Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

Le Pape Benoît XVI vu par ses proches

BA Rome, mardi, lors de la présentation du livre Benedictus – Servus servorum Dei, du vaticaniste de la RAI, Guiseppe de Carli, on notait la présence des cardinaux José Saraiva Martins, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, Andrea Cordero Lanza di Montezemolo, archiprêtre de la basilique papale de Saint-Paul-hors-les-Murs et Mgr Angelo Amato, secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il y avait aussi le nouveau maire de Rome, Giovanni Alemanno.

Le cardinal Martins a estimé que Joseph Ratzinger

"est en train de devenir le pape du peuple, parce que le peuple perçoit avec clarté son message ; même quand il est riche de vérités dérangeantes, c’est-à-dire exigeantes, prenantes, il est toujours dicté par l’amour d’un père, qui ne se résigne pas à voir ses fils se noyer dans la médiocrité […] Et son appel permanent à combattre la dictature du relativisme, tellement diffus dans notre société, n’est-il pas de l’amour ? […] son rôle n’est pas lié au fait d’apparaître, mais d’être ; sa présence, avant même son enseignement est pour tous une sollicitation permanente à vivre dans l’amour et dans la recherche de la vérité […] le ton de sa voix, qui ne trahit aucune arrogance, sa manière d’être, discrète, douce et cordiale, font que de nombreux coeurs s’ouvrent à ses propos."

Le cardinal Andrea Cordero Lanza di Montezemolo, expert en héraldique ecclésiastique, a raconté que, 2 jours après l’élection du pape, ce dernier le fit appeler d’urgence pour lui demander son aide dans la réalisation de son blason pontifical. A son contact, le cardinal a trouvé

"immédiatement ses caractéristiques fondamentales que le livre met vraiment en évidence : la simplicité de l’homme, son humanité, sa sincérité, sa spontanéité, mais également sa timidité qui s’accompagne dans le même temps d’un esprit de décision mûri dans la réflexion".

Mgr Angelo Amato :

B1_2 "Ce que nous découvrons maintenant du Saint-Père est en réalité ce qu’était Joseph Ratzinger quand il était préfet de notre congrégation […] La même lucidité intellectuelle, le même zèle dans la défense de la doctrine, la même simplicité dans les relations humaines et la même humilité chez la personne".

Le prélat note les qualités de l’actuel Souverain Pontife :

  • son sourire radieux et contagieux, spontané.
  • sa disponibilité au dialogue mûri : "C’est un homme de dialogue, non pas un dialogue froid et détaché, mais fait de passion intérieure parce qu’il est un intellectuel de cœur".
  • "la force communicative du pape provient du bien-fondé de son discours, aussi bien quand il parle de Jésus Christ, ou quand il illustre la vérité de notre foi, que quand il critique les pathologies de la mentalité post-moderne".
  • "La foi et la raison étant les deux ailes qui nous élèvent vers la vérité, c’est précisément la vérité, l’amour de la vérité et la proposition de la vérité, le fil rouge qui donne la continuité à Joseph Ratzinger, d’abord comme préfet, puis comme pape".

Michel Janva

Partager cet article

4 commentaires

  1. Ah, que ça me fait plaisir de voir de telles choses vraies sur notre Saint Père. Moi qui me bats pour faire comprendre à ma famille que Benoît XVI n’est pas un pape rétrograde, qui se tourne vers le passé, qui reste enfermé et patati et patata.
    La vérité même sur les gens est toujours difficile à accueillir et même par des chrétiens.

  2. Oui, Merci Seigneur, nous avons un pape formidable!

  3. Il n’y a pas de doute nous avons bien là un grand pape.

  4. « quand on lui offrait un café, il répliquait, blagueur: «Non merci, je suis… théiste»… On apprend aussi qu’il parle de Calcio – le championnat de football italien – avec son chauffeur Alfredo, qui est un tifoso de la «Roma». Qu’il aime les chats.
    «Une véritable passion, selon le cardinal Tarcisio Bertone. Il leur parlait en dialecte bavarois.» »
    http://www.france-mail-forum.de/fmf39/pol/39padova.htm

Publier une réponse