Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

Le “Monsieur islam” du ministère de l’Intérieur savait (presque?) tout sur Tariq Ramadan

Avant de lire ceci, prenez votre dose de Padamalgam 500mg :

Unknown-41"Bernard Godard est un des experts français de l'islam. Entre 1997 et 2014, il a été considéré comme le "Monsieur islam" du ministère de l'Intérieur, conseillant successivement Jean-Louis Debré, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux ou encore Manuel Valls. Il connaissait donc très bien Tariq Ramadan, islamologue suisse, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, habitué à masquer son fondamentalisme religieux derrière des discours modernistes, agissant comme un véritable gourou pour de nombreux croyants, et aujourd'hui accusé de viol par plusieurs femmes, notamment deux qui ont porté plainte.

Mais le connaissait-il au point de "savoir" ? C'est la question posée par L'Obs ce 31 octobre. Et la réponse de celui qui connaît tout de la montée de l'islamisme radical en France fait peur :

"Qu'il avait beaucoup de maîtresses, qu'il consultait des sites, que des filles étaient amenées à l'hôtel à la fin de ses conférences, qu'il en invitait à se déshabiller, que certaines résistaient et qu'il pouvait devenir violent et agressif, ça oui. Mais je n'ai jamais entendu parler de viols. J'en suis abasourdi."

Quand on pense à ce que subissent certains évêques pour des faits remontant à 25 ans, c'est nous qui sommes abasourdis…

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

12 commentaires

  1. Une nouvelle preuve des compromissions et collusions de la république française LR et socialope avec les islamistes les plus acharnés.
    Ce sont des traîtres à notre beau pays.
    On sait comment les sanctionner.

  2. Plus rien ne nous étonnes : Une belle “gue..e” de soixante huitard attardé celui-ci !!!
    Encore un spécialiste de l’islam qui ne doit pas y connaitre grand chose, compte tenu de la dérive des politiques sur ce sujet.
    Justement POLITIQUE, un mondialisme qui utilise une pseudo “religion” pour mieux conquérir la Vieille Europe continentale, et enfermer des populations sous sa dictature. C’est certainement ce méli-mélo digne du sovièt qui aura, peut-être séduit ce “monsieur islam”.
    En tous les cas pour donner de la visibilité à “ramadan”, il faut être soir ignare soit de la trempe d’un idiot ou pir, habité d’une sorte de traitrise latente………

  3. c’est curieux, ce genre “expert” que ce donnent divers personnage. Encore plus curieuse, cette soif “d’experteries” à défaut d’expertise ou carrément de connaissances réelles de la part du peuple des “sachants” et autres appreneurs de fiches rédigées par d’autres.
    cela vient de la foutraquerie qui veut à tout propos démontrer les évidences, et cela va de pair avec le dénie le plus coupable, face à tout prédateur ou à toute férocité.

  4. Bien entendu cet “expert” au plus haut niveau n’était pas du tout informé de ce que devais glaner et savoir les services barbouzards de la République.
    À quoi servait-il donc alors s’il en savait si peu?. Car pour le reste, dont n’est nullement accusé le violeur (présumé comme l’on dit sans rire), on sait tout depuis fort longtemps de la criminalité du coran, mais de cela aucun reproche.

  5. T. Ramadan, si violent et agressif que certaines filles ne pouvaient pas résister ! Et ce soi-disant “expert”, prétend qu’il n’avait pas connaissance de “viols” ?
    Et les sieurs : Debré, Chevènement, Sarkozy, Hortefeux et Valls, on fait confiance à ce genre d'”expert” !
    Quant on retiré les minables et les infâmes, qui reste-t-il ?

  6. — qu’il en invitait à se déshabiller, que certaines résistaient et qu’il pouvait devenir violent et agressif, ça oui. —
    Un rel comportement ne s’appelle-t-il pas un viol ?
    Je suis curieux de connaître la définition du viol chez cette personne !
    Idem pour une agression.

  7. Allons bon, encore un expert!
    Il y en a combien dans les couloirs de nos ministères des parasites comme cela?

  8. OUi, vous avez raison. La dissymétrie est flagrante.
    Toutefois, lorsqu’on touche aux évêques et aux prêtres, on touche aussi à la question de la présence réelle. Qu’en est-il du corps d’un homme qui s’est consacré à Dieu? Cette question, que ne posent ni les juifs, ni les protestants, ni les byzantins, ni les musulmans, est la question centrale du catholicisme. Et il y a trop peu de discours sur ce sujet.
    Pour le moment, la question de la pédophilie des prêtres n’a touché que celle des institutions : qui est plus compétent pour juger cet homme, l’institution catholique ou la justice humaine? Mais sur le premier point, il manque un grand discours de vulgarisation.

  9. @Nolger
    Merci, remarque subtile !

  10. À vomir.

