Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Le maintien de la recherche embryonnaire pour satisfaire à l’industrie du médicament

Dominique Souchet, député MPF, est interrogé par Nouvelles de France. Extraits :

"Je suis totalement favorable au maintien de l’interdiction et pour la suppression de toute dérogation puisque, depuis la dernière loi de bioéthique (2004) nous savons que les perspectives thérapeutiques que l'on avait fait miroiter aux parlementaires se sont avérées illusoires. Les seuls progrès scientifiques accomplis l’ont été à partir des cellules dites « reprogrammées ». D’abord, elles répondent aux besoins de modélisation de pathologies que recherchent les industriels du médicament ; elles sont en outre plus accessibles et n'entraînent aucun dommage éthique. De nouvelles techniques sont apparues et je rejoins l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales), qui demande que soit inscrite dans la loi l'absolue nécessité de développer les recherches sur les cellules souches embryonnaires animales, ainsi que les recherches sur les cellules reprogrammées en cellules pluripotentes et sur les cellules du sang de cordon et du sang placentaire. Jamais il n’a été moins nécessaire de recourir aux cellules embryonnaires ! […]

Le projet de loi maintient hypocritement l’interdiction de la recherche… mais il maintient aussi la dérogation et étend même son champ d’action. Je ne comprends pas cet acharnement ! Il ne s’agit pas d’une mise en conformité avec la législation européenne, puisque justement, voici l’un des rares domaines où la France garde sa souveraineté par rapport à Bruxelles… S’agirait-il d’une manière de répondre aux attentes du marché de la fécondation in vitro et de l'industrie du médicament ? La recherche sur les cellules embryonnaires humaines coûterait-elle moins cher que la recherche sur les autres cellules ? Il semble que cela soit possible. Pour autant, il me semblerait irresponsable, pour la France, de brader ce domaine de souveraineté touchant au cœur de la vie humaine au profit des intérêts d’un lobby pharmaceutique quelconque."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Dans ces funestes recettes d’ alchimie législative il y a sans doute un mélange des deux:
    Mettez dans le business médicamenteux un zeste de résultat à deux chiffres pour deux doigts d’idéologie révolutionnaire et vous obtenez le nouveau médicament ” Superprédator”, ingurgitable ,sans test préalable , par tout quidam à priori surnuméraire -tout âge bienvenu! – qui se présente avec ses cartes , bancaire et -si- Vitale ! en bandoulière.
    Que ne doit-on pas au culte de la déesse Déraison dans la religion du Progrès-sans humanité!
    Que d'”avancées” dans le mur, à reculons vers l’aimable barbarie!
    Il y deux siècles, nous avions Nain-poléon pour dévaster l’Europe, voici Léo-nain pour détruire toute humanité au nom de la même noble “conscience universelle” !
    Vivent , mais pas trop tout de même , les nouveaux aristos de la pure race des “Destinés à Vivre”, il fallait bien pour leur avènement une nouvelle révolution !

  2. En matière de législation européenne la congélation d’embryons humains est interdite dans plusieurs pays dont l’Allemagne, probablement plus sensibilisée aux dérives eugénistes par son passé; or elle est requise tout comme la fabrication d’embryons surnuméraires par ce type de recherche, très développé également dans le domaine public (INSERM en particulier)et par des partenariats public-privé sources de flux financiers et d’enjeux de pouvoir importants. L’interdiction de la recherche sur les cellules embryonnaires bouleverserait ce “paysage” particulier…il suffit de constater l’ émotion soulevée dans des laboratoires de Biologie de la reproduction par la limitation du nombre d’embryons fabriqués à chaque cycle de FIV, au profit de la vitrification des ovocytes (grevée de nombreuses autres dérives matérialistes).

  3. Un jour, on en parlera comme du pire génocide de tous les temps… mais en attendant… comment savoir si nos futurs médicaments ou traitements ont été testés sur des embryons humains ou pas ? Nous devrions tous pouvoir savoir et faire objection de conscience !
    JM Le Méné parlait d’un petit garçon qu’un roi malade voulait tuer pour recouvrer la santé… On en est là…
    Démentiel !

  4. “La recherche sur les cellules embryonnaires humaines coûterait-elle moins cher que la recherche sur les autres cellules ?”
    OUI bien évidement, comme je l’ai dit dans mon commentaire à un post suivant.
    Il y a déjà 30 ans le Pr Maurice MAROIS, embryologiste, m’avait prévenu et je m’en souvient comme si c’était hier : élever des primates puis recueillir leurs embryons coûte trop cher.
    Il ne savait pas encore que la situation allait s’aggraver avec l’invention de la Fécondation In Vitro : la création d’embryons humains ne coûte plus RIEN puisque c’est la SÉCU qui paye dans le cadre des PMA.
    Belle économie pour les facultés et les laboratoires de recherche ou
    pharmaceutiques !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services