Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Laïcité à la française

“Le port du voile intégral vise à imposer à la société française les normes islamiques les plus rigoristes

Annie Laurent, grande spécialiste de l'Islam, analyse dans la Nef le rapport parlementaire sur la burqa :

"La lecture de ce document volumineux (…) montre que le port du voile intégral, loin d’être un phénomène anodin, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie d’ensemble visant à imposer à la société française les normes islamiques les plus rigoristes ; d’autre part, elle illustre l’incapacité de la République, prisonnière d’une conception idéologique de la laïcité, à relever le défi que lui lance l’islam, système totalisant qu’elle s’obstine à ne voir que sous les traits d’une religion équivalente au christianisme et qu’elle s’attache même à promouvoir, croyant ainsi acheter la paix civile (…)

Le problème du voile intégral est loin d’être résolu et les mesures démagogiques suggérées par le rapport (facilités financières pour les lieux de culte, reconnaissance officielle d’une fête musulmane, création d’une instance chargée de lutter contre l’islamophobie), si elles sont retenues, risquent bien d’être interprétées par les islamistes comme autant de points marqués contre une laïcité et des valeurs qu’ils abhorrent. La France ne pourra pas indéfiniment faire l’économie d’une réflexion en profondeur sur le modèle de société qu’elle veut offrir à ses musulmans (…)"

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. Une nouvelle fois, Annie Laurent a raison.

  2. En même temps, les laïcards ont bien réussi leur coup avec cette importation massive de musulmans. Imaginez que demain une femme, bonne catholique, veuille aller travailler avec un voile sur les cheveux.
    Les satanistes laïques auront alors un bon argument à lui opposer.

  3. “la République, prisonnière d’une conception idéologique de la laïcité”
    C’est la meilleure définition de la bigotterie laïcarde à deux balles (mais à sens unique) que l’on puisse donner !

  4. La “longue robe noire” de Mgr Castet (cf. l’article de G. Frouin pour “20 minutes”) n’est-elle pas également (déjà ou à terme) dans le collimateur? Encore que pour la soutane, elle soit toujours portée par un homme, majeur, ce qui constitue probablement des circonstances atténuantes?

  5. Ah! si Mme Laurent pouvait être invitée à la CEF et donner des leçons de rattrappage à NNSS Santier et LeGall entre autres … Car la lecture de ce document illustre tout autant l’incapacité de l’Eglise actuelle de France , prisonnière d’une conception chimérique de la liberté religieuse, à relever le défi que lui lance l’islam, système totalisant qu’elle s’obstine à ne voir que sous les traits d’une religion équivalente au christianisme et qu’elle s’attache même à promouvoir, croyant ainsi acheter le dialogue interreligieux

  6. Bien sûr que la volonté des Musulmans est d’islamiser la France. La volonté des Catholiques devrait être de la catholiciser. Ce qui est choquant, ce n’est pas le désir d’imposer au monde entier les normes les plus rigoristes, quand on les croit objectivement bonnes pour tous les hommes. C’est plutôt de prétendre promouvoir des normes objectivement bonnes tout en s’imposant de respecter des fiefs idéologiques où ces mêmes normes sont méprisées et combattues. Ce qui est choquant, c’est que le souci de cohabiter pacifiquement avec l’Islam paraisse justifier l’abandon de toute stratégie de christianisation du monde musulman. Comme si l’Islam était une espèce de juridiction spirituelle qu’il fallait respecter, comme une Eglise particulière doit respecter ce qui se fait dans une autre Eglise particulière. Ce qui est choquant, c’est ce fameux “dialogue inter-religieux”, qui semble viser à un partage de l’humanité entre différentes religions, plutôt qu’à l’unification de l’humanité par la soumission universelle de tous les hommes à la royauté du Christ. C’est par cette brèche, ouverte par l’hérésie indifférentiste, que s’engouffre l’Islam en terres chrétiennes, et non par la mollesse des défenseurs de la laïcité, qui ne sont, de toute manière, que des ennemis de l’Eglise.
    [Pouvez-vous nous expliquer comment convertir les musulmans sans dialoguer ? En leur faisant la guerre ?
    PC]

  7. Dans le cadre d’un dialogue intrareligieux, Mme Laurent ne devrait elle pas se faire inviter auprès d’un certain nombre de hiérarques comme Mgr Santier ou Le Gall ?

