Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Le revenu universel : une utopie ?

C'est l'avis de Pierre Marchand dans l'Action française 2000. Extrait :

Unknown-23"[…] un revenu se définit par une somme perçue en échange d’ un bien ou d’ un service, raison pour laquelle nous préférons parler d’ aide. Mais contester son appellation, c’est déjà remettre en cause le principe en le liant non pas à un état de fait mais à une nécessité. « Aider ceux qui font pour le compte de ceux qui ne peuvent pas », aime à dire le prince Jean de France, ainsi que le rappelait François Bel-Ker lors de son allocution au colloque “Je suis royaliste, pourquoi pas vous ?”. Le revenu de base est-il conforme à ce principe ? Comme souvent, la doctrine sociale de l’Église nous aide à y voir plus clair. Certes, nombre des tenants du revenu de base s’en réclament ou du moins affirment que cette  idée ne lui est pas contradictoire. S’il est difficile d’être aussi catégorique, il convient de rappeler certains préceptes de la doctrine sociale et notamment le suivant:

« Aucun chrétien,du fait qu’il appartient à une communauté solidaire et fraternelle, ne doit se sentir en droit de ne pas travailler et de vivre aux dépens des autres. »

Le revenu universel risquerait à cet égard d’introduire un bien dangereux biais. D’autant que la doctrine sociale définit assez précisément les principes de la redistribution :

« Un bien-être économique authentique se poursuit également à travers des politiques sociales de redistribution du revenu qui, tenant compte des conditions générales, considèrent opportunément les mérites et les besoins de chaque citoyen. »

Le revenu de base ne tient compte ni de l’un – notre pays a-t-il les capacités de prendre en charge un tel revenu, ou doit-il se les donner au risque d’ entrer en contradiction avec d’autres principes ? –, ni de l’autre – ce revenu étant inconditionnel, il exclut de facto la question des mérites, et même celle des besoins.

Pour toutes ces raisons, nous préférerons toujours que les aides soient dictées par le réel et non par les idées. En quoi ce dispositif permettrait-il de remettre en cause la toute-puissance de la finance, de repeupler les zones rurales, de recréer de véritables solidarités, nécessairement locales, et un tissu social harmonieux ? Les multinationales continueront à prospérer outrageusement sur le dos de travailleurs d’autant plus souvent étrangers que les nationaux pourront s’y soustraire en vertu de ce revenu, qui continuerait en outre à tirer les salaires vers le bas. Le revenu de base conforterait ainsi le système libéral tout en achetant le silence de ceux qui en souffrent le plus. Michel Foucault, bien inspiré sur ce sujet, posait déjà les bonnes questions :

« Cette idée […] vise explicitement à une action qui va atténuer quoi ? Les effets de la pauvreté et ses effets seulement. C’est-à-dire que l’ impôt négatif [autre nom du revenu de base] ne cherche aucunement à être une action qui aurait pour objectif de modifier telle ou telle cause de la pauvreté. »

Cet impôt négatif « assure en quelque sorte une sécurité générale, mais par le bas, c’est- à-dire que dans tout le reste de la société on va laisser jouer, précisément, les mécanismes économiques du jeu, les mécanismes de la concurrence, les mécanismes de l’entreprise ». Le revenu universel contre la pauvreté, c’est un peu comme le Soleil vert contre la faim ou Facebook contre l’exclusion sociale. On peut et l’on doit réfléchir à de nouveaux outils de solidarité, mais on est ici plus proche d’un nouveau modèle de société ; une utopie concrète, comme l’ appellent ses partisans. Utopie concrète mais utopie quand même."

Partager cet article

15 commentaires

  1. Le revenu universel, on ne peut pas dire : je suis contre comme dans cet article, ou je suis pour, prendre des positions idéologiques tranchées sur cette questions.
    Dans différents pays, de nombreuses spécialistes y réfléchissent depuis plusieurs décennies.
    Ce qui est sûr, c’est que l’accélération de la robotisation des tâches condamne à la disparition de millions d’emplois à travers le monde. Les entreprises capitalistes veulent arriver à faire tourner leurs entreprises 24 heures sur 24 et 365 jours sur 365, pour dégager toujours plus de productions. Un exemple ?
    “Foxconn mise sur les robots plutôt que sur les ouvriers”
    “L’entreprise taïwanaise, qui fabrique notamment les produits d’Apple ou de Samsung, a fait passer son effectif de 110 000 à 50 000 employés dans une de ses usines chinoises.”
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/05/27/foxconn-mise-sur-les-robots-plutot-que-sur-les-ouvrier_4927577_3234.html
    A l’autre bout de la chaîne, des millions de gens ne retrouveront jamais d’emplois.
    Ou faute d’instauration d’un revenu universel, il faudra taxer les robots ce que refusent les capitalistes avides de profits.

