Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

Le rapport de la Miviludes a oublié les Salafistes

De Joachim Véliocas, interrogé dans Minute :

"Les estimations qui circulent dans la presse, reprenant les chiffres du renseignement policier, tournent autour de 10000 personnes. Je le crois très sous-estimé. Les salafistes sont une nébuleuse ne dépendant d’aucune fédération musulmane du Conseil français du culte musulman. Ils s’organisent à l’échelle locale, sous forme associative ou non, dans des mosquées officielles ou non. Ils ont la certitude de suivre la voie islamique la plus authentique, car basée uniquement sur les enseignements du prophète et de ses compagnons (compilés dans la Sunna), en re jetant toutes les innovations blâmables […]

Selon un rapport des Renseignements généraux de février 2005 ayant fuité dans « Le Monde » à l’époque, seules quatre régions seraient épargnées par ce fléau, soit le Poitou-Charentes, la Corse, le Limousin et la Basse-Normandie… Même Châteauroux a sa communauté ! Pour donner une idée de leur implantation, prenons un exemple concret à l’échelle d’un département. Le forum Internet des Soeurs du Val-d’Oise, où se retrouvent les femmes des mosquées salafistes de Garges-lès-Gonesse, Poissy, Gennevilliers, Sarcelle, Goussainville compte plus de mille membres enregistrés… Et on se doute bien que beaucoup n’éprouvent pas le besoin de s’y inscrire, et notons que ne participent pas à ce forum d’autres groupes salafistes existant à Pontoise ou à Argenteuil. […]

un compte rendu d’une réunion du 29 mars 2009 recommande de faire mémoriser [dans les écoles salafistes], avant même les chiffres ou les lettres de notre alphabet, le Coran aux tout petits. Intégralement. Soit l’équivalent d’un livre de poche de 350 pages en arabe classique. […] Des fiches scolaires interactives, signe d’une équipe pédagogique structurée, sont éditées par centaines sous formes de questions/réponses, afin de faire mémoriser aux enfants et aux parents la biographie (Sirâ) du prophète. Sa biographie officielle se focalisant longuement sur ses combats, les fiches s’attardent beaucoup sur des questions de stratégie militaire, décortiquant toutes les phases des batailles et incitant les élèves à tirer les enseignements des défaites et victoires. Il va sans dire que sont glorifiés sens du sacrifice, esprit de corps et obligation du devoir communautaire: le djihad.

Mais ce que vous nous décrivez est effrayant, pourquoi ces dérives sectaires sont-elles tolérées par l’Etat?

Pour ne pas « stigmatiser » l’islam, pour reprendre une expression à la mode. Il est plus facile de pointer ces dangereux catholiques qui choisissent l’éducation à la maison, et dont les écoles hors contrat affichent des résultats au bac supérieur à 98% – cas des écoles de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X – que de parler du salafisme. Le dernier rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) rendu public début avril est complètement atone sur les sectes islamistes et les juges aux affaires familiales (JAF) n’osent effleurer le sujet. Il faut dire que pour leur sécurité physique, cela est sûrement plus prudent."

Partager cet article

2 commentaires

  1. Comme par hasard…

  2. Bien trop dangereux ! C’est pas comme pour les cathos : là on peut y aller…

Publier une réponse