  8. Sans méconnaître les talents de Madame Annie Laurent il faut savoir qu’elle n’est ni arabisante ni islamologue et qu’elle est en faveur du dialogue islamo-chrétien dont les fondements reposent sur une réelle méconnaissance de l’islam et sont rejetés par les vrais islamologues comme Madame Anne-Marie Delcambre et bien d’autres !
    [Je ne vois pas en quoi être pour le dialogue avec l’Islam peut reposer sur une méconnaissance de l’Islam. Et Annie Laurent connait très bien l’Islam…tout comme benoit XVI qui, pourtant, dialogue.
    PC]

  9. Dans son excellent article “Le Dialogue islamo-chrétien: du principe à la réalité” publié dans Catholica (Hiver 2009-10) Mme Marie Thérèse Urvoy, éminente islamologue et professeur à l’Institut Catholique de Toulouse, commente pg. 89 en note en bas de la page:
    ” (…) Cette dernière (Annie Laurent) est une bonne journaliste pour l’actualité mais, faute de formation en langue arabe, en islamologie et en théologie, elle vit sur deux registres incompatibles : d’une part un crypto-relativisme, que symbolise son livre Dieu rêve d’unité. Les catholiques et les religions: les leçons du dialogue (Bayard, 2003, livre d’entretiens avec Mgr Fitzgerald), et de l’autre la dénonciation de l’islamophilie dans les diverses revues “de la tradition” autour des thèmes de la Turquie européenne, de la condition des chrétiens d’Orient d’aujourd’hui, etc. Ce champ médiatique à deux niveau antinomiques où tout est mis sur le même plan sème la confusion dans l’esprit de beaucoup de chrétiens car ils ne sont ni formés ni préparés pour un juste discernement ; dangereusement, le faux est offert avec le vrai ; peu à peu le faux investit le vrai et la foi est entamée.”
    Par ailleurs, j’ose espérer que Benoït XVI –dont vous semblez mettre au même niveau qu’Annie Laurent la connaissance de l’islam — est mieux renseigné.
    Pour ce qui est du dialogue, il y a le dialogue malheureusement trop pratiqué par un bon nombre de clercs et même de haut placés (cf article de Mme Urvoy, très documenté), et il y a le dialogue dans la vérité tel qu’il est prôné par le Pape. On peut dialoguer sur nos cultures respectives, sans rien céder de nos dogmes.
    Ce n’est pas la ligne généralement adoptée officiellement avant Benoït XVI.
    [1) L’opinion subjective de Mme Urvoy est tout à fait respectable, vous pouvez effectivement la reprendre dans vos commentaires. C’est votre droit. Je ne vois toutefois pas ce qui vous permet de dire qu’Annie Laurent connait mal l’Islam.
    2) Votre dernière phrase est floue. Voulez-vous dire que certains Papes ont cédé sur des dogmes en dialoguant ? Si oui, lesqiels et sur quels dogmes ?
    PC]

  10. @ texmex : tout à fait d’accord
    le dialogue inter religieux n’a pas pour but de convertir les musulmans, mais de trouver des terrains d’entente.
    ce dialogue n’est pas fait généralement par le Vatican, mais surtout par les conférences épiscopales qui dans leur grande majorité ne connaissent rien à l’Islam.
    J’ai connu des laïcs qui participaient à ces réunions face à des musulmans qui connaissaient très bien l’Islam mais également très bien le christianisme et qui, contrairement aux chrétiens faisaient du prosélytisme à coups de mensonges. De l’autre côté, les chrétiens ne connaissaient rien à l’Islam, mais également conformément au catéchisme rien non plus au christianisme ! Par contre, ils étaient remplis d’angélisme, sur la religion de paix et de tolérance mal comprise par les occidentaux et les islamistes, les trois religions du livre (alors que les musulmans ne croient pas dans la Bible ni dans les Évangiles), un même père Abraham (alors qu’il n’est pas le même dans le Coran), nous croyons tous dans un même Dieu, les chrétiens vivent très bien en pays musulmans contrairement à l’intolérance Islamophobe de l’Occident etc.
    Les discussions ont commencé à changer quant un musulman converti au christianisme est arrivé dans le groupe. Là, il a commencé à démonter tout le discours des musulmans et à pointer les contre vérités.
    Les musulmans ont cessé de participer…
    Les conditions du dialogue, c’est que les chrétiens connaissent très bien l’Islam ainsi que le christianisme et les différences entre ces religions. Ces conditions ne sont pas réunies aujourd’hui en France, et l’épiscopat n’a visiblement pas l’intention que cela change.
    Je partage le point de vue sur l’ambiguïté et les contradictions d’Annie Laurent qui ne veut pas “stigmatiser”

