envie de crier aux électeurs de droite : “Je vous l’avais bien dit !”".

Villiers envisage de faire sa rentrée nationale en réalisant un coup médiatique le 29 mai, 3 ans après le NON du 29 mai 2005. Mais Philippe de Villiers est confronté à la concurrence de Nicolas Dupont-Aignan. Autant le créateur du Puy-du-Fou a été contraint de ménager Sarkozy, autant le fondateur de Debout la République tire sur lui à boulets rouges. Séduits par le gaullisme intransigeant de Dupont-Aignan et sa campagne contre le traité de Lisbonne, certains militants du MPF ont quitté Villiers ces derniers mois pour rejoindre le député de l’Essonne.

Michel Janva

Partager cet article

21 commentaires

  1. Le silence de Villiers a été un silence stratégique… Malheureusement la vie politique de notre pays et son système politique ne laisse pas le choix. VILLIERS a toujours dit qu’il s’imposerait un an de silence, sauf sur le thème de l’Europe et de la Famille. Il a d’ailleurs déclaré, au lendemain des dernières élections, dans un communiqué de presse, « qu’il voulait à nouveau faire entendre sa voix au plan national, après le silence qu’il a observé depuis la présidentielle de 2007. “C’était très important pour moi de fortifier ma majorité” en Vendée, mais “j’ai bien l’intention de me préoccuper des problèmes du pays entier”, a-t-il dit » .De toutes les manières, les français n’étaient pas prêt à entendre ses critiques, pourtant nombreuses ! Les médias ne lui donnent tout simplement plus aucun écho et pourtant il a essayé un certain nombre de coups médiatiques, entre autre, au Parlement Européen, pour s’opposer au traité de Lisbonne. A tel point qu’il a été sanctionné financièrement… Qui en a parlé? Pas un média ! Parleront-ils de lui le 29 mai prochain.. rien n’est moins sûr!
    Au sujet de Nicolas Dupont-Aignan, je crains que s’il ne se range pas derrière les listes de Philippe de VILLIERS et qu’il se présente aux européennes de 2009, ce ne soit qu’un mauvais coup vis à vis du camp souverainiste. Il jouera le même rôle néfaste que celui que Charles Pasqua avait tenu en 2004. Il risque de faire battre Paul-Marie COUTEAUX, député français au Parlement Européen du MPF. J’espère donc qu’il verra l’intérêt de la France, avant ses propres intérêts. Il faut additionner les forces souverainistes et patriotiques et non les diviser.

  2. Le silence de Villiers a été un silence stratégique…
    Que ne faut il pas lire ici… silence stratégique hahaha, quelle imagination, bravbo ! “silence stratégique” aussi son appel à voter Sarkozy à la veille du 2nd tour ? “silence stratégique” aussi sa collusion avec l’UMP lors des élections municipales ? Silence Stratégique pour atteindre quel objectif ? Parce que, voyez vous, j’ai du mal à cerner les tenants et les aboutissants de ce “silence stratégique” qui confine plus à la compromission qu’à la stratégie… Le petit manège de Monsieur De Villiers a duré trop longtemps, assez de ses mensonges !

  3. OUI
    définitivement c’est un élu local qui préserve ses acquis
    un bon élu local
    il est très important d’avoir des gens comme lui a la tête des départements, des communes, etc
    mais il a payé le prix
    qu’il ne parle pas de silence stratégique
    il a sauvé son poste tant mieux
    mais il a perdu en crédibilité nationale
    il y a longtemps que l on savait à quoi s en tenir a ce niveau là

  4. VILLIERS est un personnage qui cause beaucoup de tort à la cause de la droite nationale.
    Il prend des voix aux candidats non compromis avec le système UMP-PS, et assure l’essentiel de sa carrière en complicité avec les forces politiques destructrices dont il prétend combattre les idées.
    Un faux ami est nettement plus dangereux qu’un ennemi déclaré.
    Ce que Villiers fait en petit, Sarkome l’a réalisé en 2007 en beaucoup plus grand.
    “Votre combat pour la France est le mien, votez pour moi!”
    « Et puis après je ferai ce que je voudrai et je vous ai bien eus. »
    Le jour où les gens se croyant à droite se rendront compte qu’ils ont aidé pendant des décennies des imposteurs, ce sera le jour de vérité.
    La seule excuse qu’ils auront, c’est la mauvaise qualité du chef qui se cramponne à la direction du principal parti de la droite véritable et qui a en fait abandonné le combat depuis longtemps, car il faut savoir garder sa dignité et être un modèle quant on aspire à conduire le combat pour la survie d’une nation qui fût grande.
    L’ UMP n’est en rien à droite (de l’avortement et du pacs renforcés, à la Halde, de la gabegie de l’Etat à la capitulation devant les syndicats, de Kadhafi à Chavez).
    Le refus de toute solidarité électorale avec la vraie droite est le signe indélébile d’une même appartenance aux forces de destruction systématique de notre nation. Or cette solidarité électorale, Villiers, l’imposteur, en bénéficie, lui, sans aucun problème.
    Il peut bien jouer au pestiféré une fois tous les 10 ans, nous ne serons pas ses dupes, même si nous devons nous protéger pour ne pas avoir la nausée en l’apercevant de loin.

