Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

“Le marché du chômage plus attractif que le marché du travail”

Un chef d'entreprise témoigne sur les causes du chômage en France, que nos voisins parviennent à résorber. Extraits :

P"On taxe les cigarettes pour décourager les fumeurs et ça fonctionne. On taxe le travail pour décourager les emplois, et ça fonctionne également : l’économie ne fournit pas assez de jobs. Notre taxation du travail est l’une des plus élevées au monde, de l’ordre de 80% sur le net, contre moins de 20% en Angleterre. Difficile de lutter !

[…] Il n’est pas rare d’entendre des chercheurs d’emploi décliner un entretien parce qu’un poste se situe 3 stations de métro trop loin de leur domicile ou parce qu’ils perdraient de l’argent en travaillant. Ce n’est pas une légende urbaine mais un constat. Avec une politique d’assistanat parmi les plus généreuses du monde, nous avons rendu le marché du chômage plus attractif que le marché du travail. Les résultats sont là. […]

On manque de compétences dans l’informatique, mais aussi la chaudronnerie (qui œuvrent par exemple pour l’aéronautique) ou la boucherie. Nous sommes aussi incapables de recycler efficacement des personnes d’un bon niveau mais dont les compétences doivent être adaptées. Sait-on qu’après 6 mois, de nombreux diplômés bac+5 pourraient devenir programmeurs avec un bon salaire à la clé ?

Au risque de paraître vieux jeu, le chômage c’est surtout un problème d’attitude. Au-delà du diplôme, les qualités requises pour réussir dans l’entreprise sont simples : éthique du travail, combativité, envie d’apprendre, et un relationnel positif.

Or, l’Éducation nationale, relayée par les médias et les politiques, développe une vision négative du monde du travail. Dans les manuels scolaires, l’entreprise fait l’objet d’aigreurs, de rancunes et d’un profond pessimisme. On est resté dans la mythologie de Germinal, un état d’esprit qui rend difficilement employable ceux qui n’arrivent pas à prendre du recul.

[…]. Soyons honnête, Pôle Emploi n’apporte pas grand chose aux entreprises. Trouver le bon interlocuteur dans cette organisation est difficile. Le site web de Pôle Emploi est aussi conçu en dépit du bon sens. Si on se risque à l’utiliser, c’est un tsunami de CV sans aucun rapport avec l’annonce que l’on devra affronter. Pour l’employeur, Pôle emploi représente une perte de temps sur toute la ligne. Il faut privatiser ce service car il est trop important pour être abandonné à des fonctionnaires.

[…] Chasser les aides prend du temps et fait courir des risques à une entreprise : un crédit impôt recherche, c’est un contrôle fiscal garanti, tout le monde le sait. La part d’arbitraire est importante et fait peser une épée de Damoclès sur les entrepreneurs. Une partie des aides aboutissent donc dans les poches de grands groupes : grâce à des services juridiques performants, elles peuvent parler d’égal à égal avec l’administration fiscale.

[…] Malgré les progrès de l’e-administration, notre pays reste trop complexe : professions protégées, règles en tout genre restreignant l’activité, difficultés à obtenir des autorisations […] Tous les entrepreneurs font le même constat : à chaque fois que l’on simplifie d’un côté, on ajoute de nouvelles complexités de l’autre. La machine administrative est vindicative. Le problème ne sera pas résolu par des déclarations d’intention ou par des réformes. C’est humain, les fonctionnaires justifient leur raison d’être en créant des règles et des occasions de contrôle. Nous ne pourrons simplifier la vie des Français qu’en éliminant des postes de fonctionnaires. […]"

Partager cet article

10 commentaires

  1. Tout à fait d’accord
    J’ai proposé à un intérimaire une embauche à son salaire d’intérim, soit le smic plus 10%
    refus! Pourquoi ? Car en congés il perçoit le chômage……

  2. “nombreux diplômés bac+5 pourraient devenir programmeurs”, mais avec quel langage?
    est-ce à l’homme de s’ s’adapter à la machine ou à la machine de s’adapter à l’homme?
    de nombreux étudiants voudraient être informaticiens mais il y a peu de formations universitaires adaptées. il y a des écoles mais hors de prix pour les français moyens!

  3. “Pour l’employeur, Pôle emploi représente une perte de temps sur toute la ligne” Pour le chômeur de même.
    “Sait-on qu’après 6 mois, de nombreux diplômés bac+5 pourraient devenir programmeurs avec un bon salaire à la clé ?” Et par qui cela est-il proposé ?
    “On taxe le travail pour décourager les emplois” Oui, là on est les champions, les taxes et la jungle des réglementations.
    Mais il y a aussi les mentalités, celles qui vous enferment dans une capacité unique, alors que beaucoup sont transposables. Celles qui ne comprennent pas que certains est envie de changer de travail ou d’évoluer vers un autre domaine…..
    Pôle emploi est une agence de type soviétique; lourde inefficace.

  4. Ce chef d’entreprise oublie une chose ! Depuis que la banque de France a perdu son droit régalien de prêter de l’argent à l’état sans intérêt, les impôts et taxes sur les entreprises ont augmenté. Ce qui est logique ! En choisissant un système financier juif plutôt que chrétien (et même musulman puisque les intérêts sont aussi interdits), on demandait à la masse laborieuse d’engraisser les inactifs.
    En fait, donner la création monétaire à des banques privées, qui avec du papier ou numériquement fabriquent de l’argent qui n’a de la valeur que parce qu’il est garanti par les contribuables, c’est encourager le chômage, la fragilité des entreprises et des états.
    Que ce chef d’entreprise observe ce que va donner ce traité transatlantique où les règles seront décidées par les multinationales et non plus les peuples !

