Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le Parlement entérine la fin de l’universalité des allocations familiales

Le Parlement a adopté définitivement aujourd'hui le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015. Dans un hémicycle quasiment vide, par un vote à main levée, les députés socialistes et radicaux de gauche se sont prononcés pour, l’UMP, l’UDI et le Front de gauche contre, tandis que les écologistes se sont abstenus.

 

L'article du Sénat réclamant une étude d'impact sur les effets du partage du congé parental a été supprimé. Par ailleurs, les amendements visant à supprimer la mise sous condition de ressources des allocations familiales ont été rejetés par 20 voix contre et 12 pour. Les députés qui ont voté pour :

A l'UMP :

  • Yves Censi
  • Dino Cinieri
  • Arlette Grosskost
  • Jacques Kossowski
  • Marc Le Fur
  • Pierre Lequiller
  • Gilles Lurton
  • Hervé Mariton
  • François de Mazières
  • Yannick Moreau

A l'UDI : Meyer Habib

Au PCF :Gaby Charroux

L'UMP annonce qu'elle va saisir le Conseil constitutionnel.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Mais où sont les absents, un jour ils devront
    rendre des comptes devant leurs électeurs.
    Et les élus de gauche qui n’ont plus le droit de
    penser, leurs jours sont comptés et surtout qu’ils
    n’espèrent pas à une retraite car demain les
    retraites d’élus de l’A.N. seront abolies comme
    les privilèges en 1789…

  2. Oui, j’expliquais partout qu’il fallait attendre les recours devant le Conseil Constitutionnel.
    Reste que François Hollande confirme sa haine de la famille et sa volonté de démanteler la politique familiale française et de fissurer la Sécu tout simplement ce qui lui sera reproché plus qu’on ne le pense. Tant d’acharnement confine chez lui à l’obsession.
    Mais comme pour ses lois scélérates contre le mariage et l’enfant, il est de plus en plus évident que François Hollande est en train de détruire le PS et sans doute la Gauche française dans le pays profond : j’entends des propos de bar dans des pays de vote rouge-rose éloquents. Mais s’il perdra tout, il aura commis combien de crimes ?

  3. Brutalité, non représentativité, vote bâclé : le PS dans ses pompes et dans ses œuvres.
    Comme s’ils avaient l’enfer à leurs trousses, ils se hâtent de faire passer le maximum de leurs saletés.
    Toutes seront abrogées. Si les électeurs se décident à voter hors-Loges et consorts…

  4. Il a fallu que Versailles Familles Avenir demande la démission de François de Mazières pour que ce dernier se déplace aujourd’hui à l’Assemblée Nationale alors qu’il n’ y est pour ainsi dire jamais. Il est vraiment pathétique ! L’autre jour c’est Sa voix qui manquait.

  5. Combien de fainéants payés à l’assemblée ??? Plus de 580 il me semble ! Et là combien de votants ??? C’est inadmissible !!! Non seulement je dis “abrogation” mais aussi “dissolution” !

  6. Marion où étais tu ?

  7. De toutes les façons, choses étant pliées numériquement, les parlementaires ne se dérangent même plus car ils connaissent le résultat du vote.
    Outre la réforme du nombre des parlementaires, il faudrait interdire le droit pour un député de voter pour ses collègues. Il faut instaurer la règle : un homme présent dans l’hémicycle = une voix seulement. Les cumulards n’ayant pas le don d’ubiquité, ils seraient soit obligés d’être présents à l’ensemble des séances soit laisser leur place de député à un autre. En outre, en l’absence d’un quota de députés, le vote des lois serait automatiquement reporté.

  8. C’est la loi du nombre : ils sont majoritaires et peuvent faire ce qu’ils veulent. On l’a bien vu pour l’avortement : sept contre tous.

  9. @ Ben
    A 2 députés, on ne peut siéger 24/24.

Publier une réponse