Le mémorandum sur les méthodes du FBI accuse le parti démocrate et sans doute Obama

Lu sur RITV :

Unknown-5"Sur décision de Donald Trump, le mémorandum qui révèle les méthodes du FBI détournant la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) avant l’élection qui a vu la victoire de Trump pour nuire à ce dernier, a donc été publié. Il fait apparaître une violation délibérée des règles fondamentales de protection des libertés à la fois par le FBI et par le Département de la justice (DOJ) des Etats-Unis. Le mémorandum fait le point sur l’enquête menée à cet égard par la commission sur le renseignement de la Chambre des représentants. Il accuse notamment le DOJ et le FBI d’avoir mené certaines actions illégitimes et illégales au cours de leur coopération avec la cour de surveillance du renseignement étranger (FISC), ajoutant que leurs actions constituent une violation « troublante des processus légaux établis pour protéger le peuple américain des abus » dans le cadre du renseignement.

Le mémorandum s’intéresse très particulièrement à la surveillance de Carter Page au long de la campagne électorale de Trump : ce consultant de l’industrie pétrolière était alors l’un des conseillers de Trump en matière de politique étrangère. Il apparaît que le gouvernement d’Obama a délibérément omis à plusieurs reprises de tenir compte d’informations « matérielles et pertinentes » favorables à cette « cible » de surveillance. Autrement dit, afin d’obtenir le droit de surveiller Carter Page de la Cour de surveillance du renseignement, l’administration a sélectivement présenté des informations, choisissant délibérément de soumettre un dossier incomplet.

Cela est-il « explosif » « choquant », « troublant », « alarmant », et de nature à faire comparer le mode d’action du FBI à celui du KGB ? The New American pose la question. « En un mot, oui », répond le journaliste C. Mitchell Shaw. Ainsi, dans ce mémorandum de quatre pages, on apprend que la Commission s’est appuyée sur un dossier discrédité et fabriqué pour annoncer que Trump avait été victime de chantage de la part d’agents russes en même temps que récipiendaire d’aide russe dans sa campagne électorale contre Hillary Clinton. Ce « dossier » a été compilé par Christopher Steele, rappelle le mémorandum, qui a reçu plus de 160.000 dollars de la part du parti démocrate et de la campagne Clinton « afin d’obtenir des informations défavorables sur les liens de Donald Trump avec la Russie ». Les manœuvres démocrates et les sommes versées, en un mot « les origines politiques du dossier Steele » étaient connues du FBI, qui n’en a pourtant pas fait état pour obtenir un droit de surveillance auprès de la cour FISC.

Bref, le dossier utilisé pour accabler Trump a été acheté et payé par ses ennemis. […]"

Laisser un commentaire