  5. Il serait temps que la Droite cesse de croire à “l’homme providentiel”, d’autant plus que la seule fois où cela a vraiment existé c’était une femme !!! : Jeanne d’Arc. Ou alors Clovis mais il y a très très longtemps…. Depuis on rejoue la même scène, Lepen chaque premier mai et Villiers tout les jours. Qu’il faille des hommes pour porter des idées c’est un fait mais il faut aussi des appareils capables d’assurer le soutien, la formation, le renouvellement, etc…. Clairement cela fait défaut. Si ces structures existaient si un ponte du parti tombait (notamment manipulation, chantage,…) il serait remplacé par un autre comme dans le Chant des partisans, car est ce qu’on en est pas revenu à la Résistance. Pour emprunter une formule de feu Serge de Becket qui avait ses outrances et son génie : “alors que le bateau coule, c’est bagarre au bar du Titanic”. Quel est le rôle des flics dans la manipulation de ce qu’il appelle les “extrêmes” ? Certains partis se mettent ils “dedans” tout seul ? Des questions à creuser.

  6. Pendant toute l’année 2006, en campagne présidentielle, Monsieur De Villiers pour récupérer les électeurs et les cadres du FN et du MNR a juré avoir rompu avec l’UMP puis, le soir du premier tour a refusé d’appeler (courageusement d’ailleurs) à voter pour Sarkozy avant de changer d’attitude 4 jours après pour sauver sa Vendée.
    Maintenant le MPF est redevenu un appendice (comme le CNI) de l’UMP.
    La stratégie de Monsieur de Villiers (ancien secrétaire d’Etat de Chirac en 1986 et ancien accolyte de Pasqua en 1999 – ce qui à mon avis suffit à vous discréditer pour 80 ans)est tellement inintelligible que son silence actuelle est devenue assez plaisant.

  7. “Villiers, c’est vrai” : c’étaient ses autocollants en 1995. Peut-on en dire autant aujourd’hui ? Le Villiers du “Combat pour les valeurs” paraît bien loin… Appeler son silence stratégie est un peu fort de café, à moins de parler de stratégie électoraliste. C’est dommage car, à part son accent désagréable (qu’il a d’ailleurs amélioré), Villiers a toujours eu une espèce de panache assez plaisant, un franc parler et une rectitude au niveau des idées (contrairement à JMLP dont la campagne de 2007 fut très politiquement correcte : immigration, islam, euthanasie, avortement, jacobinisme, etc). Mais à quoi sert d’avoir la lumière si c’est pour la mettre sous le boisseau ? Villiers sucite toujours l’enthousiasme dans les campagnes européennes, mais la déception entre temps.
    S’agissant de NDA, c’est vrai qu’il est plus pugnace que Villiers. Pour autant son mouvement est inconnu, et créer un énième parti souverainiste nuira évidemment aux nationaux toutes tendances confondues. De plus, NDA a bcp de qualités, mais j’ai remarqué son laïcisme assez étriqué et tout à fait regrettable. C’est une chose inconnue de Villiers, et Le Pen (en tout cas le père) n’a jamais été anti-clérical. Un exemple : quelle serait la réaction de NDA si on lui parlait de la doctrine sociale de l’Eglise ? Enfin, il n’aurait pas dû couper les ponts avec l’UMP où il a fait 15% en interne : ainsi il aurait pu entretenir le souverainisme dans un parti qui, en tout cas à la base, est plus à droite qu’on pense.
    Tout cela nous ramène au problème de la réconciliation de toute la droite nationale. Quand je vois l’excellent travail des Bompard, je trouve dommage qu’ils se retrouvent dans un parti sans avenir. L’union fait la force, sans mouvement national uni, ce sera toujours l’impasse.

  8. Oui BAINVILLE, critiquer De Villiers n’absout en rien Le Pen qui a également une grosse part de responsabilité dans l’échec de la droite nationale. Mais mon Dieu, que De Villiers taise une bonne fois pour toute ses ambitions nationales, il n’est plus crédible pour personne !

  9. Sarkozy sera présent fin juin au Puy du Fou, pour l’anniversaire de la création du village, selon Le Figaro magazine.
    “La république ne sait rien faire, sauf se défendre ” disait C. MAURRAS. Sa tactique de défense usuelle et constante est celle du diable (du grec diabolein, diviser), la division de la droite catholique, depuis les catholiques monarchistes ”opportunistes”, le Ralliement, la condamnation de l’AF par un accord Briand-Pie XI, etc…..
    C. Boutin et P de V. malgré leurs qualités évidentes, sont dans le rôle du diviseur rallié opportuniste : ils nuisent énormément à la droite dite nationale, et ils ne reçoivent néanmoins que la piécette que l’on donne au voiturier ou à la dame pipi. Mais ils s’en contentent : être ”reconnus” était leur véritable objectif.
    Il faut dire que de son côté, la droite nationale entretient soigneusement ses divisions, dont elle semble faire désormais une tradition.
    Le remède est certainement dans le retour et/ou la fidélité aux idées fondamentales de la morale et de la philosophie politique traditionnelles : car alors le peuple sent une harmonie entre ses intuitions et ce la droite authentique lui propose : Reagan et Thatcher l’ont réussi à un moment chez eux. Chez nous, la morale et les idées ont été absentes parmi les dirigeants et responsables de la doite nationale ces 10 dernières années : d’où leurs divisions et leurs échecs. Et là, P de V et C Boutin n’y sont pour rien.