  5. Un petit conseil à ce chef d’entreprise qui semble encore vivre au XXème siècle ! Qu’il fasse attention à l’argent de l’entreprise placé dans une banque privée (puisqu’il adore le privé) !
    Philippe Herlin le dit clairement « La garantie des dépôts en cas de faillite d’une banque vient de voler en éclat »
    Ce chef d’entreprise “has been” connait-il la directive européenne permettant la ponction des comptes bancaires, connue sous l’acronyme BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive) ?
    https://www.goldbroker.fr/actualites/alerte-premiere-application-directive-permettant-ponction-comptes-bancaires-734
    Lorsqu’une banque en Europe fera faillite, les actionnaires, les détenteurs des obligations émises par la banque mais aussi les déposants, épongeront les pertes !
    Chypre, lors de sa crise bancaire d’avril 2013, avait « testé » ce type de renflouement (le bail-in).
    Moralité, il ne faut plus avoir confiance aux banques ! L’argent qui y est déposé n’appartient plus vraiment à son propriétaire ! D’où les difficultés qu’il a à le retirer ! En Espagne, dès que vous retirez des espèces, on vous ponctionne ! En Grèce aussi !

  6. Ce chef d’entreprise oublie que le privé sans l’état pour l’encadrer, c’est le libre échange ! C’est à dire marche ou crève ! Vidéo explicative de ce qui nous attend et que ce chef d’entreprise ne voit pas venir avec son raisonnement dépassé !
    https://www.youtube.com/watch?v=YyZXncGICn8#t=486

  7. L’exemple qu’aime à donner ce genre de chef d’entreprise, ce sont les USA ! Qu’en est-il vraiment de ce pays ?
    80 % de la population des Etats-Unis est pauvre ou en passe de le devenir
    http://countercurrentnews.com/2013/11/in-the-u-s-49-7-million-are-now-poor-and-80-of-the-total-population-is-near-poverty/
    72 % des travailleurs américains gagnent moins de 5000 $ par an, soit moins de 416$ par mois (soit 373 euros)
    http://richesinresources.com/update-071415/
    La dette du pays est de 60 000 milliards de dollars (la France 2 000 milliards)
    http://www.businessbourse.com/2015/08/09/les-nations-unies-de-la-dette/
    La valeur du dollar s’est effondrée et il ne vaut plus grand chose
    https://research.stlouisfed.org/fred2/graph/fredgraph.png?g=GHo
    Les États-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence
    http://reseauinternational.net/les-etats-unis-ont-ete-en-guerre-222-des-239-annees-de-son-existence/
    Alors, toujours pour le privé ? Le traité transatlantique ?

  8. C’est amusant tous ces commentaires qui dénoncent à tort les propos de bon sens de ce chef d’entreprise…
    Il n’a jamais dit qu’aucun contrôle de l’État ne devait avoir lieu… Il n’a en aucun cas mis les États-Unis comme exemple.
    Il dénonce – à juste titre – les incohérences du système et propose des solutions immédiates, au moins à court terme.
    Plutôt que défendre chacun sa chapelle en essayant de lui faire dire ce qu’il ne dit pas, vous feriez mieux d’apporter des arguments de bon sens… Au pire, amender ses propos pour montrer qu’il ne va pas toujours assez loin.
    Par exemple, c’est une excellente chose que de dénoncer (et vouloir détruire) les organismes paritaires, sortes de dinosaures tout droit sortis de l’ère soviétique, mais ne rien mettre à la place – ou mettre n’importe quoi, comme l’État seul ou le privé pur – ne résoudrait rien. Ainsi, comme le suggère la DSE, proposer à la place des corporations – pour le bien commun – serait la solution : les parties prenantes de chaque corps de métier – producteur, acteur et clients – pourraient se mettre d’accord sur un fonctionnement optimal pour le bien de tout le monde, le tout avec l’État comme juge de paix si jamais le système dérivait.
    Bref, ce chef d’entreprise a quelque chose que plus personne ne possède en France : du bon sens. Et c’est bien.

  9. D’accord sauf le 4ème paragraphe, franchement Bisounours : la réalité de l’entreprise c’est aussi souvent harcèlement moral et sexuel, misogynie (un manager m’a un jour déclaré que les femmes devraient être interdites en entreprise), copinage et promotion canapé, basse flatterie, se faire valoir avec des idées inefficaces qui épuisent les salariés en dessous, menaces sur la carrière si on refuse de déroger à l’éthique voire à la légalité… il y a le critère de l’argent qui peut pousser à ne pas travailler, mais il y a aussi de grandes souffrances, il ne suffit pas d’être souriant et volontaire, les études montrent que ce sont ces gens compétents et motivés qui se retrouvent le plus souvent brisés et en burn-out. L’entreprise n’est pas un monde idéal c’est un monde à l’image de notre société : il peut aussi y régner individualisme, violences morales, manque de respect, volonté de pouvoir sur les autres au détriment de la performance, perte des valeurs, matérialisme à tout prix…
    Sans oublier la frilosité des recruteurs français : quand on exige une expérience absolument similaire de 7 à 10 ans, dans une entreprise qui fabrique exactement la même chose ( comment enrichir et développer ses compétences dans ces conditions ? ) . Et ce même pour des postes administratifs… Combien de situations ubuesques où de nombreux candidats sont refoulés et les entreprises se plaignent de ne pas trouver ?
    Remettre en cause l’état c’est bien, mais ça ne suffit pas…

  10. Le parasitisme est la seule valeur de la république socialiste.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services