Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Religions : L'Islam

Le principe de précaution voudrait que la France n’accepte pas le retour des enfants de djihadistes

Le principe de précaution voudrait que la France n’accepte pas le retour des enfants de djihadistes

Pour cela, il faudrait que la sécurité des citoyens français soit une priorité. Peu de média évoquent avec objectivité les risques importants liés au retour des enfants de djihadistes. Tous se limitent à donner la parole à des avocats au parti pris évident et payés pour ça (par qui d’ailleurs ?) et à des psychiatres qui ne maîtrisent pas le sujet pour la raison évidente qu’il n’y a pas de précédent dans l’histoire récente…

Actuellement, dans les zones au levant ou dans la bande sahélo-saharienne où Daesh combat (encore) la coalition alliée, il faut savoir que l’endoctrinement et la préparation des futurs combattants passe par des exécutions de prisonniers par des enfants âgés de 3 à 10 ans. C’est exactement le créneau d’âge où les bonnes consciences nous expliquent qu’il n’y a aucun danger.

Voici un extrait d’un article publié sur le site Damoclès :

Désormais, les enfants djihadistes sont la dernière arme émotionnelle des partisans du retour. Après le mythe des djihadistes « repentis », après le mensonge de la « déradicalisation » des islamistes qui a coûté plus de 100 millions d’euros aux contribuables français, la pression monte dans les médias politiquement corrects, toujours avides de victimisation de criminels (…)

Des avocats-militants s’infiltrent dans la brêche et viennent à présent de porter plainte auprès du comité des droits de l’homme de l’ONU pour le rapatriement des enfants djihadistes en France. À la tête de la démarche, se trouve une fois de plus l’avocat William Bourdon : celui qui niait le danger d’attentats islamiques en France face à David Thomson en 2014, dans l’émission Ce soir (ou jamais !) ; celui qui a soutenu Ségolène Royal, Eva Joly ou encore François Hollande ; celui qui met son Cabinet Bourdon & Associés au service des mosquées salafistes et des islamistes poursuivis par l’État…(…) Ces avocats-militants, comme Henri Leclerc, masquent leurs ambitions idéologiques derrière les familles de djihadistes restées en France. C’est aussi la méthode des médias politiquement corrects : multiplier les témoignages d’oncles, de tantes ou de grand-parents n’ayant – forcément – que du bien à dire de leurs proches ou des excuses à leur trouver (…)

En février 2018, Mediapart publie une enquête au titre sans ambiguïté : « Les enfants tueurs de l’État islamique ». Il y est révélé l’un des buts des djihadistes de l’EI : l’utilisation d’enfants afin de commettre des attentats en France et en Europe. Plusieurs centres de formation militaire intensive les enrôlent dès le plus jeune âge en Irak et en Syrie afin d’en faire de véritables « bêtes à tuer » selon une note de la DGSI fin 2016 (…)

Le 14 février 2017, Patrick Calvar, patron de la DGSI, informe l’Assemblée nationale du fait que ces enfants djihadistes sont formés militairement : « Leur endoctrinement et leur entraînement en font des bombes humaines » précise-t-il. Devant les députés, Calvar décrit des vidéos, tournées en Syrie, montrant des enfants de 5 ans « égorgeant des prisonniers ou vidant des chargeurs dans la tête de prisonniers ». Fin 2016, la vidéo Mon père a dit montre quatre enfants de moins de dix ans, équipés de caméras GoPro et d’armes de poing, dans un immeuble truffé, à dessein, de prisonniers menottés dans le dos mais laissés libres de leurs mouvements. Les enfants djihadistes abattent un à un les prisonniers, sans remords (…)

