Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Le parlementaire catholique a le devoir moral de voter contre le projet de loi sur le “mariage” homosexuel

Si votre député, ou votre sénateur, se dit catholique (de droite ou de gauche, peu importe), rappelez-lui ce qui s'impose à lui :

"Si tous les fidèles sont tenus à s'opposer à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles, cette responsabilité incombe en particulier aux hommes politiques catholiques en raison de leur charge propre. Face à des projets de loi favorables aux unions homosexuelles, les indications éthiques suivantes sont à prendre en considération:

Dans le cas où serait proposé, pour la première fois à l'Assemblée législative, un projet de loi favorable à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles, le parlementaire catholique a le devoir moral d'exprimer clairement et publiquement son désaccord et de voter contre ce projet de loi. Accorder le suffrage de son vote à un texte législatif aussi nuisible pour le bien commun de la société serait un acte gravement immoral."

Pour écrire à votre député, vous pouvez trouver son adresse sur le site de l'Assemblée nationale ou sur le site de Catholiques en campagne.

Partager cet article

7 commentaires

  1. C’est fait ! J’ai envoyé cette lettre à plusieurs parlementaires dont je sais qu’ils sont catholiques.

  2. Tous les députés catholiques ont-ils voté contre la contraception et l’avortement ?Dans l’affirmative la loi n’aurait pas été adoptée !

  3. Ce matin je regardais Raffarin qui se disait à l’antenne de BFMTV qu’il était chrétien (pas catholique, c’est un vilain mot!) et il se contorsionnait en ne prenant pas position car il fallait être tolérant, qu’il avait trop souffert(le pôvre) au moment de la loi Veil. Voilà ce que donne comme spectacle pitoyable ce genre de politique décérébré qui se dit chrétien mais n’en assume pas les responsabilités et sur une autre chaine, il y avait un autre triste sire, le sieur Chatel, ci-devant UMP qui disait qu’il ne savait pas s’il voterait la loi sur le mariage homo. ILs devraient tous les deux relire cette phrase de l’Evangile: Celui qui n’est pas avec Moi est contre Moi, et dans le même esprit: les tièdes je les vomirais de ma bouche. Mais moi je les ai déjà vomi de mon bulletin de vote, tous ces charognards de la politique

  4. Raffarin a “trop souffert” ? De quoi ?
    De la division sans doute, des calomnies peut-être ? Mais qui est à l’origine de la division ? Qui crie à l’homophobie dès que l’on émet le soupçon d’un désaccord ?
    Alors pour ne pas souffrir de la part de ceux qui veulent détruire le mariage, il faudrait se taire ou voter avec eux ?
    Bravo Jean-Pierre, ça c’est du roc, du bon politicard… !

  5. Ce qui serait sympathique serait une bonne excommunication pour tous les législateurs catholiques votant en faveur du mariage homosexuel. Après les accusations habituelles dans les média de pratique moyenâgeuse, cela ferait peut-être réfléchir dans les chaumières.

  6. Raffarin est “catholique” tous les jours, sauf le lundi de Pentecôte.

  7. LE DIABLE ET MAKIAVEL FONT BON MENAGE
    L’heure est GRAVE.
    Le fondement du projet de loi du “mariage pour tous” établi par le gouvernement repose essentiellement sur l’EGALITE. Tous les arguments des ministres reposent sur l’application du principe d’EGALITE et quand les AFC parlent d’anthropologie à Madame Bertinotti, elle, répond et répète : “je ne vous comprends pas”!! … Certains pourraient s’étonner d’une telle réponse de la part d’une agrégée d’histoire…
    Le processus des consultations auprès des “corps intermédiaires” (notamment les principales associations membres de l’UNAF dont font partie les AFC) est plus que limité et pour le moins contestable. Madame Taubira avait adressé une convocation par courrier à trois associations de l’UNAF : CNAFC, Familles de France et Familles Rurales. Elles se sont finalement retrouvées avec la CSF (Confédération Syndicale des Familles), le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) et une association de familles « monoparentales » ! mais pas l’UNAF qui avait été reçue quelques jours plus tôt, seule. Est-ce une façon correcte de considérer ses interlocuteurs ?
    Peut-on parler de véritable concertation ? C’est pour le moins difficile quand on sait que la réunion mal menée et mal préparée a rapidement tourné à une cacophonie. La diversité des points de vue exprimés a tenu lieu de réponse pour la ministre : elle a ainsi pu, d’un revers de mains, balayer tous les arguments des uns et des autres en soulignant que les protagonistes n’étaient pas d’accord entre eux ! C’est navrant et rageant, n’est-ce pas ! Derrière tout cela, nous voyons bien la menace de voir disparaître l’UNAF dont le président a clairement pris position contre l’ouverture du mariage aux personnes du même sexe (cf. son discours de Toulon le 23 juin dernier devant Madame Bertinotti).
    A la question posée à Madame Taubira sur l’ouverture d’un débat national et un référendum, sa réponse a été tranchante : “il y a déjà eu 2 consultations du peuple : la première avec l’élection du président de la république, la seconde, avec les élections des députés. Les Français ont voté, le Gouvernement applique le programme du président” FERMEZ LE BAN !
    Il semble bien que le Gouvernement ait tout de même quelques craintes de voir l’opinion publique se révolter ou du moins bouger sur ses lignes. Il est fort possible que les choses se précipitent encore pour éviter le débat en faisant adopter la loi à Noël, joli cadeau n’est-ce pas ? En mobilisant des énergies sur le mariage pour tous, il est clair qu’il ne traite pas les préoccupations de nos concitoyens.
    Fort de son expérience, la stratégie de la CNAFC est claire et nette sur ce sujet. Toutes les actions du style manifestations, pétitions, rassemblements etc. sont laissées à l’initiative de ceux qui les prônent. Il faut savoir qu’aujourd’hui les catholiques et autres « prêts à agir » de cette façon ne sont pas assez nombreux (expérience du PACS en 1999 avec à peine 97000 manifestants) ; aujourd’hui combien moins ? De fait, beaucoup ne voient pas encore en quoi ce projet les concerne, en quoi leur liberté est concernée, brimée…
    En tout cas, tout ce qui va vers l’ouverture d’un débat va dans le bons sens. Il a déjà commencé ; il faut l’amplifier en brisant un silence déjà irresponsable et qui pourrait devenir mortifère.
    C’est pourquoi la CNAFC rappelle que la décision d’adopter ou non le projet de loi sur le mariage pour tous viendra du vote de chaque député entériné par celui des sénateurs.
    Il est donc d’une extrême importance de solliciter en masse nos élus pour les ébranler et les obliger à réfléchir en leur âme et conscience sur ces questions essentielles pour le bien commun et l’avenir de notre société.
    N’oublions pas non plus les maires qui ont leur mot à dire puisque ce sont eux qui auront à appliquer la loi si elle était votée.
    Outre la sollicitation des responsables des associations pour aller à la rencontre des députés et sénateurs, rôle principalement dévolu aux AFC,il est nécessaire, à titre plus personnel, que toutes électeurs écrivent en masse à leur député, à leur sénateur et à leur maire pour attirer leur attention sur les dangers du mariage pour tous. les arguments à faire valoir ne manquent pas! Si besoin d’aide allez sur le site de la CNAFC http://www.afc-france.org
    ENFIN, une fois cette action accomplie, ne négligeons pas de prier pour que le Saint Esprit éclaire les consciences de tous ceux qui vont avoir à se prononcer sur ce projet néfaste. Action et prière sont nécessaires, la seconde ne pouvant pas remplacer purement et simplement la première.

Publier une réponse