  2. Ce qu’exclut de son raisonnement l’uteur de cet article : le cumul des aides sociales, dont l’allocation logement, et des allocations diverses, dont les allocations familales, sans oublier le RSA dont le nombre d’allocataire va croissant, constituent déjà de facto un revenu de base.
    Le plus simple et le moins coûteux à gérer serait donc de substituer à cet entrelas d’allocations et aidesdiverses un revenu basique, perpétuel et assuré, augmenté par un complément par enfant. Outre l’économie d egestion, cela aurait l’immense mérite de faire sortir de la précarité et de ‘exclusion des millions de Français. En effet un revenu perpétuel assuré redonnerait une solvabilité minimal pour emprunte, offrir une garantie locative etc…
    L’auteur de cet article ne connait visiblement pas la situation de basculement que vivent depuis une dizaines d’années un nombre en augmentation de jeunes qui n’ont reçu une frmation de base satisfaisante (grâce à l’effondrement de l’Education Nationale entre autres). Les loyers modestes et petits crédits auto et conso seraient ainsi garantis.
    Ce revenu universel passerait par la suppression stricte de toutes les aides sociales existantes, et cela pousserait vers l’emploi plus de personnes en situation difficile, car la stigmatisation des aides disparaitrait.
    Cela supppose une réforme du code du travail et l’adaptation des contrats de travail français au temps partiel, et peut-être la fin de la distinction entre CDI et CDD.Cela faciliterait bien plus que le RSA le retour à l’emploi.
    La crise économique actuelle annonce la fin du système social démocrate issu de 1945. Le revenu universel serait une étape, sachant qu’il serait modulable et évolutif en fonction de la situation économique. Le retour à une grande prospérité permettrait soit de le baisser soit de ne plus le réévaluer aussi foritement que ne le sont les aides sociales.
    Les calculs effectués démontrent que la fin de toutes les aides sociales et allocations multiples, et donc la disparition de leur coût pharamineux de gestion collective par l’état et les départements serait à terme moins lourde budgétairemet que l’empilement de notre système dit de solidarité.

  3. La charité catholique a été remplacée par la solidarité qui n’est d’autre que la charité du diable (le diable est le singe de Dieu).
    SI QUELQU’UN A FAIM NE LUI DONNE PAS UN POISSON ,APPRENDS LUI A PÊCHER .
    Ce revenu universel finira comme la sécurité sociale et toutes les assurances obligatoires , par nous dévorer.
    Au début la somme paraitra conséquente ,ne sera jamais revalorisée ,les gens prendront petit à petit l’habitude de recevoir et perdront l’habitude de chercher et de travailler.
    Ce système mettra en place une perte de liberté d’identité et de dignité nous réduisant à l’état de mendiants .
    CE QU’ON NOUS DONNE EST PARFOIS PLUS DANGEREUX QUE CE QU’ON NOUS PRENDS

  4. Cette histoire de revenu pour tous va faire voler le bazar en éclats. Hyper inflation et hyper invasion migratoire garantie pour tous, voilà ce qui nous pend au bout du nez avec cette idée scélérate.

  5. Le revenu universel est surtout le moyen le plus sûr de maintenir une population de plus en plus importante en état de dépendance et de la soumettre a la volonté des gouvernants sous peine de suppression de leurs faux “droits”.
    Gilles

  6. Peut-être que le revenu de base est une solution sur le plan économique.
    Peut-être.
    Mais ce qui est pertinent sur le plan économique n’est pas forcément moral.

