Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le service ne peut être que volontaire

C’est la conclusion logique à laquelle est arrivée Luc Ferry, plutôt hostile à la mise en place d’un service civique obligatoire, alors que c’était une promesse de Nicolas Sarkozy. L’ancien ministre remet son rapport aujourd’hui au président de la République :

"Beaucoup de jeunes souhaiteraient s’engager, se rendre utiles, trouver leur place, être reconnus et valorisés, et pourtant on ne leur offre rien. Pour les familles dont les enfants ne savent pas quoi faire d’eux-mêmes, sans perspectives d’énergie mise au service d’autrui, il est très important de pouvoir leur offrir une solution. […] Au fil de nos analyses, nous nous sommes rendu compte que l’on ne pouvait pas valoriser quelqu’un pour ce qu’on l’oblige à faire. Privilégier une politique autoritaire pour maintenir un lien entre les jeunes et l’État serait donc mettre le pied sur un énorme râteau. Le modèle du service civique par la contrainte, dont l’objectif est de «recadrer» les jeunes, de favoriser le creuset républicain et la mixité sociale, se heurte à un problème de taille : trouver, chaque année, 700 000 postes – dans des associations, par exemple – au sein desquelles les candidats rempliraient des missions d’intérêt général. Le coût serait par ailleurs très élevé : entre 3 et 5 milliards d’euros. Dans un premier temps, mieux vaut donc privilégier le volontariat et l’engagement spontané, auxquels les structures prêtes à accueillir des jeunes attachent une importance considérable."

Le principe de solidarité est une composante essentielle de la Doctrine sociale de l’Eglise :

"Le principe de la solidarité implique que les hommes de notre temps cultivent davantage la conscience de la dette qu’ils ont à l’égard de la société dans laquelle ils sont insérés: ils sont débiteurs des conditions qui rendent viable l’existence humaine, ainsi que du patrimoine, indivisible et indispensable, constitué par la culture, par la connaissance scientifique et technologique, par les biens matériels et immatériels, par tout ce que l’aventure humaine a produit. [n°195]

Michel Janva

Partager cet article

1 commentaire

  1. Oui, la solidarité est une composante essentielle de la doctrine sociale de l’Eglise. Mais cette solidarité est volontaire. Elle n’a rien à voir avec la redistribution étatique d’argent pris par la force (volé), et redistribué au bon gré des prédateurs à leurs amis, soutiens alliés et électeurs.

Publier une réponse