Voilà ce que font les enfants djihadistes, présentés dans les médias politiquement corrects comme des « innocents » et des « victimes ». L’univers djihadiste est un monde en soi, de la naissance à la mort et leur conditionnement démarre dès le plus jeune âge, encouragé par l’entourage familial. Un enfant de deux ans, armé d’un poignard, s’exerce à décapiter son ours en peluche. Patrick Calvar évoque même devant l’Assemblée des enfants du même âge qui « se roulent par terre parce qu’ils n’ont pas pu regarder leurs vidéos de décapitation, qu’ils sont habitués à voir toute la journée ». De la théorie à la pratique, cela donne des enfants qui se filment en train de « s’amuser avec la tête » d’un ennemi tué, selon une islamiste décrivant les images retrouvées sur son smartphone (…)

En Angleterre, le 2 mars 2017, la police annonce avoir déjoué un projet d’attentat islamique visant trente sites à Londres, conduit par 55 mineurs âgés de 11 à 14 ans. Une véritable « armée d’enfants » selon les termes officiels (…)

Il est donc plus qu’urgent de rappeler ce pourquoi les enfants djihadistes ne sont pas des êtres innocents. Ce pourquoi ils sont dangereux. Rappeler que Rayyân Adil, enfant de 12 ans, incarne l’idéal de l’État islamique depuis qu’il a tiré une balle dans la tête d’un otage le 10 mars 2015. Le débat n’est pas de savoir si ces enfants se sont retrouvés là par hasard, mais bien de comprendre ce qu’ils y ont appris – la haine de l’Occident – et ce dont ils sont désormais capables – nous tuer. Déjà filmés et documentés, les assassinats d’otages par des enfants djihadistes, de sang-froid, au cours d’un entraînement militaire, ne sont pas compatibles avec une arrivée en France. Il est plus qu’urgent de se rappeler que les « bons sentiments » ne valent rien face aux « bombes humaines »… Rien d’autre qu’une gerbe de fleurs au lendemain d’un attentat.

 

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Les partisans du retour des enfants de djihadistes sont, au mieux, des inconscients irresponsables et incorrigibles ! Ces gamins sont de véritables bombes humaines à retardement qui, tôt ou tard, nous montreront tous les bienfaits de l’endoctrinement qu’ils ont reçu…

    Comme précédent, je ne vois que les gamins allemands de la Hitler-Jugend qui en 1945, n’hésitaient pas à affronter les chars alliés avec un panzerfaust, qu’est ce qu’on en a fait ?

  2. L islam , le bras armé du judaïsme, d apres le rav’ ron Chaya . Ces gamins sont des combattants donc ils méritent le même sort que leurs parents .

  3. la haine de l’occident ne fera qu’augmenter si on ne fait rien pour eux;
    il faut traiter cas pas cas. tout dépendra de leur âge et du contexte familiale.
    Rien n’est jamais irrémédiable, tout excès est de mauvais conseil

  4. Oh là là,
    Vous me permettrez de ne pas être d’accord avec vous… Chez ces gens-là, la haine de l’occident est enracinée depuis des générations, seuls quelques individus échappent au formatage ! L’Histoire des siècles passés nous prouve largement que les musulmans se tiennent (à peu près) à carreaux quand on leur fout une bonne branlée militaire, ils ne reconnaissent que la force comme langage…

    Nos hésitations, nos atermoiements, notre mentalité bisounours-petites bougies-photos de chat leur prouve que nous avons peur et que nous reculons… alors ils avancent !

    Pas de pitié déplacée, pas de pleurnicheries, ces mômes doivent rester là-bas, parce que notre sécurité et notre liberté en dépend !

  5. la miséricorde de Dieu envers nos faiblesses doit nous guider, ces enfants sont d’abord des victimes.
    notre sécurité et notre liberté sont nos faiblesses , nous voulons ignorer que seul Dieu peut changer nos coeurs.

    ce n’est pas par la force physique qu’on convertira les musulmans, c’est par notre force spirituelle, notre force d’âme, notre charité et notre confiance en Dieu.
    nous payons aujourd’hui nos faiblesses du siècle dernier, soyons des exemples .

  6. Oh la la
    Votre foi vous rend aveugle.

    Les grands-parents, oncles et tantes qui accueillent cette progéniture pourraient bien en être les premières victimes. Affaire à suivre.

  7. des bombes à retardement!
    le suicide français : deux balles dans la nuque

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services