  7. Le revenu universel sera mis en place. Pourquoi ?
    Les mondialistes sont entrain de supprimer petit à petit la monnaie sonnante et trébuchante pour la remplacer par une digitale. Ce qui va changer bien des choses. Ne serait-ce que pour le clochard qui ne pourra plus tendre la main pour avoir une petite pièce.
    Mais la véritable raison est perverse. Ce revenu ne sera octroyé qu’à la condition sine qua non de se faire pucer. Dans l’esprit mondialiste, c’est à dire humaniste, l’être humain n’est pas une marchandise comme les autres. Mais tout de même une marchandise.
    https://www.dailymotion.com/video/x8ouwx_n-sarkozy-l-homme-n-est-pas-une-mar_news
    Aussi devra-t-il s’injecter une puce qui sera l’oeil de Moscou (pardon plutôt l’oeil de Bruxelles) et qui permettra grâce aux compteurs linky qui sont entrain d’être mis en place dans tous les pays de l’Otan, de transformer l’homme en zombie, grâce aux ondes.
    Bienvenue dans le meilleur des mondes !
    Ce qui est incroyable, l’Apocalypse nous le dévoilait déjà au chapitre 13 : “Par ses manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom. C’est ici qu’il faut de la finesse ! Que l’homme doué d’esprit calcule le chiffre de la Bête, c’est un chiffre d’homme : son chiffre, c’est 666.”
    Dans la Bible, le roi Salomon reçoit 666 talents d’or des pays vassaux. Ce chiffre représente donc une organisation qui taxe tout le monde : un gouvernement mondial. Il est étonnant de voir que la BRI (banque des règlements internationaux) se trouve à Bâle. Le nom Baal est répandu dans les langues sémitiques. De nombreux noms de rois furent précédés de cette particule. Mais aussi de rabbins : Baal Shem Tov. Il est devenu aussi le nom d’un dieu. Comme Baal Hammon, le terrible dieu des Carthaginois. On le décrit comme le culte du veau d’or dans le livre d’Osée….

  8. Cette idée permet aussi un contrôle totalitaire de la plèbe, entretenue dans l’ahurissement médiatique et perfusée alimentairement dans sa végétude existentielle.
    Une idée puissamment toxique.

  9. La France promeut l’arbitrage privé du Tafta au sein même de l’Europe
    http://www.les-crises.fr/livre-deconomie-sil-ne-fallait-en-lire-quun-par-rst/
    Comme quoi la bête de l’Apocalypse est bien une organisation privée qui cherche à créer une dictature mondiale. Les états doivent donc disparaître petit à petit. Le clivage aujourd’hui n’est plus gauche/droite mais pour ou contre ce gouvernement mondial dictatorial. Celui qui est pour, est aussi pour l’U.E., 1ere étape de cette dislocation des nations. A noter que l’herpes et le FN vont dans ce sens là. Et le colloque de Béziers aussi.

  10. “Une somme d’argent versée à tout le monde” tout simplement…
    Et prise uniquement dans la poche de certains ! tout simplement…
    Encore une forme de la dite “redistribution” républicaine, corolaire d’une spoliation sélective !
    Et certains croient encore à “Liberté, Égalité, Fraternité” ? !
    Certes, la Charité dit “donne” et il faut donner chrétiennement et largement en choisissant avec discernement les bénéficiaires. En revanche, la “générosité” républicano-socialiste, non seulement dit “prend !” mais elle le fait… pour alimenter les caisses qui lui permettent de fidéliser ses électeurs par des cadeaux de toutes sortes.
    Assez de cette société d’assistance qui n’est que l’envers d’une marchandisation du dit suffrage universel !

  11. J’oubliais l’essentiel… C’est aussi une façon de narguer et contester l’injonction : “Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front” ! (cf. Genèse 3:19)

  12. C’est un piège communiste dénoncé il y a plus de vingt ans par des évêques canadiens ( au sujet du crédit social, même bazar) .

  13. Le progrès scientifique et technique fait que l’homme est de moins nécessaire pour le travailleurs.
    Sous le prétexte de la déesse Compétitivité Les travailleurs tendent à devenir une minorité de plus en plus restreinte et asservie pour le bénéfice des plus riches et des cloportes assistés futures bénéficiaires du revenu un universel, électeurs au service des plus riches.

  14. L’un leur avait promis une nouvelle civilisation de 1000 ans d’autres le paradis sur terre aux lendemains qui chantes ,d’aucun vous a dit gagner de l’argents en dorment ,voici la rémunération identique pour tous,et demain?

  15. L’idée peut sembler séduisante (remise à plat de tout notre système d’aides et d’allocations) mais quel sera son effet sur l’immigration ?
    Promettez 200€ à n’importe quelle personne vivant en Afrique ou au Moyen Orient, ça le fera venir…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.