Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Le préfet doit se plier à la volonté des immigrés clandestins

0Le 28 septembre, Me Catherine N’Diaye, représentante de la Ligue des droits de l’homme, a enclenché une requête en référé des libertés auprès du tribunal administratif de Dijon pour évoquer les atteintes graves aux libertés fondamentales et aux conditions de vie de 9 familles de migrants installées sur le parking Monnier à Macon.

Dans son ordonnance du 2 octobre, la juridiction administrative a enjoint le préfet de Saône-et-Loire à garantir l’accès aux occupants du parking Monnier au bloc sanitaire situé à proximité, y compris la nuit et de mettre à leur disposition d’autres toilettes ainsi que d’organiser un dispositif adapté, fixe ou mobile, d’accès à des douches selon des modalités qui devront permettre un accès.

Cette ordonnance est susceptible de faire jurisprudence…

Le droit d'un immigré illégal devrait être de rentrer chez lui.

Partager cet article

12 commentaires

  1. Ça va très mal finir , parce qu apres la dictature des tribunaux , viendra l action armée ! Dans peu de temps !

  2. en plein et total délire…

  3. Et nos sans-logis, qui sont à la rue depuis des années? Les préfets leur garantissent-ils l’accès à des blocs sanitaires à proximité, de jour comme de nuit?
    Il serait temps de penser que le “prochain” à aimer et aider est d’abord et avant tout CELUI QUI EST PROCHE.

  4. Servons-nous du droit : puisque nous ne pouvons les accueillir dignement, comme ils le souhaitent, alors actons que nous n’en sommes pas capables, et renvoyons les chez eux, au motif que nous ne pouvons les accueillir si mal …

  5. Qui est derrière tout ce délire véritablement insurrectionnel ? Dans quel but ? La guerre civile ?
    On y va tout droit, hélas… par la faute de nos “zélites” de la bien-pensance qui continuent à faire les autruches ! Et quand est-ce qu’un gouvernement digne de ce nom va dissoudre ces soi-disant “Droits de l’Homme”, fauteurs de troubles et d’atteintes répétées à l’ordre public ?

  6. Dans un blog tel que celui-ci il importe me semble-t-il que chacun s’exprime en un français correct. On ne dit pas enjoindre quelqu’un de, mais enjoindre à quelqu’un de.

  7. Je signale cet article ci-dessous qui fut publié juste après l’ignoble assassinat de Laura et Mauranne par ce repris de justice tunisien, arrêté 10 fois et clandestin depuis 12 ans, ceci au nez et à la barbe de cette république désormais décadente.
    http://ripostelaique.com/vous-avez-tous-sur-les-mains-le-sang-de-laura-et-mauranne-poignardees-par-un-musulman.html

  8. Il faut mettre tous ces envahisseurs dehors. Sans état d’âme.
    Chez eux, en tant que clandestins, nous serions déjà en prison ou reconduit à la frontière de leurs Pays.
    C’est eux ou nous.
    Résistance.

  9. C’est bien normal ! Comment se fait-il que ces pauvres gens soient traités si mal ?
    En déplacement à Nantes le week-end dernier, j’ai eu l’heureuse surprise de découvrir que l’hôtel Saint-Yves (8,6 : Superbe, bon emplacement sur booking.com) hébergeait de façon quasi permanente (dixit la charmante jeune fille, probablement étudiante par ailleurs, qui tient l’accueil le soir et sert le petit déjeuner le matin) de “jeunes mineurs”, de quoi remplir à moitié l’hôtel !
    Bon les “jeunes mineurs” qu’elle m’a indiqué m’ont semblé être plutôt des “anciens mineurs” d’une vingtaine d’années au moins (au vu leur pleine forme physique).
    A 70 euros la nuitée (petit déjeuner en sus… pour les clients qui payent, et gratuit pour ces pauvres jeunes qui profitent volontiers des viennoiseries, fromages, charcuteries (peut-être moins, il en restait quand je me suis présenté au buffet ;-), c’est mieux qu’un parking à Dijon !
    Comme le chantaient les Doors :
    This is the end for you my friend
    I can’t forgive, I won’t forget
    On and on, we sing our songs and
    On and on, the wars wage on…
    Paix à nos âmes.

  10. Les juridictions administratives devraient rendre leurs décisions en français : on enjoint quelque chose ( ici ! faire en sorte que l’accès à des installations sanitaires soit possible ) à quelqu’un (ici : le préfet) ) . Cet effort de rédaction , à supposer qu’il soit possible et voulu, inciterait le juge administratif à tenir compte des conditions réelles du problème dans lequel il est conduit à se prononcer…et éventuellement à se réorienter vers une autre activité qui manque de bras !

  11. Cette législation est un crime contre le Peuple Français qui n’a jamais été consulté. Les immigrés doivent s’en aller, que nous puissions vivre en Paix. LA PAIX !

  12. À l’attention de “JFRB | 4 oct 2017 10:32:26”
    Votre critique se trompe de cible, car la phrase incriminée n’est pas du rédacteur du billet, mais de la source (voir le lien fourni, qui conduit à http://www.lejsl.com/edition-macon/2017/10/03/les-migrants-remportent-une-premiere-bataille-aux-depens-la-prefecture ).
    Contactez le “journal de Saône-et-Loire” pour vous plaindre de la piètre qualité de leurs textes: vous leur rendrez service.
    Le seul reproche que vous pouvez légitimement faire à M.J., c’est de ne pas avoir mis des guillemets autour du texte repris. En effet, on ne corrige pas les fautes d’un texte que l’on cite (éventuellement, on les souligne d’un “sic”).
    Ceci dit, si vous êtes un visiteur régulier de ce lieu, vous avez pu constater la structure systématique de la plupart des billets: reprise d’une source extérieure (accessible grâce à un lien fourni) et quelques mots de commentaire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.