Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Le New York Times se prend pour le Gorafi

Le New York Times se prend pour le Gorafi

On a du mal à croire que ce n’est pas un canular, mais non, la folie s’est également emparée du New York Times :

Dans un article qu’il a publié ce mardi 30 juin et adressé à tous ses collaborateurs, le quotidien de gauche prend une décision ferme et instantanée. Désormais, tous les articles mentionnant le mot « black » devront se conformer à une règle : il prendra une majuscule quand il s’agit de décrire une personne de culture ou d’origine africaine.

« Nous en avons parlé avec plus de 100 personnes du journal pour connaître leur opinion, voir leurs arguments, [nous avons] consulté des diverses organisations. Leur retour a été réfléchi et nuancé avec un large panel d’opinions parmi nos collègues de différents univers », explique le journal. « Nous pensons que ce style convient le mieux à un partage de l’Histoire et de l’identité, et reflète notre but de respecter tous les gens provenant de toutes les communautés dont nous abordons le sujet », ajoute-il.

Cependant, pour les Blancs, la minuscule restera la règle au début du mot. Un « b » majuscule donc pour « black » mais pas pour « white ». Le New York Times se justifie.

« Bien qu’il y ait une question évidente de parallélisme, il n’y a pas eu de mouvement comparable vers l’adoption généralisée d’un nouveau style pour ‘blanc’ et on a moins l’impression que ‘blanc’ décrit une histoire et une culture communes », estime le New York Times. « De plus, les groupes de haine et les tenants de la suprématie blanche ont longtemps favorisé le style des majuscules, ce qui en soi est une raison de l’éviter », ajoute-il.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Je m’autorise une note d’insolence pour ce débat complètement surréaliste :
    “Un « b » majuscule donc pour « black » mais pas pour « white ».”
    Question naïve : le “b” majuscule dans “white”, on le place où ?
    🤪🤪🤪

  2. Intéressant: confronté à un racisme aussi visible, pas sûr que le lectorat suive longtemps. C’est comme le dévissage de L’Oréal: en fin de compte, l’économie sanctionne.

  3. Les c…., ça osent tout…. Michel Audiard fut un prophète.

  4. whaaaaarf
    La connerie suit une évolution exponentielle ! ! !
    Ca va finir par se voir !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services