Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le ministre de l’enseignement supérieur charge le CNRS de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’université

Le ministre de l’enseignement supérieur charge le CNRS de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’université

Elle a annoncé sur Cnews le 14 février puis précisé le 16 février à l’Assemblée nationale :

« Le principe de l’université, c’est l’évaluation par les pairs, alors, allons-y. Il faut être extrêmement ferme, que l’université se réveille. » « Ce qu’on peut observer, c’est qu’il y a des gens qui peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou militantes. En regardant toujours tout par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi. »

Indigné, l’islamo-gauchiste Thomas Piketty n’a trouvé comme seul contre-feu que d’accuser le ministre d’être d’extrême-droite…

Une enquête, c’est comme une mission, une commission, un rapport parlementaire : c’est faire croire que l’on traite le sujet tout en l’enterrant… Mais avec le débat entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin, on constate l’existence d’une stratégie gouvernementale coordonnée pour reprendre des voix à droite.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Dans les universités comme dans les écoles il règne la “pensée” unique sectaire de gauche et c’est tout.
    L’ensemble des opinions diverses et variées qui ne sont pas de gauche, constituant ce qu’on appelle la droite, sont totalement absentes ou marginalisées…

    Tout le monde sait cela et il n’y a besoin de personne pour le découvrir !

    Si la République est chez elle à l’université c’est que la République est de gauche…
    Les libertés académiques cela n’existe pas car la liberté n’existe pas à gauche.

  2. Les conclusions bâties sur la vérité et l’analyse des causes sont enterrées sous des tonnes de rapports, études et thèses toutes forgées pour faire croire à la volonté d’y voir clair et de remédier au mal.
    Un peuple majoritairement décérébré et content de l’être continue d’espérer dans les causes mêmes de son malheur, démocratie, république, élections, laïcité…
    À vue humaine, je pense que c’est fichu.

  3. De l’en même temps macronien une fois de plus, très bien décrypté parÉric Zemmour sur le même CNews dans Face à l’info de 19h

  4. Les propos de cette dame sont une participation à la campagne pour la réélection de JUPITER en 2022. Elle imagine ratisser des voix à droite, comme le faisait le petit Nicolas avec sa Kärcher sur la dalle d’Argenteuil.
    Vu son nom, je ne comprends pas pourquoi elle n’a pas été nommée ministre du médicament. Ça lui irait comme un gant.

Publier une réponse