Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Nouveaux médias

Le Parlement européen veut fliquer le web

Le Parlement européen vient d'adopter la déclaration 29. Ce texte met en place un système d'alerte rapide européen baptisé SARE contre les pédophiles et les auteurs de harcèlements sexuels. La décision n°29 vise non seulement les comportements pédophiles mais peut s'avérer plus intrusif. Le texte pousse également à étendre ce principe à toutes les recherches sur un moteur Internet. Tous les fournisseurs d'accès à internet (FAI) auraient alors l'obligation non seulement de conserver ces données liées à une connexion (adresse IP, heure, date…) mais également de les fournir en cas de besoin.

Question : cette obligation restera-t-elle orientée uniquement à la lutte contre la pédophilie ?

Partager cet article

5 commentaires

  1. Il faudrait être naïf pour croire que seuls les pédophiles (ou même les curieux désireux de voir des sites de ce genre, lesquels, quels « mots clés » ?…) sont ici visés par la censure.Il existe des organisations espionnes qui ont pour but de ficher la population et d’empêcher toute libre opinion, elles focalisent l’intérêt sur des marginaux sexuels (les vrais pédophiles relèvent de la psychiatrie), ainsi tout le monde peut se dire d’accord avec ces officines et on passe à la vitesse supérieure en s’occupant des « fascistes », parmi lesquels on comprend les chrétiens, tandis que les procès aux uns et aux autres remplissent les caisses des avocats et autres professionnels, y compris des associations qui disent agir contre la pédophilie.

  2. Je pense que cette loi est présentée sous l’emblême de la pedopholie car cela est abhorré de tous. En vérité, je pense que nos élites,qui avaient jusque là reussi à controler les médias, sentent leur pouvoir totalitaire (masqué sous l’insigne de la démocracie) leur échapper et cherchent donc un moyen de reprendre le contrôle d’une population qui se réveille.

  3. Contrairement à ce que vous écrivez, ou répétez, ce texte n’a rien mis en place. C’est une déclaration, pas une directive ! Il « invite le Conseil et la Commission à donner suite »… De toute façon, le Parlement européen n’a de pouvoir d’initiative qu’en vertu de sa faculté d’amender les textes qui lui sont soumis. Qu’une majorité de députés apporte son soutien à ces propositions n’est certes pas anodin, mais vous brûlez moult étapes !
    [C’est pourtant le sens de mon titre : le Conseil de l’Europe « veut », ce qui signifie que ce n’est pas acté.
    Mais comme l’écrit JS sur le FC :
    « On sait que les résolutions de l’APCE ne sont que cela : des recommandations. Mais ce qui est voté à l’APCE n’est pas sans influence (litote) sur ce qui est jugé par la Cour européenne des droits de l’homme, puisque ce sont deux organes liés à une même institution.
    Ayant un peu suivi l’actualité du Conseil de l’Europe (47 Etats) et des institutions de l’UE, j’ai pu constater qu’en de nombreux domaines – santé reproductive, principe de non discrimination, droits culturels, orientation de l’éducation… – ces institutions sont bien plus progressistes que les décisions « internes » à la France qui, bien souvent, ne sont que l’enregistrement explicite ou implicite de ces résolutions, directives, etc.
    Un organisme comme la HALDE est la traduction dans les institutions françaises des exigences d’institutions pour l’égalité formulées au niveau européen.
    Les droits homosexuels sont portés par la Charte des droits qui fait partie du traité de l’Union, et traduisent ce qui se dit et se discute depuis longtemps à Strasbourg dans l’un ou l’autre des Parlements.
    Il ne faut certes pas surestimer le pouvoir de l’APCE, mais il est encore plus dangereux de méconnaître son réel rôle d’influence, de « prescripteur », et le poids que prend son idéologie à travers la Cour des droits. »
    http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=555337
    MJ]

  4. Je reconnais humblement avoir manqué d’attention à l’égard du titre… Quant à la prégnance du « progressisme » sur les institutions européennes, elle est effectivement manifeste. Depuis quelques mois, je surveille les communiqués du Conseil, du PE, et, dans une moindre mesure, de la Commission, sans avoir perdu ma capacité d’étonnement. L’Espagne a fait très fort au cours du semestre écoulé, proposant, par exemple, des quotas de femmes dans l’Otan, y compris pour les militaires. Tout à l’heure, j’ai encore tiqué à la lecture d’un communiqué de la Commission déplorant l’influence des « stéréotypes » sur l’orientation scolaire et professionnelle… Dans les versions françaises de ces documents, on ne parle plus de sexe, mais de « genre », c’est déjà tout un programme. Il semblerait que l’UE serve également de « tremplin » aux revendications formulées dans un cadre national. Je pense à la résolution de lAssemblée évoquant la « clause de l’Européenne la plus favorisée », ainsi qu’à celle présentée au Sénat, plus récemment, afin d’insérer l’homosexualité et le « genre » dans un accord international négocié par l’UE. Mais je disserte en m’éloignant du sujet…

  5. Tous les politiques de TOUS bords sont tourmentés par ce violent désir de contrôle du net . Aujourd’hui l’information leur échappe , il devient difficile de faire de l’enfumage et d’engourdir les consciences pour délivrer des infos reliftées par la pensée unique .
    Que l’Europe s’y intéresse quoi d’étonnant ? La Morano pousse le bouchon de puis deux ans avec Hadopi , ensuite Loopsi … Au niveau mondial cette fois çi nous avons ACTA qui entend mettre de l’ordre dans la pédophilie et le terrorisme (que de nobles causes invoquées !).
    Pour la France nous avons la Isabelle Falque-Perrotin nommée par Sarkozy et elle n’entend pas enfiler des perles à son nouveau poste .
    Aujourd’hui se met en place insidieusement la dictature de la « bonne pensée » (le « racisme » – bien utile – est accomodé à toutes les sauces pour mettre en place ces contre-feux) Il faut continuer à pouvoir laver le cerveau des peuples pour éviter la rebellion s’il se rend compte qu’il est manipulé . D’où cet effort général pour ôter au peuple cette possibilité de connaître et transmettre la vraie vérité .

Publier une réponse