Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le Sénat, cette chambre radicale-socialiste

Lu sur Liberté politique :

S "Les commentateurs font remarquer que c’est la première fois, sous la Ve République, que le Sénat passe à gauche. C’est une analyse un peu légère de la situation réelle. D’abord la notion de parti à nettement moins de poids au Sénat qu’à l’Assemblée. La liste conduite par Gérard Larcher dans les Yvelines n’avait nulle part la mention UMP. Aucun logo, aucune référence à une quelconque majorité présidentielle. […]

Nous pouvons aussi rappeler que depuis 1958, si le Sénat n’a pas été présidé par un socialiste, il n’était pas à droite pour autant. Au-delà des clivages de circonstance et des étiquettes politiques, cette chambre reste la chasse gardée de l’esprit radical-socialiste, de « la France du seigle et du châtaignier » —expression du Général de Gaulle—, de la politique des loges. Il n’est pas certain que le Sénat connaisse un grand bouleversement […].

Le Général de Gaulle a dû composer, durant toute sa présidence, avec un Sénat qui lui était hostile. Le Guyanais Gaston Monnerville, membre de la Gauche Démocratique —actuel RDSE— en fut président de 1959 à 1968. S’il a contribué au retour du Général au pouvoir en 1958 il s’est pourtant régulièrement opposé à sa politique, et a milité contre l’élection du Président de la République au suffrage universel. Alain Poher, son successeur, était quant à lui un centriste, opposé également au pouvoir gaulliste. Cette opposition du Sénat contre l’Elysée a amené le Général de Gaulle à demander à ses ministres de ne plus s’y rendre pour défendre leurs textes mais de se faire représenter par un Secrétaire d’Etat. L’opposition fut bien sûr très forte lors du projet de réforme de 1969, vivement combattu par la Chambre Haute, et qui a abouti à la démission du Général de Gaulle. […] Cette nouvelle chambre sénatoriale « à gauche » sera-t-elle différente de celle « de droite » ? L’aventure de l’adoption du texte sur les lois de bioéthiques, beaucoup plus libéral qu’à l’Assemblée, laisse penser que sur le fond ce « basculement historique » ne sera qu’une continuité."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Tout à fait exact.Le Sénat n’est ni à droite ,ni à gauche; il est à l’Orient…!

  2. Je me souviens de cette anecdote que me racontait mon pére: apres le coup de colére de Degaulle parti en claquant la porte, Alain Poher s’etait rendu à pied à l’Elysée et avait dû presenter sa carte au planton de service avant de pouvoir entrer dans un batiment desert, à cette occasion il decouvrit la mallette “nucleaire” negligemment abandonnée au pied d’un bureau…

  3. Le Sénat peut proposer des textes de lois, il peut s’opposer à l’Assemblée Nationale qui a, en tout état de cause, le dernier mot… Alors finalement, le Sénat joue t-il un rôle prépondérant ??? Il pourrait tout à fait être supprimé, cela ne changerait pas grand chose et aurait au moins l’avantage de faire faire des économies à l’Etat !!!

  4. l’expression de “la France du seigle et du châtaignier” est certes utilisée par de Gaulle mais reçoit sa paternité d’André Siegfried

  5. Cela n’empêchera certes pas le gouvernement de gouverner avec presque autant de marge de manœuvre. Sauf que le Sénat a un pouvoir d’enquête et peut présenter des propositions de lois. Surtout, la droite au pouvoir ne peut plus faire passer des réformes constitutionnelles par le Congrès, sauf des réformes consensuelles imposées par la Communauté Européenne pour lesquelles on peut toujours compter avec le soutien du PS.
    Au cas où – à Dieu ne plaise ! – la gauche gagne les deux élections de 2012, elle aura le champ libre pour mettre en œuvre des réformes constitutionnelles sans référendum. Là réside un réel danger.

  6. Le président du Sénat n’est il pas le 2ème personnage de l’Etat en cas de vacance du pouvoir ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services