Le préfet vérifie qu’aucun motif d’ordre public ne s’oppose au renouvellement de la carte de séjour

Le Tunisien qui a tué 84 français avait une carte de séjour jusqu’en 2014 et il a été de multiples fois condamné pour des délits de violence. Bref c’était un étranger voyou sur notre sol.

Pourtant, on lui a renouvelé sa carte de séjour jusqu’en 2019.

Or, la loi prévoit :

le préfet examine si les conditions pour le renouvellement de la carte de séjour sont remplies. Il vérifie aussi qu'aucun motif d'ordre public ne s'oppose au renouvellement de la carte de séjour.

Questions d'un fidèle lecteur :

Est-ce qu’un étranger multirécidiviste comme ce dingue qui a fini par tuer 84 personnes, représentait déjà un danger pour l’ordre publique avant ?

Dans ce cas, est-ce que le Préfet aurait dû respecter la loi, ne pas lui renouveler sa carte de séjour et l’expulser ?

Si la réponse à cette dernière est oui, comme il ne l'a pas fait, ma question est :

Ce genre de dérive et de politique d’abandon, où même les préfets n’appliquent plus la loi, ne rendent pas tous ces acteurs de la gestion de la cité responsables de ce qui nous arrivent en France ?

Commentaires (2)

Ben oui, mais il suffit de passer devant n'importe quelle préfecture le matin pour se rendre compte que ni le préfet ni personne n'aura le temps de vérifier le curriculum des centaines d'étrangers qui viennent faire la queue chaque jour.
Dans un domaine différent, c'est un peu comme les banques qui sont censées vérifier la conformité d'une signature au bas d'un chèque…

Rédigé par : René Clémenti | 22 juil 2016 15:30:58
____________________________________

très bonne question, la réponse devrait venir du gouvernement, et les sanctions aussi
mais le tout permissif est appliqué à tout le"monde", les petits copains d'abord

Rédigé par : incongru | 22 juil 2016 15:38:21
____________________________________

Laisser un commentaire