  11. @ PC
    Le dialogue avec les Musulmans n’a pas du tout pour objectif de les convertir. C’est un mot qui sert à recouvrir différentes initiatives pour faciliter la cohabitation. Mais il n’est pas question d’évangéliser. Il n’est même pas question, dans bien des lieux, de seulement considérer la possibilité de préparer au baptême un Musulman qui spontanément voudrait devenir chrétien. Le “dialogue” avec les Musulmans, dans le sens tout à fait officiel qu’a ce mot sur le terrain où il est pratiqué, c’est un effort de rapprochement humain, qui s’INTERDIT de viser à la conversion des Musulmans à la foi chrétienne. Cette attitude anti-missionnaire est louée abondamment dans les revues spécialisées. Elle est honorée du nom de “gratuité”, qu’il faut comprendre comme l’antithèse d’un rapprochement intéressé, dont la finalité serait d’attirer l’autre à sa propre religion. Si vous doutez de mes informations, je vous conseille d’aller directement à la source, en lisant, par exemple, la revue Ensemble, publiée par le Diocèse de Rabat.

  12. @ CR (2)
    En ce qui concerne la théorie, le dialogue interreligieux est une absurdité, parce que ce ne sont pas les religions qui doivent dialoguer, mais les Catholiques avec les non-Catholiques, et cela, dans le but d’attirer les non-Catholiques à la foi catholique. Mais il est évident que l’expression a été inventée pour escamoter l’intention conquérante de l’activité à laquelle il se réfère, en donnant l’impression d’une certaine parité : une religion en face d’une religion, et non LA vraie religion en face d’une fausse religion qu’il faut amener à la vérité. Et ce subterfuge linguistique, à lui seul, discrédite ce à quoi il fait allusion. Car il n’y aucune raison de feindre de croire l’interlocuteur au même niveau quand justement on se propose de le sortir de l’abîme de l’erreur. Si l’on doit recourir à une fausse reconnaissance de la valeur des opinions de la personne que l’on veut convaincre, c’est que l’on a honte du sentiment d’être dans le vrai, et une telle honte est complètement blasphématoire s’agissant de la vérité révélée. Bref, la formule “dialogue interreligieux” est, indépendamment de ce qu’elle recouvre dans la réalité missionnaire, un exemplaire typique de nouveauté louche et embarrassante, que l’on n’arrive pas à situer dans le paysage d’une pensée vraiment catholique.

  13. à PC
    L’avis de Mme Urvoy sur les travaux de Mme Laurent n’est pas une opinion subjective, mais le résultat d’une étude et analyse faite par une universitaire, éminente islamologue, arabisante, qui a étudié aussi bien la théologie chrétienne que celle de l’islam. Il s’agit de la recherche de la vérité, et non d’opinion subjective.
    Par ailleurs, je n’ai jamais dit que A.Laurent connaissait mal l’islam. Je n’ai fait que citer une spécialiste universitaire. Or, je ne vois pas en quoi il est offensante pour A.Laurent de dire que, quelles que soient ses qualités de journaliste et conférencière, elle n’est pas une spécialiste universitaire, arabisante, de l’islam.
    Pour ce qui est du dialogue islamo-chrétien et les papes, il est difficile d’être brève. S.S.Benoït XVI a changé les personnes qui s’en occupaient pour que l’orientation islamophile devienne plutôt un dialogue de vérité. Je ne peux que recommender la lecture de l’article dans Catholica, ou alors d’attendre qu’il soit mis sur leur site web.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services