Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI / Valeurs chrétiennes : Famille

“le mariage et la famille sont des institutions qui doivent être promues et défendues”

En recevant les magistrats de la Rote Romaine, le tribunal du Vatican chargé des affaires matrimoniales, Benoît XVI a rappelé :

R "Le droit de contracter un mariage présuppose qu'on puisse et qu'on ait l'intention de le célébrer vraiment, par conséquence dans la vérité de son essence telle qu'enseignée par l'Eglise".

Le mariage à l'église n'

"est pas une exigence subjective qui doit être satisfaite par les prêtres à travers une simple reconnaissance formelle, indépendamment du contenu réel de l'union".

Et Benoît XVI a insisté sur l'importance de vérifier les convictions des aspirants au mariage face aux "obligations imprescriptibles pour la validité du sacrement du mariage".

"Un discernement sérieux sur ce sujet pourra éviter que des impulsions émotives ou des raisons superficielles ne conduisent les deux jeunes à assumer une responsabilité qu'ils ne sauront pas honorer par la suite".

"le mariage et la famille sont des institutions qui doivent être promues et défendues de toute équivoque possible sur leur vérité parce que toute atteinte qui leur est portée est de fait une blessure qui touche la cohabitation humaine".

Benoît XVI a exprimé le souhait d'

"interrompre, dans la mesure du possible, le cercle vicieux entre admission quasi automatique au mariage, sans préparation adéquate et examen sérieux (…), et déclaration judiciaire également facile, mais en sens inverse, de nullité du mariage seulement sur la base d'un constat d'échec".

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

5 commentaires

  1. Puisse-t-il en être ainsi…
    Un accès trop libre au sacrement de mariage tout comme les décisions sous une emprise pseudo-compassionnelle de la Rote créent des drames, que paient souvent plusieurs générations…

  2. Il reste une question : si ne peuvent se marier à l’Eglise que les couples qui ont une conception claire des “obligations imprescriptibles pour la validité du sacrement du mariage” (ce qui me semble indispensable), que deviennent tous les autres baptisés ? Ils ne pourront se marier que civilement ?

  3. A Agnes:
    A ceux qui n’en ont pas une conception claire, l’Eglise doit expliquer ce qu’est le mariage; après seulement elle doit accepter de célébrer le mariage, si les fiances sont toujours d’accord…

  4. cela va nécessiter des (nécessaires) modifications réelles dans les chemins de préparation;mais n’oublions pas que – statistiquement – les mariages qui tiennent sont aussi ceux des ménages qui prient ensemble, même lorsqu’ils se sont mariés avec des manques de maturité. Il est bénéfique que cette habitude soit prise avant le mariage et qu’elle dure.

  5. @kelkin
    Je suis bien d’accord avec ce que vous dites. Toutefois, il restera toujours ceux qui, bien que baptisés, n’ont reçu aucun enseignement religieux, et qui de même n’ont aucune pratique religieuse – ou presque. Que faire ? Ces personnes-là nécessitent une (plus ou moins) longue formation – un peu comme celle des catéchumènes ou de ceux que l’on appelle les “recommençants”. Vont-ils tous attendre pour se marier ? Je ne suis pas sûre.
    Ma question va en fait un peu plus loin : si l’Eglise refuse de marier des couples qui ne répondent pas – pour le moment du moins – à ses exigences, cela signifie-t-il qu’elle accepte pour eux le mariage civil ? J’avoue que je suis un peu perdue.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services