Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Valeurs chrétiennes : Education

Le premier hommage de François Hollande sera à l’ennemi de l’école libre

Le premier discours annoncé du président socialiste une fois installé, ce mardi 15 mai, sera d’aller solennellement proclamer son allégeance à Jules Ferry. Rappel opportun de Jean Madiran dans Présent :

F"Les principales abominations de Jules Ferry sont commises, de 1879 à 1885, dans l’établissement d’une école publique « gratuite et obligatoire », mais sans Dieu et militant contre le catholicisme. Il y met tellement de violences autoritaires et d’illégalités que les magistrats démissionnent par centaines. Il emploie l’armée pour envahir les couvents et les écoles catholiques, jeter à la rue des milliers de religieux, réaliser la « dispersion » des congrégations enseignantes. Emile Combes, Waldeck-Rousseau poursuivront cette guerre civile contre la présence de Jésus-Christ dans la cité temporelle."

Partager cet article

19 commentaires

  1. On l’appellera aussi Ferry Tonkin pour avoir relancer la conquête de l’Indochine et obtenu les crédits en conséquence, alors que la droite était contre toute intervention extérieur, l’ennemi c’était d’abord l’empire allemand qui avait annexe l’Alsace et une partie de la Lorraine.
    C’est curieux que cela ne fasse pas s’offusquer les électeurs du PS. Leur mémoire a d’étranges amnésies…

  2. Plus je connais cette France d’après 1789, plus je la déteste sur bien des points… Pourtant les gauchistes sont de nouveau dans les starting-blocks prêts à faire une autre révolution alors que presque tout ce qui vient de leurs méfaits est à l’origine de nos problèmes. Tout le monde sait que même l’école privée en France n’a plus rien de vraiment privé à part quelques rares et remarquables exceptions. Et l’autre qui va venter l’école publique alors que c’est un véritable désastre…

  3. Malgré tout on a quand même de la chance d’avoir cette école publique gratuite. 66 milliards d’euros de budget sur 2009/2010, ça c’est du gratuit…
    Source IFRAP : 6. C’est grâce à la Révolution française et à la République que l’enseignement est devenu public et gratuit.
    C’est faux : contrairement à une idée très répandue, notre pays n’a pas attendu 1789 et la République pour décréter que l’enseignement pouvait être gratuit et exister hors du giron de l’Eglise catholique. Le IIIe concile de Latran, en 1179 avait déjà formulé le principe de gratuité de l’enseignement [7], même si ce privilège était réservé en priorité aux clercs. Au XVIe siècle, les collèges jésuites proposaient également un enseignement gratuit pour les garçons (non-clercs). A la même époque, dans le sud de la France, les écoles sont principalement laïques et dominées par les municipalités [8].
    La Révolution française va renverser l’avantage en faveur des écoles publiques. En 1792, Condorcet rend un Rapport sur l’instruction publique dans lequel il préconise la nationalisation et la gratuité de l’enseignement. Mais la loi fondatrice dans ce domaine, c’est la loi Falloux de 1850 qui institue la liberté de l’enseignement et distingue les écoles publiques, fondées et entretenues par les communes, des écoles libres, créées ou gérées par des particuliers. Ce n’est enfin que par la loi de 1881 que les écoles primaires françaises furent déclarées gratuites pour tous. Cependant la gratuité de l’enseignement et sa laïcité sont bien plus anciennes.

  4. Jules FERRY, qui finit par avouer ses motivations réelles à Jean Jaurès qui le raconte ainsi :
    — Je le pressais un jour sur les fins dernières de sa politique : ” Quel est donc votre idéal ? Vers quel terme croyez-vous qu’évolue la société humaine, et où prétendez-vous la conduire ? ”
    — « Laissez ces choses, me dit-il ; un gouvernement n’est pas la trompette de l’avenir. »
    — ” Mais enfin, vous n’êtes pas un empirique : vous avez une conception générale du monde et de l’histoire. Quel est votre but ? ”
    — Il réfléchit un instant, comme pour trouver la formule la plus décisive de sa pensée : « MON BUT, C’EST D’ORGANISER L’HUMANITÉ SANS DIEU et sans roi. »
    (A Jean Jaurés qui le rapporte dans son introduction à ses “Discours parlementaires” Edouard Cornély éd., 1904)
    http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/jaures/discours/socialisme-radicalisme-1885.asp
    Merci M. Hollande d’afficher aussi clairement vos intentions…

  5. Ce qu’il faut comprendre et dire, c’est que Hollande (et chacun de sa bande) est un ENNEMI TOTAL de nos familles, un ennemi total de nos écoles, un ennemi total de l’Eglise, un ennemi total des bonnes mœurs, un ennemi du Christ.
    Il est notre ennemi pur et simple. Il veut tout détruire et construire un contre-ordre : la cité du démon.
    Hollande est en guerre contre nous.

