Le mythe de l'icône LGBT Matthew Shepard s'effondre

SLes
parents de Matthew Shepard sont devenus les porte-paroles d’une campagne
internationale pour les droits homosexuels. Ces gens sont intervenus à l’Onu, et sont au cœur d’une campagne de
promotion des droits des homosexuels dans les capitales européennes. Matthew Shepard est tristement connu pour avoir été assassiné en
octobre 1998
. Sa cause a attiré l’attention du monde entier : il aurait été torturé et
assassiné juste parce qu’il était homosexuel. Les meurtriers l’auraient
attaché dehors à une barrière, dans le petit village de Laramie, dans
l’état américain du Wyoming. Sa mort a même été comparée à la Crucifixion du
Christ. Matthew est devenue l’icône du
mouvement LGBT.

Dès le départ, cette version avait été contestée : il aurait développé un certain penchant pour des « partenaires
homosexuels des bas fonds », et aurait pu mourir des conséquences
de son penchant ; sa
mort serait plus liée à la drogue qu’à son homosexualité.

Le journaliste homosexuel Steven
Jiminez s’est déplacé à Laramie pour s’entretenir avec des témoins et rédiger un scénario
pour un film sur la vie et la mort du jeune homme. Et très vite, il a
entendu des versions de l’histoire qui n’avaient jamais été
rapportées et détruisait le mythe
. Son livre The Book of Matt révèle
ce que les habitants de la petite ville savaient depuis toujours. Matt
n’était pas étranger au monde de la drogue
de Laramie, il en était même
un des dealers, et connaissait ses tueurs. Et encore mieux : il avait eu
des relations sexuelles avec eux.
Shepard aurait été tué parce qu’il était
possession d’un nouveau paquet de méthamphétamine que voulaient ses
tueurs. Par ailleurs, l’agresseur principal, Aaron McKinney, était sous
méthamphétamine depuis 5 jours, et donc très prône des crises de
violence maniaque.

Encore un mythe LGBT qui s'effondre : cette personne homosexuelle a été tuée par son compagnon, pour une affaire de drogue.

7 réflexions au sujet de « Le mythe de l'icône LGBT Matthew Shepard s'effondre »

  1. Stephe

    Une seule phrase juste dans leur affiche “he was killed because he was gay” c’est bien en effet sa “gay attitude” qui l’a conduit à se faire assassiner par des personnes dans la même situation sans issue. Mais que des parents soient assez aveugles pour en faire un martyr est assez odieux, on ne peut s’empêcher de penser qu’ainsi ils fuyaient leur responsabilité en mettant tout sur le dos des “homophobes” ces nouveaux épouvantails bien pratiques pour qui veut mener une chasse aux sorcières politiquement correcte contre tout ceux qui pensent simplement qu’ils s’auto-détruisent en persistant dans cette voie et que c’est un triste gâchis que de se perdre ainsi.

  2. milan

    Les “icônes” gay, mais quelle (triste) rigolade. N’oublions pas le mythomane Nouchet, qui a permis à la “Droite” (qui ne veut pas être en retard d’un seul “progrès”, ni d’une seule compassion) de mettre en place une loi liberticide de plus, sur “l’homophobie”.

  3. Redpine

    @Olivier : justement, grosse bataille sur Wikipedia dans sa version anglaise. Depuis 15 jours,des dizaines de demandes de corrections, suivies de façon automatique par leur annulation, par les tenants de l’historiographie gay. Le combat pour la vérité officielle se joue aussi là…

Laisser un commentaire