Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Le PS crée un emploi pour Edouard Martin

Lu dans Le Bulletin d'André Noël :

"Alors que la courbe du chômage ne s'est pas inversée, que des milliers d'emplois sont détruits tous les jours, comment ne pas se réjouir quand un chômeur retrouve un emploi ? Et d'autant plus que c'est grâce au parti socialiste ! Ce chômeur, c'est Edouard Martin responsable de la CFDT sur un site sidérurgique sinistré, verbe haut, physique de baroudeur, bon client et coqueluche des plateaux télévisés. C'est lui qui, le 6 décembre 2012, des sanglots dans la voix, s'adresse directement à François Hollande, qu'il accuse d'avoir menti en promettant de sauver son site. « Vous attendez quoi ? Qu'il y ait un malheur ici ? Et bien nous, nous allons être votre malheur si vous ne cessez pas ce mensonge, cette tromperie.»

Certes, au fil du temps, son discours s'était fait moins véhément allant jusqu'à approuver les mesures d'accompagnement du gouvernement pour pallier la défection du groupe Mittal, propriétaire du site. Et voilà qu'avant Noël on apprend que le Parti socialiste l'a désigné comme tête de liste dans le Grand-Est pour les élections européennes où il devra affronter l'UMP Nadine Morano et le frontiste Florian Philippot. Il sera élu à coup sûr ; il aura trouvé non pas un emploi mais une sinécure pour plusieurs années (et une bonne retraite) avec tous les mois plus de 6.000 € de traitement et divers avantages annexes ; dans son aciérie, il lui fallait quatre mois pour gagner 6.000 €. Bien entendu « l'intéressé » se déclare… « désintéressé », il ne fait pas cela pour l'argent mais pour porter la voix du prolétariat dans les instances européennes. C'est aussi de cette manière que le Parti socialiste entend « vendre» cette candidature à l'opinion et à ses militants, en expliquant que l'on ne pourra plus dire que les socialistes sont coupés du monde ouvrier Les compagnons de Martin, qui iront pointer à Pôle emploi, dénoncent, quant à eux, le traître, l'homme qui va à la soupe, trahissant pour le plat de lentilles d'un siège de parlementaire ses convictions de syndicaliste. Il n'a pas fait le malheur de Hollande, c'est Hollande qui a fait son bonheur.

Nous pouvons vous le révéler, l'idée de cette candidature revient à Manuel Valls qui redoutait que Martin mobilise le petit peuple de la Région contre le parti socialiste à l'occasion de ce scrutin. Plus crûment, il se demandait comment faire taire cette « grande gueule». […]"

Partager cet article

7 commentaires

  1. Manu, grand maître quenellier.
    Il va peut-être essayer d’embaucher aussi Dieudo.

  2. un site sinistré [sic],
    Rappelons que sinistre veut dire de gauche en latin (et en italien)…

  3. c’est très bien qu’un chômeur, ex-ouvrier, soit sûr d’être élu député européen PS (Mélanchon doit être furieux);en attendant qu’il soit retourné par d’autres ?

  4. Un grand classique : quel est son prix, il y aura toujours des judas

  5. C’est honteux.

  6. Chez les syndicalistes, on appelle ce genre d’homme un JAUNE !

  7. Judas a reçu 30 deniers… Martin 6000 €…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]