  6. @ Lecteur
    Attention à l’ambiguïté du mot « laïc » :
    Les écoles « laïques » de l’ancien Régime étaient appelées ainsi simplement parce qu’elles étaient tenues par des laïcs, c’est-à-dire des non-clercs. (C’est le sens propre et premier du mot “laïc” : qui n’est pas clerc).
    Cela ne signifie pas du tout que ces écoles étaient sans Dieu et sans religion (et encore moins qu’elles transmettaient l’idéologie maçonnique et la haine de l’Église, comme le fait également l’école prétendue “neutre” de Jules Ferry).
    Pour ne pas effrayer les gens, Jules Ferry n’a pas voulu utiliser l’expression “école athée” (ou : “école sans Dieu” ou même : “école anti-religieuse” ou “école maçonnique) qui aurait été adéquate.
    Il a choisi le terme ambigu (et, en réalité, chrétien) de « laïc », finissant par lui donner la tonalité anti-religieuse qu’il a aujourd’hui.
    Dans la mesure où ce terme “laïc” a été une des ruses de l’adversaire, il me semble que nous devrions au maximum éviter de l’utiliser.
    Autant que nous le pouvons, parlons d’école sans-Dieu, d’école athée ou d’école maçonnique. Appelons un chat un chat.
    Ce petit effort de langage n’a l’air de rien, mais il nous force à coller au réel, en évitant le langage piégé de nos ennemis.
    La vérité est féconde. Parler juste aide à penser juste. Parler juste (en évitant les ambiguïtés calculées de l’adversaire) peut aussi beaucoup aider ceux qui nous entendent à voir les choses comme elles sont.

  7. Le laïcisme, c’est l’irréligion comme religion.SSPie XI (Quas primas)
    Hollande est religieusement antireligieux, il aime les rituels, les pélérinages aux sanctuaires des saints laics.Il est fasciné par le vide. Sa visite -pélérinage à feu Berégovoy est un présage de son destin,comme la visite au Fouquet’s,le trop ambitieux, présageait la chute de Sarkozy.Sa tâche est au dessus de ses forces.Prions pour ces pauvres errants

  8. Dans son article, Madiran rappelle aussi cette célèbre citation de Jules Ferry :
    « Il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. »
    (Jules Ferry, discours au Parlement du 28 juillet 1885.)
    Madiran commente ironiquement :
    « Il suffira, semble-t-il, qu’un citoyen demande au Conseil constitutionnel que le nom de Jules Ferry soit enlevé de tous les édifices publics… »
    Évidemment, il n’en sera rien. Nous subirons encore longtemps des “rues Jules Ferry”, des “écoles Jules Ferry” et des “espaces Jules Ferry”, même s’il est prouvé que Ferry (comme Voltaire) était un raciste patent.
    Pourquoi ?
    Pour deux raisons.
    1. — D’abord parce que Jules Ferry (comme Voltaire) était un franc-maçon spécialisé dans la lutte anticatholique. Or, dans notre République, les francs-maçons spécialisés dans la lutte anti-catholiques ont le droit de faire des choses que les simples citoyens n’ont pas le droit de faire (surtout s’ils sont, eux, catholiques). C’est comme ça. N’allez surtout pas y voir, s’il vous plait, des privilèges, des injustices ou des inégalités. Au contraire, c’est au nom même de l’égalité que ces distinctions doivent exister.
    2. — Et puis, surtout, Jules Ferry, au fond, ne croyait pas à son discours sur les “races supérieures”. Or on n’est coupable d’hérésie que lorsqu’on y adhère vraiment , n’est-ce pas ? En réalité, Ferry n’avait aucun souci de la civilisation des « races inférieures ». Il cherchait surtout à faire des affaires (ou à en faire faire à sa famille. Son frère Charles Ferry, par exemple, qui n’était au départ qu’un petit commerçant et qui, grâce à la Banque Franco-Égyptienne, dont il devint le grand manitou, devint plus de vingt fois millionnaire. La famille de son épouse, qui s’enrichit au Tonkin. Son cousin Bavier-Chauffour, qui fit de même, etc.)
    Le but, c’était l’argent. La civilisation n’était qu’un prétexte. Alors, dans ces conditions, n’est-ce pas, on peut bien pardonner à Ferry cette phrase malheureuse à laquelle il ne croyait pas ?
    (Pour le détail, voir l’excellent bouquin de François Brigneau : “Jules l’imposteur”)

  9. La guerre scolaire va reprendre comme en 1983-1984, et là on reverra l’opinion manifester pour la défense de l’enseignement libre, mais cette fois-ci, les manifestations ne seront plus du tout pacifiques comme du temps de Mitterrand. Il y aura malheureusement des morts et des blessés…
    Le sang du peuple coulera dans les rues.

  10. Hommage non seulement à un anti-catholique fanatique, mais aussi à un raciste partisan virulent de la colonisation pour civiliser les “races inférieures” : anti-catholique et incohérent, résumé de la présidence Hollande.