  10. Pour avoir essayé d’alerter nos concitoyens sur le Traité de Lisbonne dans ma ville, je peux témoigner que la “base” a strictement les mêmes idées par delà les combinaisons d’appareil. J’aimerai bien une alliance FN-MPF-MNR-NDA pour une défense de ce qui peut encore être sauvé de la souveraineté et la civilisation de notre pays.
    Les militants du MPF étaient remontés contre le silence face à NS et l’alliance tacite.

  11. Le FN n’a rien amené pendant des décennies et sombre dans une politique peu claire sur la morale. Quelles leçons de politique ou de stratégie ont à donner ses partisans ?
    Ce que PdV disait le soir du 1er tour des présidentielles sur TF1 concernant l’eugénisme de masse me paraît plus visionnaire.
    Il ne s’est pas tu sur le traité, mais n’a pu avoir d’audience, on sait pourquoi.
    Halte à l’étroitesse de vue !

  12. Si Villiers ne s’était pas imposé une période de silence, il aurait eu des candidatures UMP en Vendée face à lui et cela aurait fait perdre ce département à la droite nationale.
    Lorsqu’on sait le travail extraordinaire que fournit le conseil général de Vendée, on est en droit de penser que Villiers a pris une décision douleureuse mais sage. La Vendée est restée intacte et tant mieux !

  13. A mon avis, Villiers préserve ces petits acquis… Au cas où, le jour venu. On n’est pas à l’abri d’un coup de grisou: le consensus social se dégrade de plus en plus !
    De toute façon, que vouliez-vous qu’il fit ? 2,3% en métropole et 11% seulement en Vendée… Les bulots sont incapables de lucidité: le pays court à sa perte et les électeurs n’y changeront rien: ils sont trop bêtes pour cela.

  14. La vendée est restée intacte… mais pas la France…

  15. Tous ces gens qui m’ont dit avant les présidentielles “oui, bien sûr, je prefere Villiers à Le Pen, mais JMLP peut arriver au second tour, il faut voter utile même si je souhaite que Villiers fasse un bon score…”. Au final : les deux ont fait un mauvais score. Villiers n’avait aucune marge de maneuvre pour négocier ses minuscules 2%. Il a pu obtenir deux députés. S’il avait eu un meilleur score en avril 2007, aurait-on aujourd’hui J.Bompard, J.Rivière ou P.Louis au Palais Bourbon ? Qui sait ?
    Maintenant, Villiers se fait discret. Il a raté l’échéance de 2007 et peut difficilement fanfaronner…

  16. En dehors de toute manoeuvre politique, le silence de PdV pourrait être expliqué par la sombre machination dont il a été victime, lui et sa famille, pendant la campagne présidentielle…

  17. Les Français ont des écailles sur les yeux: ce sont de bons ripoublicains, toujours prêts à demander des passe-droits ou une place à leurs élus… Alors, un vicomte, ça ne passe pas ! Et puis, malheureusement, Villiers n’a pas fait de progrès dans son élocution: son accent à la Bourvil ne lui a fait gagner aucune voix. C’est dommage, mais c’est ainsi. De toute façon, on n’écoute jamais Cassandre ! Sarkosy est très représentatif du Français moyen d’aujourd’hui: si ce derrnier avait plus de fric, il se comporterait exactement comme son président: “bling, bling” !!!
    Le réveil sera dur. Rationnellement, on peut considérer que ce sera trop tard. Si on a la foi, on peut espérer que le Ciel ne nous abandonnera pas…

  18. Qu’on le veuille ou non, de Villiers a pactisé avec l’UMP pour les élections cantonales.
    Il a appelé à soutenir Nicolas Sarkozy.
    Il s’agit d’un constat et rien d’autre.

  19. Le problème c’est que la “stratégie” Villiers au plan national n’existe pas. Pourquoi donc s’est-il présenté en 2007 ? Si ce n’est pour mieux diviser la droite nationale…
    Qu’il est une stratégie au niveau local, libre à lui, pour l’instant elle porte ses fruits.
    Mais pour la France, faut pas rêver…la démocratie “intrinsèquement diviseuse” ne sauvera jamais notre pays.

  20. Il vaudrait mieux dire qu’avec la pelle qu’il s’est ramassé, il n’a plus de stratégie nationale. Dupont-Aignan ne serait pas mal, mais il est pour le mariage des homos. Très peu pour moi…

  21. il est facile de critiquer un homme politique et de parler de compromission quand on reste tous les soirs assis dans son canapé !
    Villiers se bat! Qui d’autre ose remettre en cause l’avortement ?
    Reconnaissez lui au moins son courage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services