  11. Merci pour l’article et pour les commentaires… je continue d’apprendre en vous lisant.
    Je veux dire que ce Monsieur a une tête de soixante-huitard. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne se dégage pas de sa personne une réelle sobriété, à tous les niveaux.
    De plus, c’est un menteur et il pratique aussi la taquiya à sa façon, car étant donné son poste “d’expert”, il est sensé avoir lu le coran et donc connaître toutes ces sourates qui insistent aux meurtres contre les infidèles et à la violence sur les femmes.
    Il doit savoir aussi que Mahomet a violé une petite fille de 9 ans, voire plus… Bref, il n’a aucune honnêteté intellectuelle, comme la plupart des gauchistes soixante-huitards attardés que j’ai pu croiser sur mon chemin.
    Kontiki, je suis d’accord avec vous quant à la sanction. Ces gens sont des traitres irrécupérable pour la plupart : ils ont contribué à laissé s’installer l’islam chez nous… et une situation terrifiante quant aux conséquences sur la vie de tous les jours et sur les pauvres gens qui ont le malheur d’être “au mauvais moment et au mauvais endroit”, comme on dit.
    C’est vraiment un très grave problème que nous devons prendre en compte sous peine de disparaître et d’être réduit en esclavage.
    Il faut être clair là-dessus avant qu’il ne soit trop tard pour agir.
    Je ne cesserai pas de le répéter :
    C’est eux ou nous.

  12. Nolger,
    la présence réelle ne concerne pas le corp des prêtres ou des personnes ayant faits des voeux.
    la notion de présence réelle concerne ce que le prêtre consacre, en agissant in persona Christi, au cours de la Très Sainte Messe.
    lorsqu’une personne ayant fait des voeux ou ayant reçu le sacrement de l’Ordre, comment le genre de forfait que vous évoqué, il y a sacrilège sur sa personne, et c’est cette personne elle-même qui est seule responsable.
    le caractère qu’imprime le sacrement de l’Ordre est indélébile, rien ne saurait l’effacer.
    la portée d’actes semblables est donc encore plus grave que lorsque cela ne concerne que des laïcs, et tout tribunal séculier ne saurait juger ce genre d’affaire.
    le scandale que produit le comportement immoral d’un prêtre est toujours épouvantable, et d’autant plus que les actes peccamineux posés sont contre-natures.
    ils le sont intrinsèquement, le péché est intrinsèquement pervers, mais aussi de manière extrinsèque, puisque cela a des conséquences redoutables sur les personnes scandalisées, manipulées, atteintes dans leur équilibre psychique, physique, moral voire d’avantage encore selon les cas.
    vous posez en fait la question de la légitimité du code de droit de l’Eglise, en mettant l’accent sur la légitimité de “l’institution catholique”, à disposer d’une droit propre.
    Si l’état pouvait s’occuper des âmes et assurer leur salut éternel, il n’y aura pas de différence entre le droit séculier et le droit canonique, il n’y aura aucune différence entre la laïcité, bien ou mal comprise et l’ordre le plus sacré, mais en dépit des voeux de tous les aspirants césaro-papistes, et ils sont tellement nombreux depuis deux cents ans, ce n’est pas à la société séculiaire et même sécularisée et sécularisante, de dire le droit des institutions ecclésiastiques, ou de juger de sa légitimité.
    Que des clercs massivement corrompus puissent se servir du droit ecclésiastique pour couvrir leurs ignominies n’est possible que lorsque c’est le cléricalisme qui remplace la catholicité.
    l’Eglise n’est pas une mafia de clercs, encore moins leur “caste”, et si un ou des évêques cardinaux etc, se compromettent et compromettent la justice tant naturelle que surnaturelle par pure prévarication, il n’y a pas à épiloguer cent sept ans, sur la valeur de tels juges, dignes héritiers des juges de Suzanne.
    tout Chrétien, fut-il un enfant, à l’instar de Daniel, peut trancher.
    Cela n’invalide pas la Loi Divine, cela marque plus fortement que c’est bien elle qui est inscrite au coeur de l’homme et que l’honneur reçu ou la charge, ne peuvent l’effacer d’un coeur en dépit de toutes les hypocrisies.
    un clerc qui jugerait seulement, en casuiste, de l’aspect ecclesiastique se rendrait sans nul doute aussi coupable que l’auteur du crime, car il y a des péchés qui crient vengeance, et l’être humain, comme tout le réel, n’est pas un tout que l’on peut mécaniquement et bien abstraitement dissocier en fonction d’un code de droit positif ou d’un autre.
    pour ce qui est de faire confiance à une justice qui ne connait pas le vrai Dieu et qui ne définit même pas le droit ou le devoir selon le droit naturel et chrétien,
    le recours à des tribunaux séculiers ne peut être qu’au cas par cas, car ce ne sont pas seulement les clercs indignes et pervertis qui mettent en danger la justice, mais encore tout pécheur, qui n’admet pas l’objectivité du bien et la profonde malice du mal: la justice réelle n’est pas un code procédural, aussi subtil soit-il, car le bien et le mal implique toujour d’admettre pour être seulement perceptibles que l’homme n’est ni le législateur suprême, ni son propre créateur, car l’autorité est toujours reçue et non décrétée, parmi les créatures.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services