  11. Lu sur I like your style:”il copie de plus en plus Mitterand , si j’étais sa prostate je ne ferais pas la maline” .

  12. @ Jef, Il est un procédé habituel des révolutionnaires : prendre une notion chrétienne pour la retourner contre le christianisme. La laïcité, la “saine laïcité” selon l’expression de Pie XII n’a rien à voir avec le laïcisme. Elle est libre de confesser une foi. Le laïcisme l’interdit.
    Le laïc ne peut enseigner la foi que s’il a un mandat de l’Eglise enseignante. Mais il est libre d’enseigner les données de la raison et de confesser sa foi même publiquement.
    Ainsi l’école laïque n’est pas à proprement parler athée, mais laïciste. Elle n’est pas gratuite, mais coûte au contraire à tous. Elle n’est pas publique parce que l’enseignement est, de sa nature, privé. L’Etat ouvre des écoles privées financées par l’argent public qu’il vole dans la poche de tous, pour prêcher une doctrine (au moins en pratique) : le laïcisme. Tout est donc mensonge et ruse dans la présentation de l'”Education nationale.”
    Les écoles “laïques” (lire laïcistes) sont donc un organe du totalitarisme.

  13. La France par le truchement de son nouveau président rend hommage ce matin à un grand humaniste… les spécialiste de l’indignation devraient se rapeller de ses propos du 28 juillet 1885,à l’assemblée nationale. Les voilà tel qu’ils sont transcrits au Journal Officiel. “Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures.”
    j’attend toujours que nos moralistes si prompts à sortir des propos en dehors de leur contexte fassent leur travail…..c’est peut-être trop leur demander

  14. http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Histoire_de_la_laïcité_en_France
    « Le 28 mars 1880, avec Jules Ferry, il fait interdire les Jésuites dans les écoles, et donne trois mois aux autres congrégations pour se faire autoriser. Il perturbe les relations diplomatiques pontificales, et finalement fait expulser de France les Jésuites et les autres congrégations qui ont refusé de se soumettre à la procédure légale d’autorisation. Son arrêté s’étendra finalement même aux congrégations non enseignantes. Plus de 5 600 religieux de tous ordres sont expulsés du pays. »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-Pierre_de_Solesmes
    « Jules Ferry et Léon Gambetta (qui s’écrie : “Le cléricalisme, voilà l’ennemi !”) décident d’éliminer les congrégations religieuses de France.
    Les moines de l’abbaye de Solesmes sont expulsés le 6 novembre 1880. »
    … Les moines de Solesmes seront de nouveau expulsés en 1901 (suite aux lois sur les congrégations) et cette fois-ci quitteront la France pour l’Angleterre, l’île de Wight. Mais ça ne les arrêtera pas dans leur travail de restauration du chant grégorien. A cet effet Pie X nomme le 25 avril 1904 une “Commission pontificale pour l’édition vaticane des livres liturgiques grégoriens”, présidée par Dom Pothier, pour préparer une Édition Vaticane des livres de chant grégorien.
    Conclusion : la persécution de l’Église ça ne date pas d’hier et ça peut encore se reproduire… Tous les Jules Ferry peuvent s’y mettre, ils n’ont qu’un pouvoir limité, dans le temps et l’espace. L’oeuvre de l’Église se poursuit, ici ou ailleurs, toujours, jusqu’à la fin du monde.
    — Signe d’espoir. —

  15. la france va regresser un peu plus…. un peu plus vite, devant les visages beats de 51 pour cent du peuple….
    le reveil sera tres douloureux

  16. Hollande a bien dit durant sa campagne que la jeunesse était sa priorité…
    On sait bien ce que cela signifie dans sa bouche, la jeunesse a toujours été la priorité des régimes totalitaires.

  17. on a critiqué Sarko pour son discours de Dakar, mais là, on a pire avec Hollande qui met sur un piédestal un xénophobe de première…

  18. Belle citation de François Brigneau sur Jules Ferry :
    “Maintenant que ma mère s’en est allée, elle aussi sans prêtre dans une tombe sans croix, ce qui m’obsède c’est moins l’échec de l’école que la cassure provoquée par le laïcisme dans une famille française. Je n’ai pas été baptisé et je ne le suis pas. Je me suis marié civilement. Deux de mes enfants sur quatre ne sont pas baptisés. Même si, un jour, conduit par la réflexion de Charles Maurras et la foi de mes amis, je retrouve l’Eglise traditionnelle de ma patrie et de mes ancêtres, jamais je ne ressentirai cette émotion, cette ferveur que donne seule l’enfance catholique. Jamais je ne serai le catholique que j’aurais aimé être, de nature et de sentiment, sans grands tourments d’esprit, dans la banalité des certitudes. C’est la grande victoire de Jules Ferry, l’imposteur”.
    Jules Ferry l’imposteur, 1981
    Cité dans Renaissance Catholique, n°121

  19. Le discours du 28 juillet 1885 à l’Assemblée nationale, où Jules Ferry parle des races inférieures / supérieures est sur le site de celle-ci.
    Voyez :
    http://petrus.angel.over-blog.com/article-jules-ferry-105212341.html

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services