Le Parlement européen refuse la condamnation du Pape

Les députés européens ont refusé de condamner Benoît XVI pour ses propos en Afrique sur le préservatif. Par 253 voix contre 199 et 61 abstentions, les eurodéputés ont décidé de ne pas inclure à leur rapport annuel sur les Droits de l'homme dans le monde un amendement qui condamnait "fermement" les récentes déclarations du pape, et redoutant qu'elles "n'entravent fortement la lutte contre le Sida".

Ayant analysé le résultat du vote qui a eu lieu par appel nominatif (détail du vote ici), Bernard Antony déclare :

"Alors que les socialistes, les communistes et les verts ont voté en faveur de cet amendement, il enregistre avec satisfaction que la plupart des élus de l’UMP se sont prononcés contre.

L’opposition à cet amendement christianophobe des députés du Parti de la France, Carl Lang et Fernand Le Rachinel, de Jean-Claude Martinez pour la Maison de la Vie, de Philippe de Villiers et de Patrick Louis pour le MPF ne l’étonne pas.

Il constate en revanche avec tristesse que Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen figurent parmi les élus qui ne se sont pas prononcés sur cette nouvelle manifestation de haine à l’égard de l’Eglise."

Philippe Carhon

11 réflexions au sujet de « Le Parlement européen refuse la condamnation du Pape »

  1. bastiend

    Bravo aux 253 députés qui ont fait reculer les loups de la haine anticatholique. Je note que parmi les députés français, à l’inverse de la gauche, l’UMP a voté contre cet amendement comme l’ont fait Philippe de Villiers et Patrick Louis pour le MPF, Carl Lang, Fernand Le Rachinel et Jean-Claude Martinez pour le Parti de la France.
    Les Le Pen, père et fille, n’ont pas participé au vote. Avaient-ils peur de prendre parti pour le Pape ? Ou bien, considérant que ce n’était pas un sujet important, étaient-ils absents du Parlement européen ?

  2. Jean

    Le Pen et Le Pen n’éaitent pas là, évidemment.
    On constate donc que les représentants de l’UMP défendent le Pape dès lors que cela ne représente aucun risque pour eux (personne ne s’intéresse à un vote au Parlement Européen) et ne l’attaquent et l’insultent que lorsqu’ils peuvent en tirer un bénéfice médiatique ou lorsque le défendre leur serait dommageable.
    Les UMP ne sont donc pas des salopards cathophobes, mais simplement des populistes et des lâches. C’est assez rassurant, en fait.
    (Bien sûr, il reste toujours un ou deux justes dans Sodome. Alliot-Marie, par exemple)

  3. Xtophe

    Des paroles aux actes, il y a un gouffre… C’est bien joli de pipauter sur une tribune ou dans les studios télé… Quand on est élu, la moindre des choses est d’honorer le mandat confié par ses électeurs. C’est le minimum qu’on puisse attendre de ses députés !
    Petites questions existentielles :
    – Pendant combien de temps encore les Le Pen(s) tromperont-t-il leur monde ?
    – Les Le Pen(s) n’ont-ils pas l’impression de spolier les Français (ou au moins leurs électeurs) lorsqu’ils touchent leur rémunération ?
    Et ce sont les mêmes qui se représentent aux élections européennes le mois prochain ? Mais de qui se moque-t-on ??? Je suis révolté par cette désinvolture manifeste !

  4. Thierry

    Les Le Pen sont sur le terrain pour les élections européennes.
    Prendre cette occasion pour le critiquer est bas, très bas.
    [Tous les autres députés français cités sont aussi sur le terrain en campagne….
    PC]

  5. P G.

    Quand on regarde les calendriers des uns et des autres, il semblerait que certains soient plus en campagne auprès des Français que dans l’hémicycle de Bruxelles.
    Parler aux Français et les convaincre de voter est plus utile en ce moment que d’attendre tranquillement au chaud une élection – ou non élection pour d’autres- déjà acquise.

  6. Xtophe

    Non, l’argument de la campagne électorale ne tient pas. Les résultats relatifs à l’assiduité des personnalités politiques sus-nommées sont sans appel. Le Pen : 50% d’absentéisme ! Serions-nous donc en campagne un jour sur deux depuis juin 1999 ? Et Gollnisch, Lang, Martinez, Villiers, Sudre, Fontaine ? Ils ne font pas campagne peut-être ?
    En commission, Le Pen(s) ? Connais pas ! A défaut de pouvoir dire qu’ils sont payés à ne rien faire, on peut sans problème affirmer qu’ils ne font pas le job pour lequel on les rémunère. C’est indéfendable !

  7. P G.

    Xtophe
    Le discours du 1er mai de JM LP me semble à 100 coudées au dessus de ceux de ses adversaires, mais aussi concurrents plus proches, en termes d’analyse politique et d’inspiration morale, politique, voire même religieuse.
    Ensuite on peut toujours critiquer chaque élu sur tel aspect ou telle insuffisance, parfois sans en connaître les raisons profondes. Mais l’essentiel se situe ailleurs : dans la direction donnée, et la constance de l’action politique sur la longue durée.
    Le FN est bourré de défauts : mais il incarne une résistance à la décadence, qui séduit parfois, agace souvent (c’est mon cas), mais dont l’absence ferait que le point d’ancrage qu’il représente ferait glisser toute la droite vers la gauche.
    Que JM LP et que M. LP n’aient pas pu être présents et voter sur ce texte dont on savait par avance qu’il ne passerait pas, puisque le principal parti européen ”de droite” ne le voterait pas, n’a donc qu’une importance très relative.
    Le 7 juin, ce qui va manquer à tous ceux qui étaient présents pour ce vote, comme à JM LP et et à M LP, ce seront les voix des nombreux électeurs souverainistes qui semblent avoir décidé de rester chez eux.
    Faisant ainsi le bonheur des partis eurofédéralistes.

  8. Mingdi

    Le drame de Jean-Marie c’est sa fille Marine et ses potes. Comme l’écrit Jérôme Bourbon dans Rivarol : “le président du FN assure curieusement la promotion au sein de son mouvement de personnalités notoirement opposées à ses prises de position”.

Laisser un commentaire